Istanbul

RETOUR À L’AKP - Erdoğan menace de dire "au revoir" à l’UE

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a menacé hier de dire "au revoir" à l’Union européenne si le processus d’adhésion de la Turquie n’était pas relancé. "Il n'y a pas d'autre option que d'ouvrir les chapitres de négociations que vous n'avez pas ouverts jusqu'à maintenant. Si vous les ouvrez, très bien. Si vous ne le faites pas, au revoir. Ouvrez d'abord les chapitres, respectez vos promesses puis nous nous assiérons autour d’une table et discuterons. Sinon, nous n'avons plus rien à faire avec vous", a-t-il déclaré lors d'un discours, peu après avoir officiellement rejoint le Parti de la justice et du développement (AKP).

Sa réintégration dans le parti, qu’il a fondé en 2001 marque le premier volet de la révision constitutionnelle validée par référendum le 16 avril. Selon la réforme qui instaure un régime présidentiel "à la turque", le président n’est plus obligé de couper les liens avec son parti. Il peut même en être le chef et n’est donc plus tenu à l’impartialité, tout en étant chargé de "représenter l’unité de la nation". Le Premier ministre Binali Yıldırım, actuellement à la tête du parti, a indiqué que le poste de chef de l’AKP reviendrait à Recep Tayyip Erdoğan lors du congrès extraordinaire qui se tiendra le 21 mai. Le chef de l'Etat sera l'unique candidat.

Les déclarations du président Erdoğan sur l’Europe interviennent alors que les relations entre Ankara et Bruxelles sont particulièrement tendues depuis le putsch manqué de juillet en Turquie et la campagne pour le référendum, après l'annulation de meetings de ministres turcs en Europe. Depuis le début officiel des pourparlers d'adhésion de la Turquie à l'UE, en 2005, 16 chapitres sur 35 ont été ouverts. Le dernier ouvert, en juin 2016, portait sur des questions financières et budgétaires.

Solène Permanne (http://lepetitjournal.com/istanbul) mercredi 3 mai 2017

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

 
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine