TWITTER – 1,5 million de messages pour sauver les classes préparatoires

 

Ce lundi, la communauté turcophone sur twitter s'est fortement mobilisée en envoyant plus d'1,5 million de tweets se référant au mot-clé #dershanemolmasaydı ("si ma classe préparatoire n’avait pas existé”). Ils protestent contre la disparition redoutée des dershane, ces établissements d'enseignement privé qui préparent les écoliers et lycéens aux examens

Photo lilpete_1, Flickr/CC

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a récemment annoncé son intention de les supprimer d'ici 2013-2014. Selon lui, le système des dershane serait devenu insoutenable pour le système éducatif turc. Les élèves se consacreraient trop aux classes préparatoires lors de leurs dernières années de lycée, au détriment des cours. Autre alternative envisagée : transformer ces structures en écoles privées à part entière.

Or le poids de ces dershane est considérable. L'an dernier, d’après un rapport de l’Union des chambres et bourses de Turquie (TOBB), les revenus générés par le secteur auraient dépassé 1,8 milliard de livres turques. On comptait 4.055 structures offrant des services de tutorat privé en Turquie, pour une fréquentation de plus de 1,2 million d’élèves.

Une vague de protestation
Une campagne sur Twitter a été lancée lundi par sosyalmedya.in, un site de surveillance des réseaux sociaux. Le but était de mesurer les réactions du public aux projets du gouvernement. Un total de 187.362 d’utilisateurs, la plupart hostiles, ont posté 1.672.477 tweets à ce sujet, faisant de #dershanemolmasaydı l’un des “top tweets” (TT) mondiaux. Les arguments les plus récurrents fustigeaient la manière dont, selon eux, le plan envisagé allait surtout handicaper les familles les plus modestes.

Le système éducatif turc repose principalement sur un système d'examens. “L’industrie” des dershane prépare les élèves à ces épreuves de sélection. Les élèves brillants issus de foyers modestes se voient offrir des bourses pour y étudier.

“Sans les classes préparatoires, je ne serais pas ingénieur”
Un utilisateur affirme ainsi que “si les classes  préparatoires n'existaient pas, il me serait probablement impossible d’étudier dans le département des relations internationales de l’Université de Boğaziçi”. Plus virulent, un autre utilisateur de la province de Tunceli (est du pays) clame que “si les classes préparatoires n'existaient pas, je serais probablement dans les montagnes (avec le PKK, ndlr) au lieu d'être un ingénieur."

Les experts sont plus partagés. Pour la plupart d’entre eux, si la suppression des dershane est réalisable à court ou moyen terme, le gouvernement devra apporter rapidement une alternative à ces services privés. A moins qu’il ne choisisse de revoir de A à Z le système d’examens…

Tanguy Quidelleur (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) jeudi 15 novembre 2012

Note: N'hésitez pas à participer au débat dans les commentaires en dessous de cet article.

 
Istanbul

ŒIL D’ISTANBUL – Un prix décerné à Ara Güler

L'église arménienne catholique Surp Pirgiç de Galata à Karaköy accueillait dimanche 19 mars après-midi la foule des grands jours et un parterre de personnalités. C'est dans ce lieu de culte autrefois première cathédrale de la communauté arménienne catholique qu'Ara Güler, un des plus grands photographes au monde, a reçu le Prix Mığırdiç Beşiktaşlıyan.
Une internationale

BAÏKA – La promesse d’un "voyage à chaque page"

Lancer un nouveau magazine est un pari audacieux. D’autant plus quand on souhaite s’adresser aux plus jeunes et les sensibiliser aux différentes cultures du monde. C’est pourtant le défi que s’est lancé Noémie Monier, éditrice et rédactrice en chef de Baïka, trimestriel dédié aux 8-12 ans qui cherche à travers son magazine à éveiller ses lecteurs à « l’autre », en mêlant fictions, récits mythologiques et documentaires. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

MICHAELLE JEAN – "«J’aime, je partage», c’est parler comme un francophone"

Le 20 mars, c’est la Journée Internationale de la Francophonie. Pour l’occasion, nous avons rencontré une ardente protectrice de la langue de Molière, Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 2014. Très déçue de voir que la France a opté pour un slogan en anglais pour sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024, elle nous parle avec enthousiasme de ses projets, notamment numériques, pour développer notre langue dans le monde.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire