STÉPHANIE GICQUEL - L’exploratrice qui traversa l’Antarctique

 

2045 kilomètres, 74 jours, -50°C. Trois nombres pour résumer l’incroyable expédition Across Antarctica réalisée en 2014 par Stéphanie GICQUEL et son mari. Entre record mondial, conditions extrêmes et dépassement de soi, ils sont devenus les 25ème et 26ème explorateurs à avoir traversé l’Antarctique en ski. Environ deux ans plus tard, lepetitjournal.com a rencontré cette avocate française énergique, qui revient sur son expérience unique. Retour sur une aventure hors du commun !

lepetitjournal.com : Vous êtes diplômée d’une école de commerce, puis vous êtes devenue avocate au barreau de Paris. Pourquoi avoir décidé d’entreprendre cette traversée de l’Antarctique ? D’où vient cette idée ?

Stéphanie GICQUEL: En parallèle à mon activité professionnelle, j’ai toujours adoré le sport. Je pratique notamment l’ultra-trail, de la course à pied sur longue distance, comme sur 200km. C’est vrai que c’était compliqué avec mon métier, mais j’ai essayé de préserver du temps pour le sport. La traversée de l’Antarctique, c’est un peu un cheminement. Je suis déjà allée en Arctique, au Groenland, en Norvège, au Pôle Nord et aussi en Antarctique. À force de rencontrer des aventuriers, à force de lire des récits d’expédition j’ai eu cette idée folle de vouloir traverser l’Antarctique. Je ne savais pas au début si c’était vraiment réalisable, mais à force d’y penser, un jour l’idée est devenue un objectif.

L’expédition Across Antarctica, que vous avez effectuée avec votre mari, figure dans le Guinness World Records en étant la plus longue expérience en ski sans voile de traction réalisée par une femme. Lorsqu’on vous dit ça, quel est votre sentiment ?

Initialement, ce record n’était pas un objectif. Pour des raisons de financement, j’ai dû changer mon itinéraire deux mois avant. Et puis on est plus sur quelque chose d’assez confidentiel, ce n’est pas un Vendée Globe, ce ne sont pas les Jeux Olympiques et même si c’est aussi engagé, ça ne change pas une vie. Après, je suis surtout très contente d’avoir pu réaliser mon objectif, et aussi d’avoir pu rapporter des images, des vidéos et des photos, c’était ça aussi la mission. Cela me permet de pouvoir partager l’expérience avec des écoles et maintenant des entreprises, à la fois sur l’Antarctique mais aussi sur le dépassement de soi. C’était important pour moi que ça ne soit pas une démarche individualiste mais vraiment une expérience que l’on puisse partager avec les autres. Et ça a été le cas ! >> Lire la suite sur notre édition de Perth

 
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine
En direct de nos éditions locales