Pour des yeux et des oreilles d'occidentaux peu avertis, il est souvent difficile de saisir de quoi il s’agit mais une chose est certaine, que l’on soit à Central ou à Mongkok comme ici, il n’est pas inhabituel de voir défiler des cortèges plus ou moins longs de manifestants, armés de pancartes et toujours accompagnés de mégaphones servant à amplifier des messages de revendications.

 

 

Ces manifestations sont régies par le code du “Public Order Ordinance” institué à l’origine par le gouvernement colonial anglais en 1967 pour contrôler les émeutes anti-coloniales de gauche. Elle interdisait alors les rassemblements de plus de trois personnes sans autorisation préalable de la police. Depuis, la loi a évolué et s’est modifiée pour devenir bien plus libérale en 1995 afin de prendre en compte le pacte international des droits civils et politique définis par les Nations Unies : à partir de ce moment là, elle est passée d’une demande d’autorisation préalable pour les réunions de plus de 20 personnes à une simple notification à la police avant de manifester.

Mais à l’approche de la rétrocession de 1997 et sous la pression de Pékin, le conseil législatif provisoire a réintroduit des conditions : avant toute réunion de plus de 50 personnes comprenant plus de 30 manifestants il faut prévenir la police sept jours à l’avance afin d’obtenir un "avis de non objection". Si le sésame n’est pas obtenu, il est possible de faire appel mais passer outre expose les manifestants à un arsenal varié de poursuites.

Selon les chiffres de septembre 2012 communiqués par la police, sur 51.946 demandes faites depuis 1997, seulement 31 ont été rejetées mais des activistes dénoncent des lenteurs de la police dans le traitement des demandes qui minimiseraient l’impact des rassemblements. Les statistiques montrent par ailleurs une augmentation régulière du nombre de manifestations et alors qu’on en dénombrait, bon an mal an, environ 2.000 par an entre 1997 et 2006, leur nombre croit chaque année depuis 2007 pour dépasser le seuil des 6.000 manifestations en 2011 et cela devrait être encore le cas en 2012.

Photo Nicolas Lemaitre, texte Sophie Mabru (www.lepetitjournal.com/hongkong.html) mercredi 14 novembre 2012

 
Une internationale

CARRIÈRE ATYPIQUE - Partir pour se réinventer, revenir en France pour la réinventer

Quelle est la différence entre le rêve et la réalité ? Pour Clémentine Quinson, la réalité est un rêve que l’on a rendu opérationnel. Clémentine s’est réinventée à Hong-Kong en franchissant le pas de la carrière atypique. Le choc de Charlie Hebdo a initié son retour en France. Elle a rejoint Alexandre Jardin et l’équipe Bleu Blanc Zèbre pour réaliser cet objectif fou : réinventer la France. Êtes-vous prêt à comprendre comment donner du sens à…
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Avec Relay, profitez de la presse numérique depuis votre pays d’expatriation !

Avec Relay.com, je consulte la version numérique de plus de 600 titres de presse française et internationale depuis mon pays d'expatriation, en me connectant depuis mon smartphone, ma tablette et mon ordinateur. J'accède partout, tout le temps à mes magazines préférés dès leur jour de parution et je les sauvegarde dans ma bibliothèque personnelle.
Expat
Expat - Emploi

CARRIÈRE ATYPIQUE - Partir pour se réinventer, revenir en France pour la réinventer

Quelle est la différence entre le rêve et la réalité ? Pour Clémentine Quinson, la réalité est un rêve que l’on a rendu opérationnel. Clémentine s’est réinventée à Hong-Kong en franchissant le pas de la carrière atypique. Le choc de Charlie Hebdo a initié son retour en France. Elle a rejoint Alexandre Jardin et l’équipe Bleu Blanc Zèbre pour réaliser cet objectif fou : réinventer la France. Êtes-vous prêt à comprendre comment donner du sens à votre carrière ?

ENTREPRENDRE AU MAROC - Un Royaume en pleine mutation

Si le Maroc est resté dans l'inconscient français une ancienne colonie devenue lieu de villégiature pour retraités de métropole, la modernité s'invite doucement dans le quotidien des Marocains. Qu’en est-il de créer son entreprise au Maroc, et quelles sont les perspectives pour ceux qui seraient tentés par le Royaume ? Découvrez l’analyse du W Project en vidéo ! 
Expat - Politique

EXIL FISCAL - Les plus riches quittent massivement la France

Selon une étude sud-africaine, 10.000 millionnaires français auraient quitté l'Hexagone en 2015. Un exode qui n’a d’équivalent dans aucun autre pays, d’autant que les dernières données publiées par le fisc font état d’une nette baisse du nombre de contribuables dans les tranches supérieures de l’impôt
Magazine
En direct de nos éditions locales