CFE – La protection sociale au féminin

 

Pour réussir son expatriation, les questions de « protection sociale » sont fondamentales et doivent être anticipées avant le départ. C’est d’autant plus vrai pour les femmes qui doivent souvent prendre des précautions supplémentaires pour les enfants, la maternité. Avec la Caisse des Français de l’Etranger (CFE) qui assure la continuité à l’étranger de la Sécurité sociale française, vous avez la possibilité d’emporter la protection sociale « à la française » à l’étranger et de rester couverte partout dans le monde (dont la France) comme si vous n’étiez pas partie.

Il est conseillé de prendre une couverture complémentaire, la CFE ne prenant en charge que dans la limite des tarifs de la Sécurité Sociale appliqués en France.

Vous êtes salariée ?

Si vous avez le statut d’expatriée ou partez en contrat local, la CFE peut prendre le relais pour trois assurances de base :

-  régime de base maladie-maternité,
-  accident de travail – maladie professionnelle, (uniquement pour les salariés)
-  retraite de base (uniquement pour les salariés).

Cela ne vous exonère pas de cotiser au régime de protection sociale de votre pays d’accueil, sauf si vous êtes détachée.

Vous êtes détachée ?

Ce statut est valable uniquement pour des salariés d’entreprise ayant leur siège social en France, envoyés à l’étranger pour une durée limitée (2 ans en 2016), dans l’Union européenne. Vous restez couverte comme en France.

Si vous accompagnez votre conjoint

Le conjoint accompagnateur, tant qu’il ne travaille pas et donc n’a pas de ressource propre, bénéficie du statut d’ayant-droit au regard de la CFE, c’est à dire qu’il dépend d’un adhérent à un système. Il peut toutefois continuer à cotiser personnellement au régime de base pour la retraite à la CFE afin de ne pas perdre de trimestres pendant l’expatriation.

Important pour la retraite des conjoints, deux solutions existent :

- Si vous exerciez une activité professionnelle juste avant votre départ, vous pouvez cotiser au titre d' "ancien assuré obligatoire" dans les six mois suivant votre démission. Ce mode d'affiliation permet de continuer à cotiser (et donc alimenter le compte retraite français) sur la base de l’ancien salaire. La période d'inactivité à l'étranger est donc neutralisée, des trimestres et des salaires sont validés sur le compte retraite.

- Si vous avez un enfant de moins de vingt ans à charge, vous pouvez cotiser en tant que personne chargée de famille. Il s'agit d'une cotisation forfaitaire permettant d'alimenter un compte retraite en trimestres. Plus de problèmes donc pour le taux plein.

Vous avez des enfants ?

Pour partir l’esprit serein, il est impératif de prévoir, avant le départ, une visite médicale complète pour les enfants.

La CFE prévoit en outre un remboursement complet des vaccins liés à l’expatriation.

Il est également important de leur prévoir un bilan des yeux et des dents avant de partir. A l’étranger, la CFE vous remboursera les lunettes sur la base du tarif français.

Ou vous projetez d’avoir des enfants à l’étranger ?

Dans certains pays, l’accouchement représente un coût considérable qui peut parfois varier de 10.000 à 15.000 euros. Si vous êtes partie depuis plus de 3 mois à l’étranger sans couverture maladie-maternité et que vous n’avez pas adhéré à la CFE, cela peut devenir problématique.

Pour que votre grossesse et votre accouchement vous soient remboursés, il faut que la date de conception de votre enfant soit postérieure à la date d’effet de votre adhésion (que ce soit à la CFE ou auprès d’une couverture complémentaire). En revanche, si vous avez adhéré à la CFE dès le départ, aucun problème, la CFE étant la continuité du régime général. 


 N’oubliez pas de télécharger gratuitement l’application pour les femmes enceintes vivant à l’étranger, adhérentes ou non à la CFE : www.cfe-maternite.com 

Pour plus d'infos sur l'expatriation au féminin, téléchargez le livret, avec ses 28 pages claires et illustrées, vous trouverez une foule de conseils et d’adresses pour toutes celles qui partent s’installer à l’étranger, seule ou en famille, à tout âge de la vie… : http://www.cfe.fr/pdf/guideexpat.pdf

 

CAISSE DES FRANÇAIS DE L’ETRANGER (CFE)

La Caisse des Français de l’Etranger est une caisse de Sécurité sociale spécialement créée pour les Français expatriés. L’adhésion à la CFE permet aux Français de l’étranger de continuer de bénéficier de la même protection sociale qu’en France. La CFE assure la continuité avec le régime général de Sécurité sociale français pendant l’expatriation, au retour et pendant les séjours temporaires en France. Elle permet également d’éviter les pertes de droits ainsi que les délais de carence avec le régime général au retour d’expatriation. Vous pouvez aussi continuer à cotiser pour votre retraite de base. 

Fin 2015, plus de 200 000 personnes couvertes étaient couvertes par la CFE (près de 110 000 adhérents et plus de 200 000 avec les ayants-droits).
 


 Retrouvez plus d’information sur www.cfe.fr 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Une internationale

LYCEES FRANÇAIS – Constituer un réseau d’anciens élèves avec l’ALFM

La quatrième édition du Forum mondial des anciens étudiants du réseau de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (FOMA) se tiendra en avril prochain. Le président des associations des anciens des lycées français de l’étranger (ALFM), René Randrianja, fait le point sur les objectifs de son mandat et l’organisation de cet évènement international.
Votez pour le Prix du Public
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine
En direct de nos éditions locales