Istanbul

INFLUENCE MONDIALE - "L’incroyable patron turc" dans le TOP 100

Il y a un an, nous vous racontions l'histoire de Hamdi Ulukaya, dirigeant de la grande marque américaine de yaourt Chobani. En ce mois d'avril 2017, le magazine TIME vient de le placer sur la liste des 100 personnes les plus influentes du monde dans la catégorie alimentation. Retour sur son parcours et sur l'incroyable cadeau qu'il a fait l'an dernier à ses salariés...

Hamdi Ulukaya est un patron que ses employés ne sont pas près d’oublier. Dirigeant de la grande marque américaine de yaourt Chobani, il a annoncé à ses 2.000 salariés le 26 avril 2016 qu’il leur céderait 10 % du capital de son entreprise. Une somme qui varie selon l’ancienneté de ces derniers, mais qui peut atteindre entre 150.000 et un million de dollars par personne. Se basant sur la valeur de l’entreprise – estimée entre 3 et 5 milliards de dollars en 2014 – l’initiative d’Hamdi Ulukaya est une première dans l’industrie agroalimentaire. Créée en 2005, l’entreprise Chobani représente aujourd’hui près de 45 % des parts de marché du secteur aux Etats-Unis.

L’histoire d’Hamdi Ulukaya est une véritable success-story. Immigré turc originaire de Iliç à Erzincan, il est arrivé aux États-Unis en 1994 avec seulement 3.000 dollars en poche. Après avoir suivi des cours d’anglais, il commence dans la production de feta. En 2005, il se lance dans l’industrie du yaourt et crée en 2007 sa propre marque, Chobani, dérivé du mot turc çoban (qui signifie “berger”). En seulement quelques années, il s’impose comme une référence parmi les consommateurs et bouscule les géants du secteur tels que Yoplait et Danone.

Interrogé par le New York Times, Hamdi Ulukuya a confié que cette annonce était "le plus beau moment de sa vie", et qu’il n’aurait jamais pu bâtir cet empire sans l’aide de toutes les personnes qui travaillent à ses côtés depuis des années. Pour l’instant, sa promesse tient sur le papier, car les salariés ne pourront bénéficier de cette somme que dans quatre ans, sauf si l’entreprise est revendue d’ici là. Céder 10 % des parts du capital à plusieurs milliers de salariés nécessite une procédure spécifique et laborieuse, mais tel était le souhait de ce chef d’entreprise philanthrope. Selon le quotidien Zaman France, Hamdi Ulukuya avait déjà annoncé en 2014 qu’il ferait un don de deux millions de dollars tirés de sa fortune personnelle pour venir en aide aux réfugiés syriens et irakiens par le biais de "The Giving Pledge", fondé par Bill Gates et Warren Buffet. Toujours selon le quotidien, 30 % des salariés de Chobani sont des réfugiés, soit 600 personnes sur 2.000.

Ségolène Houdaille-Hoc (www.lepetitjournal.com/istanbul) mardi 3 mai 2016

Inscrivez vous à notre newsletter gratuite !

Rejoignez nous sur Facebook et sur Twitter

 
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine