REVUE DE PRESSE – Obama réélu, la Turquie soulagée et dans l’attente

 

Les éditorialistes turcs reviennent sur la victoire de Barack Obama face à son concurrent républicain, Mitt Romney. Est-ce une bonne nouvelle pour la Turquie ? Que peut-elle en attendre ou pas? Revue des principaux quotidiens

“Soulagement”. C’est le mot qui revient le plus, dans les quotidiens turcs, pour commenter la réélection de Barack Obama à la tête des États-Unis. Soulagement personnel pour certains, qui comme Mustafa Akyol dans Star ou Cengiz Çandar dans Radikal, affichaient avant l’élection leur soutien pour le président sortant. Soulagement supposé, surtout, de l’exécutif turc.

"Finale exceptionnelle", la Une de Hürriyet hier.

“En Turquie, les cercles les plus opposés au gouvernement de l’AKP ne veulent pas qu’Obama soit élu”, écrivait Reha Muhtar dans Vatan la veille du vote. “Car si Romney est élu, ils savent que le pouvoir des néoconservateurs grandira aux États-Unis… Et si les néoconservateurs se renforcent, les relations entre la Turquie et les États-Unis changeront, parce qu’il y a un monde entre l’attitude d’Obama et celle des néoconservateurs américains vis-à-vis de l’AKP… Or Tayyip Erdoğan et Barrak (sic) Obama sont très proches... Il n’y a jamais eu de problème entre eux”, constate l’éditorialiste.

Hasan Cemal dans Milliyet note aussi que les relations turco-américaines sous Obama ont suivi un cours positif, malgré les différends d’Ankara avec des pays comme l’Irak ou Israël. Selon lui, le “dialogue” qu’entretiennent depuis quatre ans le président Obama et le Premier ministre Erdoğan a joué un rôle essentiel dans le maintien de ces bonnes relations.

Obama félicité... et attendu
Mais Ankara a des attentes à l’égard d’Obama, auquel le peuple américain vient de renouveler sa confiance pour quatre ans. “Attentes”, c’est le deuxième mot qui revient dans les colonnes des quotidiens turcs. Recep Tayyip Erdoğan ne s’en est d’ailleurs pas caché. Le lendemain du vote, il concédait n’avoir pas “mis la pression” sur Barack Obama en quête d’un deuxième mandat, pour mieux souligner ensuite ses “attentes” envers le président réélu, notamment sur le dossier syrien.

“Les relations entre la Turquie et les États-Unis devraient entrer dans une ère nouvelle et intense”, prédit Serkan Demirtaş, du journal anglophone Hürriyet Daily News. Certes, ajoute-t-il, “la politique étrangère relativement non-interventionniste et multilatérale d’Obama ne devrait pas beaucoup changer mais on s’attend à ce qu’il soit beaucoup plus engagé dans les affaires du monde pendant son deuxième mandat.”

Deuxième… et dernier mandat. Dans le même quotidien, Mustafa Aydın suppose que Barack Obama est désormais soucieux de laisser une trace, un “héritage” de ses années à la Maison-Blanche. “Les présidents américains sont élus en fonction de leurs opinions sur les affaires intérieures, notamment économiques, mais si l’on se souvient d’eux, c’est à cause de leurs succès ou de leurs échecs dans les affaires internationales“, écrit l’éditorialiste.

Et de développer : “La plupart des présidents réélus, libérés de la pression d’avoir à affronter un nouveau scrutin, s’efforcent de laisser leur empreinte sur l’histoire. On se souvient de Ronald Reagan, par exemple, pour son rôle dans la fin de la Guerre froide. (…) Obama doit encore accomplir ce pour quoi on se souviendra de lui. La Syrie et l’Iran seront ses principaux tests.”

"Le monde plébiscite Obama" en Une de Aksam

L’héritage d’Obama : Syrie ? Iran ? Proche-Orient ?
Aydın imagine par exemple l’instauration d’une zone d'exclusion aérienne (no-fly zone) le long des frontières turques et jordaniennes avec la Syrie, ou encore des “négociations (in)directes avec l’Iran” sur son programme nucléaire, en plus des sanctions déjà appliquées.

La Syrie, l’Iran… et le conflit israélo-palestien, ajoute Mustafa Akyol dans Star. L’éditorialiste attend une politique “plus courageuse” de la seconde administration Obama sur ce dossier. “Il pourrait exercer davantage de pression sur le régime israélien”, avance-t-il. Akyol fait partie de ceux qui pensent que Barack Obama était le meilleur candidat “pour la Turquie et pour le monde musulman”, par opposition à “l’effroi” que provoquait chez ce chroniqueur “la ligne agressive de l’administration Bush défendue par Mitt Romney.”

Même sentiment chez Cengiz Çandar, de Radikal, qui se réjouit de la réélection de Barack Hussein Obama”. “Tout comme Clinton, il n’a sans doute pas comblé nos attentes” pendant son premier mandat “et on peut même parler de déception”, écrit-il. Mais à l’aube de ce second mandat, l’éditorialiste s’arrête encore une fois sur le symbole que constituent l’élection -- et la réélection – d’un Noir-Américain à la Maison-Blanche. “On ne trouvera plus jamais de président des États-Unis qui porte ce nom. On peut encore très bien s’en accommoder pendant quatre ans”, conclut Cengiz Çandar.

Anne Andlauer (www.lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 9 novembre 2012

Istanbul

CLIN D’OEIL – Il y a 100 ans, Le Petit Journal… à Constantinople!

Vous connaissez bien sûr lepetitjournal.com d’Istanbul mais connaissiez-vous son quasi homonyme, Le Petit Journal? Fondé en 1863 par Moïse Polydore Millaud, journaliste et proche collaborateur du poète Alphonse de Lamartine, Le Petit Journal était un quotidien parisien de tendances républicaine et conservatrice. Vendue à cinq centimes, moitié moins que les autres journaux de l’époque, cette feuille de demi-format (43 cm sur 30 cm), a marqué…
A la une

AMOUR ET EXPATRIATION - Les grandes tendances

La Saint-Valentin, c’était le mois dernier. Mais l’amour, c’est tous les jours, et peu importe les kilomètres qu’il faut parcourir. Une étude baptisée « Expat insider 2014 » publiée par le site communautaire d’expatriés Internations dévoile des statistiques sur l’amour et l’expatriation. On y apprend notamment que 11% des sondés ont choisi l’expatriation par amour pour leur conjoint.
France/Monde
En direct d'Europe
Cologne - Actualité Allemagne

LANGUES - Pierre Sommet, détective des mots

Pierre Sommet a dirigé la section langues étrangères de la Volkshochschule de Krefeld pendant 34 ans. Disposant de la double nationalité…
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.

COACHING - Peur de rentrer en France

Après 25 ans en Australie à travailler dans l'hôtellerie Joséphine hésite à rentrer. Le retour en France est-il simple après une si longue expatriation ? Afin de surmonter son appréhension elle fait appel à un coach. Nicolas Serres Cousiné nous fait part de cette expérience
Expat - Politique

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.

MATTHIAS FEKL – Premier forum pour pousser les PME à l’export

Pour aider les PME à exporter plus, Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, du Tourisme et des Français de l’étranger, présentait un nouveau plan d’action lors du premier forum des PME à l’international dont il est l'initiateur.
Magazine
Francophonie

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.

REPORTAGE - A São Paulo, Zaz est la nouvelle star du Brésil

"Maravilhoso", "empolgamente", "genial", "top"… Les superlatifs résonnent après le concert de Zaz dimanche dernier à l’auditorium Ibirapuera – Oscar Niemeyer du parc Ibirapuera de São Paulo. Mais que diable les Brésiliens ont-ils pour l’artiste française ? Retour sur cette soirée musicale pleine de bonne humeur et de messages d’espoir !