Sept établissements français apparaissent dans le classement des établissements supérieurs 2012-2013 du Times Higher Education. Dans le top 3 français, l’ENS (Ecole Normale supérieure) de Paris conserve sa 59° place, suivie de Polytechnique (62° rang, + 1 place) et de l’université Pierre-et-Marie-Curie (81° place, + 3 places). L'université Paris-Diderot se hisse à la 166e place (contre 169 en 2011) et l’ENS Lyon recule de 29 places (de 141 à 170). Deux universités françaises apparaissent pour la première fois dans le classement : Paris Sud (92e) et l’université Joseph-Fourier de Grenoble (180e place)


© Mike Kemp/Blend Images/Corbis

Un rééquilibrage entre l'est et l'ouest du monde

Si les universités anglo-saxonnes continuent de truster les 25 premières places, les auteurs du classement notent un recul global de la position des établissements américains comme britanniques. Par exemple, 51 des 76 institutions américaines du top 200 et 19 des 31 institutions britanniques voient leur place se dégrader.
Ce mouvement profite notamment aux universités asiatiques (Chine, Corée, Taiwan, Singapour) et traduit un rééquilibrage entre l’ouest et l’est de la planète. Ainsi, deux universités chinoises du top 200 progressent : l’université de Pékin passe de la 49e à la 46e place et l’université Tsinghua (Pékin) progresse de 19 places, de la 71e à la 52e.

En Europe : un fossé nord-sud
En Europe, le fossé se creuse entre le nord et le sud du continent. En Europe du nord, les universités néerlandaises confortent leurs places : les 12 institutions des Pays-bas progressent toutes et le pays arrive à la 3e place mondiale (après les Etats-Unis et le Royaume-Uni et juste devant l’Allemagne.) Les universités allemandes et danoises sont globalement en progression. En revanche, l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Grèce sont en déclin, aucun des pays n’arrivant à rejoindre le top 200. La seule université qui y figurait (Pompeu Fabra, Barcelone) quitte cette année le classement.  


Une méthodologie en treize critères
Le classement du Times Higher Education est établi à partir de 13 critères regroupés en 5 grandes parties. L’enseignement, les citations et la recherche comptent chacun pour 30 % de la note finale. Le financement par l’industrie et l’innovation compte pour 2,5 % et enfin l’internationalisation pour 7,5 %.
Mathieu Oui (www.letudiant.fr) jeudi 1er novembre

En savoir plus


Lire la suite du dossier sur le site de notre partenaire L'étudiant.fr



A la une
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie