PAUL TAYLOR – What the Fuck France ?

Hi ! His name is Paul Taylor, he’s English but he lives here, in France ! Son nom ne vous rappelle rien ? Allez, on vous met sur la piste : un Anglais gouailleur, un peu énervé ne ratant jamais l’occasion d’épingler la moindre de nos petites manies bien françaises sur Youtube ou Canal +. Que ce soit nos boulangeries, nos terrasses, ou même notre façon de nous faire la bise, un concept que beaucoup d’étrangers semblent d’ailleurs avoir du mal à assimiler… Tout y passe ! Et pourtant son succès semble vouloir dire qu’on en redemande. 

What the Fuck France ?

Avec son accent français impeccable qui nous ferait presque douter de ses origines anglaises, l’auteur des truculentes pastilles « What the Fuck France ? », ne se dirigeait pas vraiment vers la comédie. « À la base j’étais chez Apple pendant 9 ans » et puis « il y a deux ans j’ai démissionné pour me consacrer à plein temps à ce que je fais aujourd’hui ». Et ce qu’il fait aujourd’hui c’est essentiellement de la scène, avec son spectacle #Franglais. Sans oublier bien sûr ses vidéos sarcastiques sur nous, pauvres petits Frenchies. 

Non sans humour so british, ce Parisien d’adoption depuis 7 ans brosse au gros trait un portrait pas toujours très flatteur des Français, qui en redemandent. Mais s’il nous aime de façon proportionnelle à l’intensité de ses moqueries, l’adage « Qui aime bien châtie bien » prend sûrement ici tout son sens. Mais qu’il se méfie, certains de nos travers le guettent. Comme « ce truc de ‘’terrasse’’. C’est très parisien, ça m’énerve, mais en même temps j’aime bien ». 

Et au jeu des vraies petites différences culturelles entre Anglais et Français, Paul observe que le truc qui nous pénalise ici c’est « le jugement ». « On se juge trop entre nous en France, et dans pas mal de domaines. Comme en langue par exemple. Notre niveau d’anglais est nul parce qu’on se juge. Dès que j’entends un Français qui parle anglais avec une intonation assez correcte, tous les autres Français autour de lui font ‘’oh ouais mais tu te la racontes, c’est quoi cet accent là ?’’ ». Pareil avec notre style vestimentaire ! « J’ai l’impression que si on porte des couleurs ou un truc bizarre les gens ils te regardent avec mépris et c’est un truc qui n’existe pas trop chez nous ».

Qu’on se rassure pourtant, quand il parle des Anglais, c’est pire ! « Je les aime pas les Anglais, ils sont tous chiants ! C’est pour ça que j’ai déménagé en France » (rires).

Jouant à fond la carte du mec parlant « très bien français, mais quand même, il y a certains trucs que je ne comprends pas », il profite donc de sa position pour nous livrer son « regard d’étranger bien intégré sur la France » et souligne « nos différences culturelles ».

C’est quoi ce truc avec « la bise » ? 

Quand on lui demande ce qui l’a inspiré au tout début, et comment tout a commencé pour lui, forcément il nous parle de notre manière de nous faire « la bise ». C’est d’ailleurs ce qui inspiré sa première vidéo du même nom, aux millions de vues sur Youtube, « qui a pas mal tourné » comme il dit, et qui a notamment contribué à son succès. « Je me suis dit, ah ouais c’est bizarre… Nous aussi on dit bonjour à des gens mais c’est moins compliqué ! Soit on se serre la main ou soit on fait notre petit ‘’waves’’, quand tu dis bonjour avec la main, mais que tu ne touches personne. Le salut de loin, le salut-wifi ».

Ce qu’il ne comprend toujours pas en France ?

Période électorale oblige, les élections sont dans toutes les têtes. Et même si vous souhaitiez y échapper, elles sont partout autour de nous. Dans les conversations au bureau, à la télé, dans les journaux… C’était donc quasi mission impossible de ne pas aborder ce sujet pendant l’interview. Ça n’a donc pas manqué : à la question du dernier petit truc difficile à comprendre ici ? La réponse est directe : « Bah hier soir ! Le débat de 3h à la télé ! » (débat du 20 mars sur TF1 pour les Présidentielles, ndlr). Même s’il reconnaît qu’il n’a jamais vraiment « accroché à la politique », il s’est dit cette année « ouais, suivons ça ! ».

« J’ai regardé et j’avais l’impression que tout le monde disait la même chose, il n’y avait rien de concret. C’était plus un jugement de caractère de personnage. C’était quand même 3h de débat, et je me suis dit, ‘’tout le monde va se plaindre samedi prochain quand on va perdre une heure avec le temps d’été qui arrive’’ et bien là je crois que tout le monde a perdu 3h à regarder le débat hier soir ». 

Le vrai-faux accent anglais…

S’il parle si bien français c’est parce qu’il l’a « étudié toute (sa) vie jusqu’à l’université. Le truc de l’accent, ça vient de quand tu es petit. J’ai aussi vécu 5 ans en France enfant, et comme ma mère est irlandaise, et mon père anglais, j’étais dans une école internationale avec des Américains et il y avait du français autour de moi ». 
Quand il a été approché par Canal +, au départ l’émission a failli être tournée en français. Mais finalement avec son « accent normal » ce n’était pas crédible. Les gens auraient dit « ben non, il est con celui-là, il se la raconte, c’est un Français qui parle anglais ». Pour un pilote, il a même essayé de tourner avec un « faux accent anglais ». Ça donnait quelque chose qui sonnait faux, comme « oh bondjour je m’appewlle Paul yé soui anglais y’habite en Fwance, c’est un twuc que j’ai jamais compwis… ». Alors la décision a été prise : « on va prendre un risque et faire un truc que personne n’a jamais fait : créer un programme court en anglais pour des Français ». Le pari semble réussi.

Propos recueillis par Noémie Choimet (www.lepetitjournal.com) mercredi 29 mars 2017.  

Pour retrouver toutes ses vidéos c’est par ici.

Lire aussi : 
FRENCH FRIED COMEDY NIGHT – Du stand-up anglais en plein cœur de Paris

©Crédits photo : Fifou

 
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales