Istanbul

ENQUÊTE – Religion et consommation, les mots d’ordre de la classe moyenne turque

Près de 59% des Turcs en font partie. La classe moyenne, soutien majeur de la croissance économique du pays ces dix dernières années, adhère dans sa majorité à des valeurs religieuses conservatrices. Elle raffole des séries télévisées et de ces temples de la consommation que sont les centres commerciaux. C’est en tout cas ce qu’affirme un institut de sondage

Tous les deux ans, Ipsos KMG publie son “Guide pour comprendre la Turquie” (Türkiye’yi Anlama Kılavuzu). Les sondeurs passent au crible le style de vie des Turcs, leurs valeurs, leurs habitudes de consommation, leurs passe-temps et leurs rapports aux médias. Les résultats de la dernière enquête, qui porte sur 16.000 personnes de plus de 14 ans, viennent d’être publiés. Ils livrent un intéressant portrait de ce que l’institut nomme lui-même “la nouvelle classe moyenne turque”.

Premier constat de l’étude : les Turcs sont de plus en plus nombreux à entrer dans cette catégorie, par ailleurs contestée tant elle regroupe des situations diverses (à tel point qu'on parle aussi "des" classes moyennes). Ils seraient près de 43,5 millions, soit 59% de la population, à disposer d’un revenu de 10 à 100 dollars par jour et par tête en parité de pouvoir d’achat (définition adoptée par l’OCDE). La religion occupe une place importante dans le quotidien des Turcs de cette classe moyenne. Elle “guide” la vie de 67% d’entre eux et apporte sérénité à 85%. Près de 72% affirment accomplir leurs obligations religieuses.

Un centre commercial parmi tant d'autres... (photo flickr, CC, Arne Krueger)

Les femmes doivent travailler plus… si le mari y consent

L’insertion professionnelle des femmes est source de contradictions. Plus de 7 personnes sur 10 pensent que mari et femme doivent tous deux contribuer au budget de la famille. Ils sont à peu près aussi nombreux à estimer que les femmes doivent être plus actives dans la vie professionnelle. Pourtant, 64% considèrent encore que la femme doit obtenir l’autorisation de son époux pour pouvoir travailler.

La classe moyenne turque, qui arpente chaque week-end les allées des centres commerciaux, se montre toutefois attentive aux dépenses (67% des personnes interrogées). Elle affirme, dans les mêmes proportions, ne pas acheter ce dont elle n’a pas besoin et cite à 61% “le prix” comme principal critère d’achat.

La télé plutôt que le livre, le centre commercial plutôt que le théâtre

Au chapitre des loisirs, les Turcs de la classe moyenne passent le plus clair de leur temps libre devant la télévision, quand ils ne rendent pas visite à des proches ou à des amis, ou qu’ils ne cuisinent pas (pour les femmes). A l’inverse, ils sont peu friands de lecture, d’opéra, de ballet ou de théâtre, qui figurent parmi leurs activités les moins courantes. L’étude affirme aussi qu’une majorité ne part pas en vacances à l’étranger et que 87% ne possèdent pas de passeport. Enfin, 58% d’entre eux n’ont pas le permis de conduire.

Cette classe moyenne émergente est devenue la cible privilégiée des publicitaires turcs. “La classe moyenne est très ouverte à la consommation et aux nouveaux produits (…) C’est elle qui tire la consommation intérieure. Les marques en sont conscientes et ont cessé de ne voir que les plus privilégiés pour s’intéresser à ces consommateurs”, affirme Ayşegül Molu, directrice de la Fondation de la publicité (Reklamcılık Vakfı), dans le quotidien Radikal.

Anne Andlauer (www.lepetitjournal.com/istanbul) jeudi 17 mai 2012

 
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

PERMIS VACANCES TRAVAIL – Ce qu’il faut savoir avant de partir

Le Permis Vacances Travail permet de vivre une expérience unique, puisqu’il permet de faire un séjour longue durée à l’étranger, en ayant la possibilité de cumuler des petits boulots sur place pour se financer. Avant de s’envoler pour d’autres horizons, mieux vaut toutefois être bien préparé
Expat - Politique

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Magazine