Quand l'expatriation dope les finances

Près de deux tiers des expatriés dans le monde sont propriétaires, et nombre d’entre eux s’accordent sur le fait que vivre à l’étranger est un atout pour concrétiser ses projets immobiliers.


L’impact de l’expatriation sur les finances

Relever le défi d’un départ à l’étranger peut s’avérer être très bénéfique sur le plan des finances. Comme le révèle l’étude 2016 HSBC Expat Explorer*, les expatriés perçoivent le fait de vivre à l’étranger comme un véritable accélérateur pour l’ensemble de leurs investissements, que ce soit pour épargner pour l’éducation de leurs enfants, investir dans l’immobilier ou pour préparer leur retraite.

Pour 29 % des expatriés, vivre à l’étranger les a aidé à mettre de côté pour l’éducation de leurs enfants. Et ils sont 40 % à penser que cela leur a permis de préparer leur retraite plus rapidement que dans leur pays d’origine. Même tendance concernant les investissements sur le long terme : 38 % des sondés affirment que l’expatriation a eu un impact positif pour eux.

Sur le podium des régions concentrant les meilleurs scores : le Moyen-Orient. Les expatriés témoignent du fait qu’ils peuvent s’y assurer un capital bien plus aisément depuis leur arrivée dans la région. Cela se vérifie pour 68 % d’entre eux en Arabie Saoudite, 59 % au Qatar et 53 % au Bahreïn. Dans les “hub financiers”, tels que Singapour, Hong Kong ou la Suisse, les sondés sont une majorité à penser que leur expatriation leur a permis de réaliser plus facilement des investissements et d’épargner sur le long terme.


L’impact de l’expatriation sur l’investissement immobilier

Les expatriés partagent le même avis concernant leurs investissements immobiliers. Selon l’étude, deux tiers d’entre eux sont propriétaires dans leur pays d’origine ou dans leur pays d’accueil. Soit près de 10 % de propriétaires de plus que la moyenne française. Et ils sont 41 % à penser que le fait de vivre à l’étranger leur a permis d’accéder plus rapidement à la propriété, cela tous âges et niveaux de revenus confondus.

Dans plusieurs pays, cela se vérifie tout particulièrement. Au Qatar (61 %), à Oman (54%), en Arabie Saoudite (53%), à Singapore (52%) ou au Canada (51%), les expatriés s’accordent largement pour souligner l’effet bénéfique de vivre à l’étranger pour réaliser leurs projets immobiliers.

Investir dans son pays d’origine est l’option privilégiée au niveau mondial. Quand en moyenne 32 % des expatriés ont choisi de devenir propriétaire dans leur nouveau pays, ils sont 41 % à préférer leur pays d’origine pour réaliser leur investissement immobilier. Au Moyen-Orient, l’écart est encore plus marqué. Les expatriés optent bien plus pour un investissement dans leur pays d’origine (64 %) plutôt que dans leur pays d’accueil (11 %).

La France toutefois fait figure d’exception, pour son plus grand avantage. Près de 70 % des expatriés y résidant choisissent d’y concrétiser leur projet immobilier.


Et vous ?

La situation favorable dans laquelle vous place l’expatriation est une opportunité à ne manquer ! Pour cela, My expat vous propose un service sur mesure pour réaliser votre investissement locatif. Sans jamais avoir besoin de vous déplacer grâce à une communication 100 % dématérialisée, vous êtes accompagné durant toutes les étapes de votre investissement.

De l’analyse de votre capacité d’emprunt à la recherche du bien immobilier et sa gestion locative, nous sommes à vos côtés. Vous décidez et nous réalisons sur place l’ensemble des démarches administratives et financières nécessaires. Si près d’un expatrié sur deux pense que vivre à l’étranger est un avantage pour réaliser un investissement locatif, pourquoi pas vous ?  

>> Contactez-nous <<

*https://www.expatexplorer.hsbc.com/survey/files/pdfs/overall-reports/2016/HSBC_Expat_Explorer_2016_report.pdf

Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine
En direct de nos éditions locales