Pour des yeux et des oreilles d'occidentaux peu avertis, il est souvent difficile de saisir de quoi il s’agit mais une chose est certaine, que l’on soit à Central ou à Mongkok comme ici, il n’est pas inhabituel de voir défiler des cortèges plus ou moins longs de manifestants, armés de pancartes et toujours accompagnés de mégaphones servant à amplifier des messages de revendications.

 

 

Ces manifestations sont régies par le code du “Public Order Ordinance” institué à l’origine par le gouvernement colonial anglais en 1967 pour contrôler les émeutes anti-coloniales de gauche. Elle interdisait alors les rassemblements de plus de trois personnes sans autorisation préalable de la police. Depuis, la loi a évolué et s’est modifiée pour devenir bien plus libérale en 1995 afin de prendre en compte le pacte international des droits civils et politique définis par les Nations Unies : à partir de ce moment là, elle est passée d’une demande d’autorisation préalable pour les réunions de plus de 20 personnes à une simple notification à la police avant de manifester.

Mais à l’approche de la rétrocession de 1997 et sous la pression de Pékin, le conseil législatif provisoire a réintroduit des conditions : avant toute réunion de plus de 50 personnes comprenant plus de 30 manifestants il faut prévenir la police sept jours à l’avance afin d’obtenir un "avis de non objection". Si le sésame n’est pas obtenu, il est possible de faire appel mais passer outre expose les manifestants à un arsenal varié de poursuites.

Selon les chiffres de septembre 2012 communiqués par la police, sur 51.946 demandes faites depuis 1997, seulement 31 ont été rejetées mais des activistes dénoncent des lenteurs de la police dans le traitement des demandes qui minimiseraient l’impact des rassemblements. Les statistiques montrent par ailleurs une augmentation régulière du nombre de manifestations et alors qu’on en dénombrait, bon an mal an, environ 2.000 par an entre 1997 et 2006, leur nombre croit chaque année depuis 2007 pour dépasser le seuil des 6.000 manifestations en 2011 et cela devrait être encore le cas en 2012.

Photo Nicolas Lemaitre, texte Sophie Mabru (www.lepetitjournal.com/hongkong.html) mercredi 14 novembre 2012

 
Une internationale

STARTUPS - Où fait-il bon entreprendre ?

Le monde est chamboulé par l'arrivée massive de startups qui remettent au goût du jour l'économie collaborative et qui reconfigurent le marché du travail. Rien qu'au niveau des "licornes", ces jeunes entreprises valorisées à plus d'un milliard de dollar, on en compte actuellement 47 en Europe sur 140 dans le monde. Venez découvrir d'autres faits marquants à propos de ce nouveau business avec l'infographie ecoreuil.fr. 
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Et si vous louiez votre appartement à une grande entreprise ?

Avez-vous déjà entendu parler de la location corporate ? C’est la possibilité pour un propriétaire de louer son appartement à un grand groupe pour que celui-ci y installe l’un de ses salariés avec ou sans sa famille. Un dispositif qui présente de nombreux avantages pour les bailleurs expatriés.

CFE – La protection sociale au féminin

Pour réussir son expatriation, les questions de « protection sociale » sont fondamentales et doivent être anticipées avant le départ. C’est d’autant plus vrai pour les femmes qui doivent souvent prendre des précautions supplémentaires pour les enfants, la maternité. Avec la Caisse des Français de l’Etranger (CFE) qui assure la continuité à l’étranger de la Sécurité sociale française, vous avez la possibilité d’emporter la protection sociale « à la française » à l’étranger et de rester couverte partout dans le monde (dont la France) comme si vous n’étiez pas partie.
Expat
Expat - Emploi

STARTUPS - Où fait-il bon entreprendre ?

Le monde est chamboulé par l'arrivée massive de startups qui remettent au goût du jour l'économie collaborative et qui reconfigurent le marché du travail. Rien qu'au niveau des "licornes", ces jeunes entreprises valorisées à plus d'un milliard de dollar, on en compte actuellement 47 en Europe sur 140 dans le monde. Venez découvrir d'autres faits marquants à propos de ce nouveau business avec l'infographie ecoreuil.fr. 

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – "Il ne faut pas affoler tout le monde avec le Brexit"

Bientôt deux ans que Matthias Fekl occupe le poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français de l’étranger. Le ministre est confronté à de nombreux chantiers à commencer par les négociations en vue du futur traité transatlantique, le TTIP. Plus récemment s’est aussi posé le problème des Français au Royaume-Uni. Retour sur les principaux enjeux de la fonction de Matthias Fekl. 
Magazine
En direct de nos éditions locales