Hong Kong

HKDSE – Seuls 25% des « bacheliers » hongkongais accèdent aux universités publiques

 

Les résultats du Hong Kong Diploma of Secondary School viennent d’être rendus pour les 60,000 candidats hongkongais. Un système bien différent du baccalauréat français qui détermine pour les jeunes de 18 ans l’accès ou non à l’enseignement supérieur… et son prix ! Chiffres et explications.

Au total 60,300 participants se sont présentés à l’épreuve du HKDSE (Hong Kong Diploma of Secondary Education) qui sanctionne la fin du cycle secondaire comme son nom l’indique. Pour la plupart, il s’agit d’élèves âgés de 18 ans.

Sans trahir le suspense, 41% ont eu des notes permettant d’accéder à la Higher School et seuls 25 % pourront rentrer dans les universités publiques tant prisées.   

HKDSE : 6 épreuves notées sur 5

Pour ce diplôme, chaque candidat doit concourir dans 4 matières principales à savoir langue chinoise, langue anglaise, mathématiques et « études libérales ». Cette dernière matière traite de sujets variés sur l’actualité, la société, les questions environnementales. Elle est censée apporter aux élèves une ouverture et un esprit critique … sorte d’arts libéraux revisités. Tous doivent impérativement choisir deux voire trois matières complémentaires, parmi lesquelles on retrouve la physique, la chimie, la littérature chinoise, l’histoire-géo, etc.

Les candidats sont notés de 1 à 5, la meilleure note de 5 pouvant être portée à 5* voire 5** si la copie est parfaite, auquel cas l'élève récolte 6 ou 7 points.

Le graal : l’accès aux universités publiques 

Mercredi 12 juillet, la majorité des élèves et parents n’avaient qu’un mot en tête : l’université publique, et donc qu’un chiffre: 15,000, soit le nombre de places ouvertes cette année dans les huit universités publiques de Hong Kong*.

Un suspense double donc : celui d’être admis en Higher School et celui de pouvoir ou non rentrer dans une des huit universités publiques.

The Hong Kong University (HKU)

 

Il faut d’abord obtenir un total de points suffisamment élevé (généralement supérieur à 15) et des notes individuelles supérieures à 2 en anglais et en chinois pour viser l’Higher Education. Puis, le système de numerus closus s’applique, et seuls les meilleurs résultats ouvrent les portes aux universités publiques.

Pourquoi tant de stress ?  

Compétitivité oblige ! Les grandes universités sont évidemment plus valorisées par l’éco-système hongkongais et de nombreux parents que les formations professionnalisantes et les filières courtes (équivalentes à nos BTS ou IUT).

Or, à défaut d’Higher School, les élèves suivront des Sub-Degree Programs, avec des écoles jugées « plus faibles » et des diplômes limités à l’Associate Degree, moins estimé qu’un Bachelor ou de Master Degree de la Higher Education.

Et à défaut d’université publique, les élèves rentreront dans une des 12 universités privées et devront dans ce cas payer des frais d’éducation pouvant aller de 50,000 à 140,000 HK$ l’année.

Lors des résultats, 20,855 candidats ont pu accéder à l’Higher Education, et donc précisément 5.885 personnes devront trouver une place dans les universités privées. La nouvelle cheffe du gouvernement, Carrie Lam, prévoit toutefois une compensation de 30.000 HK$ pour ces élèves afin de faciliter leur maintien dans le cycle universitaire. 

Marc Schildt (lepetitjournal.com/hong-kong) - vendredi 14 juillet 2017


Liste des huit universités publiques : City University of Hong Kong (CityU), Hong Kong Baptist University (HKBU), Lingnan University (LU), The Chinese University of Hong Kong (CUHK), The Education University of Hong Kong (EdUHK), The Hong Kong Polytechnic University (PolyU), The Hong Kong University of Science and Technology (HKUST), The University of Hong Kong (HKU)

 

LOGEMENT - Repérer le bon quartier à Hong Kong avec un agent immobilier

Trouver son logement lorsqu’on arrive dans une ville, c’est une situation parfois compliquée et particulièrement à Hong Kong, où les loyers sont élevés. Il faut faire concorder confort intérieur, proximité avec le travail, avec l’école si on arrive en famille… Toutefois, le Port aux parfums abrite des quartiers pour tous les goûts, avec des ambiances différentes, des coins tranquilles comme Stanley, aux rues fourmillantes de Sheung Wan en…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine