Jacques Tournebize a effectué sa première expatriation pour diriger à Athènes la Geniki Bank, la nouvelle filiale acquise par le Groupe Société Générale. Dans son entretien au Petit Journal, il évoque le contexte de l’expatriation, le défi de la direction d’une banque et le marché bancaire grec

Jacques Tournebize (Photo LPJ)


LPJ- Directeur de la banque de détail hors de France, quel rôle avez-vous joué dans la préparation du rachat de la Geniki par la Société Générale ?
Jacques Tournebize.-
J’ai supervisé cette acquisition qui nous permettait de compléter notre réseau dans le Sud Est de l’Europe. La stratégie de la Société Générale est d’acquérir la majorité du capital d’une banque, or seule la Geniki offrait une telle opportunité en Grèce.

LPJ- Quelles étaient vos motivations quand vous avez décidé d’accepter le poste de directeur général de la Geniki Bank ?
Jacques Tournebize.-
D’abord cela m’a été demandé par la Société Générale, ensuite je trouve que la Grèce est un marché bancaire très intéressant. Je pense qu’il y a un très beau challenge à relever sur ce marché porteur.

LPJ- Quelles difficultés présente une expatriation ?
Jacques Tournebize.-
Il est important que l’expatriation soit une réussite pour un couple. Pour la personne qui travaille dans le couple, les occupations professionnelles lui permettent de s’insérer dans la vie locale. Or il faut que l’autre membre du couple puisse aussi exister. Mon épouse a dû quitter son travail pour me suivre, heureusement nous habitons dans le centre et cela lui permet de suivre la riche vie culturelle d’Athènes.

LPJ- Combien de cadres français se sont expatriés en Grèce dans le cadre de cet investissement ?
Jacques Tournebize.- Quinze cadres se sont expatriés. Il y a un responsable des risques, du marketing, des finances, de la formation, de l’inspection de la banque… Dans un premier temps, il faut transformer les méthodes et les esprits. Il faut donc envoyer des gens qui puissent jouer le rôle de formateurs et apporter d’autres pratiques. Ensuite ces cadres rentrent en France ou repartent dans d’autres pays pour faire le même travail et on recrute des locaux pour mener ces activités. En général, les gens s’expatrient dans un pays pour deux ou quatre ans, la durée de l’expatriation du directeur d’une banque étant plus longue.

LPJ- Comment êtes-vous parvenu à définir une stratégie et une tactique
communes avec des cadres grecs de la banque ?

Jacques Tournebize.- Nous sommes venus en Grèce avec un esprit de formateurs et une méthodologie de gestion de projet. La reprise d’une banque c’est une multitude de petits projets. Nous en suivons 87 en parallèle et, pour chacun, il y a un responsable et une équipe composée de cadres grecs. Ils ont un but à atteindre et doivent déterminer des moyens pour y parvenir. L’anglais est malheureusement notre langue de travail car il y a plus de cadres grecs qui parlent anglais que français et puis cela nous permet d’être tous sur un pied d’égalité, la difficulté à travailler dans une langue qui n’est pas la nôtre étant la même pour tous. Les outils de management sont donc en anglais même si pour ce qui concerne les procédures, la banque travaille en grec.

LPJ- Quelles étaient les principales difficultés que vous avez rencontré
lors de la restructuration de la banque ?

 J.T - Nous savions que le portefeuille de prêts de la banque n’était pas bon et que son organisation n’était pas adaptée à une banque modèle. La première difficulté fut d’avoir une bonne connaissance du portefeuille de prêts. L’autre grande difficulté concerne les mentalités, la Grèce étant un pays culturellement partagée entre l’Orient et l’Occident. Cela peut avoir un impact dans le fonctionnement d’une banque car la communication n’est pas la même.
Propos recueillis par Florent Celhay (LPJ Athènes) 27 avril 2006
florent.celhay@lepetitjournal.com
A la une

FRANÇAIS À L'ÉTRANGER – Quand les entreprises protègent leurs salariés

Certains travaillent au large du Libéria sur des plateformes pétrolières, d’autres sont basés en Afghanistan pour le compte d’ONG ou encore dans des zones reculées de l’Inde pour gérer l’exploitation de centres de production. Tous sont des expatriés. Ils vivent dans des situations parfois extrêmes. Leurs employeurs en sont conscients et bien souvent font appel à des prestataires extérieurs pour assurer leur sécurité. Rencontre avec International…
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Appel à candidatures

Vous résidez à l'étranger? Vous avez un parcours hors du commun? Le 17 mars prochain, sept Français de l'étranger seront récompensés lors d’une soirée de prestige au Quai d'Orsay organisée par LEPETITJOURNAL.COM en présence de M. Mathias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Alors n'attendez plus, postulez !
Expat
Expat - Emploi

FRANÇAIS À L'ÉTRANGER – Quand les entreprises protègent leurs salariés

Certains travaillent au large du Libéria sur des plateformes pétrolières, d’autres sont basés en Afghanistan pour le compte d’ONG ou encore dans des zones reculées de l’Inde pour gérer l’exploitation de centres de production. Tous sont des expatriés. Ils vivent dans des situations parfois extrêmes. Leurs employeurs en sont conscients et bien souvent font appel à des prestataires extérieurs pour assurer leur sécurité. Rencontre avec International SOS & Control Risks
Expat - Politique

PRELEVEMENTS SOCIAUX DES NON-RESIDENTS - Comment faire pour espérer être remboursés ?

Votés en 2012, les prélèvements sociaux (CSG-CRDS) sur les plus-values et revenus immobiliers pour les contribuables français non résidents ont été reconduits dans la loi de finances 2015. La Commission Européenne a ouvert une procédure d’infraction contre la France sur la conformité au droit européen de ces prélèvements. En cas d'issue favorable, attendue début 2015, comment espérer un remboursement rétroactif ?
Magazine
Francophonie

FRANCOPHONIE – LE XVe Sommet à Dakar

Le 15e Sommet de la Francophonie se déroule à Dakar du 29 au 30 novembre. Les chefs d’État et de gouvernement de l’OIF se réunissent pour définir les prochaines orientations de la Francophonie, statuer sur l’admission de nouveaux pays membres et élire le prochain Secrétaire général de la Francophonie. Invité de France 24, RFI et TV5 Monde, François Hollande a tenu à rappeler que la France était "au service de la francophonie".