Hong Kong

AEROPORT de Hong Kong : Top 5 mondial et de gros investissements pour éviter le décrochage

Nous l’utilisons tous, que ce soit pour les départs en vacances, imminents pour certains, les voyages d’affaires ou pour accueillir ceux qui nous rendent visite. L’aéroport de Hong Kong est la porte d’entrée sur la ville, jugé 5ème dans un classement mondial de référence. Avec une activité colossale, des résultats en proportion, l’aéroport a lancé une série d’investissements pour déjouer la saturation qu’il connaît.

L’aéroport de Hong Kong va bien, pas de souci sur ce volet.

D’abord en termes de qualité. L’aéroport figure parmi les meilleurs du monde. Le classement mondial SKYTRAX World Airport Awards le hisse à la 5ème position pour l’expérience voyageur juste après Singapour (1er incontesté depuis 5 ans), Tokyo Haneda, Séoul Incheon et Munich.

Tout a été noté dans les 13,82 millions d’enquêtes collectées fin 2016 pour établir ce sésame des 550 aéroports mondiaux : l’expérience à l’arrivée, la réception des bagages, les transferts, le départ et son parcours check-in / sécurité / immigration et pour couronner l’expérience, le shopping et la restauration. 

D’ailleurs pour les restaurants, l’aéroport de Hong Kong grimpe au 1er rang du classement mondial (certainement apprécié pour son Food Court et un restaurant étoilé Michelin, le Hung's Delicacies).

Munich, Zurich, London Heathrow et Francfort sont les aéroports européens qui ressortent dans le top 10. L’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle n’est que 32ème au classement. 

Monique, une « routarde » des aéroports confirme : « Paris, Hong Kong, c’est deux écoles ! En arrivant on passe très vite l’immigration d’un côté, encore plus si on a la Hong Kong ID, et quand ça bouchonne, de nouveaux guichets s’ouvrent rapidement. A Paris, ça dépend vraiment de l’heure, mais ça peut durer longtemps et on se fâche en voyant tous ces guichets vides qui restent indéfiniment au rouge. La file spéciale pour les classes affaires pourrait être bien, peu de pays l’ont, mais elle est encore plus chargée que les autres. A côté de ça, les commerces et cafés ne sont vraiment biens et agréables que dans certains terminaux à Paris-CDG. Sinon il y a aussi l’expérience des taxis quand on sort de l’aéroport à Paris, avec les rabatteurs, les vrais taxis, les faux taxis... ça peut faire sourire mais il faut être préparé ».

Du côté des chiffres, les résultats sont aussi très positifs et confirment également l’attractivité de la ville et son rôle de hub régional.

Sur l’exercice 2016 /2017 :

- Le nombre de voyageurs s’élève à 70,5 millions (+1,1%),
- Les vols se maintiennent avec 410,440 départs et arrivées (1,150 par jour en moyenne),
- Le transport de marchandises avec les vols cargo augmente de 6,7% à 4,6 millions de tonnes (Hong Kong est  1er sur le fret aérien)

En traduction monétaire, les voyageurs participent à un chiffre d’affaires total de 18,6 milliards de HK$ et un profit qui atteint 8,27 milliards de HK$ pour 2017. Le tout avec tout de même 73,000 salariés !

La politique des grands travaux

Voilà quelques années que l’aéroport a néanmoins une petite épine dans le pied. Il est constamment au maximum de son activité. En 2016, le nombre de vols atteignait 98,2 % de sa limite annuelle… fixée à 420,000 vols !

A moins de pousser l’expérience client encore plus loin : shopping, restaurants, re-shopping et restaurants, l’aéroport était obligé d’agir sur sa capacité d’accueil.

L’investissement le plus impressionnant est la construction d’une troisième piste d’atterrissage. Pour la dérouler, l’aéroport doit d’abord gagner du terrain sur la mer avec des travaux de remblaiement importants. Les travaux ont débuté en août 2016 et représentent une dépense globale de 141 milliards de HK$.

La troisième piste sera reliée par un train au terminal 2 et permettra l’accueil de 30 millions de passagers annuels supplémentaires à l’horizon 2024, date prévue pour sa livraison.

"Three-Runway System" - Youtube channel HKAirportofficial
(vidéo de 4mn très complète)

Sans avoir à attendre 7 ans, des changements et extensions à court terme sont déjà en route pour accompagner la croissance impérative de son activité.

Au niveau des vols quotidiens, le département de l’aviation civile de Hong Kong vient récemment d’autoriser un passage de 68 vols par heure à 70 vols (rythme entre 7am et 10pm). L’aéroport aura donc la capacité d’accueillir 1,200 vols par jour, soit 50 de plus qu’actuellement.

Pour accompagner cette bouffée d’air, le terminal 1 doit s’étendre de 1,600m2 et accueillir de nouveaux comptoirs et dépose-bagages. Le tarmac est également modifié pour loger 38 places supplémentaires de parking pour avion. Une passerelle aérienne est en cours de construction pour permettre aux passagers de relier le Terminal 1 et son satellite Nord sans avoir à utiliser les navettes. 

Le terminal 2 se transforme aussi. Fin 2017, des travaux d’extension démarreront pour accueillir à moyen terme tous les vols de la future 3ème piste.

Enfin place aux travaux d’agrément. L’aéroport promet une grande terrasse ouverte avec des jardins sur le toit d’un terminal, des projets de murs végétaux dans l’aéroport sur toute sa hauteur, l’extension des galeries commerciales et un playground pour enfants. 

La saturation, pourtant prévisible, donne à ces travaux une allure de course contre la montre. Indispensables pour l’aéroport, les travaux le sont également pour la ville qui veut jouer un rôle central dans la nouvelle zone Guangdong-Hong Kong-Macau Bay Area, ce qui a d’ailleurs valu une visite guidée de Xi Jinping le 1er juillet 2017 à l'aéroport. 

Marc Schildt (lepetitjournal.com/hong-kong) - mardi 11 juillet 2017

Credit Photos
Photo 1 et 2 : Credit Hong Kong International Airport
Photo 3 : Extrait vidéo "Three-Runway System" - Youtube channel HKAirportofficial
Photo 4 - visite présidentielle : Credit Government Information Services Department

 

LOGEMENT - Repérer le bon quartier à Hong Kong avec un agent immobilier

Trouver son logement lorsqu’on arrive dans une ville, c’est une situation parfois compliquée et particulièrement à Hong Kong, où les loyers sont élevés. Il faut faire concorder confort intérieur, proximité avec le travail, avec l’école si on arrive en famille… Toutefois, le Port aux parfums abrite des quartiers pour tous les goûts, avec des ambiances différentes, des coins tranquilles comme Stanley, aux rues fourmillantes de Sheung Wan en…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine