Hong Kong

ARNAUD BARTHELEMY – "C’est à la fois le bon endroit et le bon moment pour tenter une nouvelle aventure"

 

Retour en page d'accueil - Découvrez nos autres articles

Partira, partira pas ? Depuis plusieurs semaines, les rumeurs allaient bon train sur l’avenir du consul de France à Hong Kong qui termine fin août son mandat après quatre années et demie de bons et loyaux services. Le plus sage était encore d’interroger directement l’intéressé sur son bilan et ses projets d’avenir. Arnaud Barthélémy s’est donc prêté au jeu de nos questions-vérité.

Quel est aujourd’hui  votre sentiment après ces quatre années passées à Hong Kong?

C’est un sentiment de satisfaction. J’ai été très heureux d’être consul général à Hong Kong pendant quatre ans et demi, ce qui est un mandat long pour un diplomate. J’ai toujours considéré que c’était un privilège de représenter la France et de servir la communauté française de Hong Kong. Un privilège exigeant.

Arnaud Barthélémy, consul général de France à Hong et Macao, et Carrie Lam, n°2 du gouvernement de Hong Kong, le 14 juillet 2015

Quel bilan tirez-vous de votre mandat ?

Au cours de ces quatre années et demie, il s’est passé beaucoup de choses. La relation franco-hongkongaise n’a jamais été aussi intense qu’aujourd’hui quelque soient les domaines. En matière politique notamment, les visites de ministres hongkongais en France ces derniers mois ont été très fréquentes. Greg So, le ministre du Commerce était en France il y a quelques semaines, KS Wong, le ministre de l’Environnement y était également il y a 15 jours pour préparer la Cop21 et développer des coopérations. En octobre dernier, John Tsang, le ministre des Finances, était déjà à Paris pour le grand séminaire « Think Hong Kong, Think Asia » à l’occasion duquel il a rencontré Michel Sapin et Matthias Fekl. Tout cela montre bien que nous sommes plus pertinents que jamais en matière de business.

Comment définiriez-vous aujourd’hui les relations entre la France et la RAS chinoise ?

« Deep and confident ». Profondes et confiantes. Ce sont les deux expressions que j’ai employées à l’occasion du 14 juillet. Dans tous les domaines, les échanges entre Hong Kong et la France sont extrêmement denses.

En trois ans, nos exportations vers Hong Kong ont été multipliées par deux. Le nombre d’entreprises françaises à Hong Kong n’a jamais été aussi élevé. On estime qu’il existe actuellement 800 entreprises françaises à Hong Kong, qui emploient 33 000 personnes pour un chiffre d’affaires de 110 milliards de HKD.

En matière culturelle, le French May n’a également jamais été aussi gros et aussi visible. Le budget du festival est aujourd’hui trois fois ce qu’il était il y a quatre ans et les sponsors sont à 80% hongkongais. En matière scientifique, nous avons signé en 2012 un accord de coopération scientifique entre l’Agence Nationale de Recherche (ANR) et le Research Grants Council (RGC) qui fait de la France un des tout premiers partenaires scientifiques de Hong Kong, avec plusieurs projets conjoints sélectionnés chaque année pour des montants de 10 millions de HKD de part et d’autre.

La France est également aujourd’hui le deuxième pays d’accueil d’étudiants hongkongais en Europe après l’Angleterre et le premier pays européen d’envoi d’étudiants à Hong Kong. Tous les officiels que je rencontre sont d’ailleurs ravis qu’il y ait ici une large communauté française. Nous sommes perçus comme apportant quelque chose de positif à la ville et pas seulement parce que nous apportons du bon  pain.

Le 14 juillet, après plusieurs semaines de rumeurs, Carrie Lam la n°2 du gouvernement hongkongais, a officiellement confirmé que vous restiez à Hong Kong. Pourquoi avoir fait ce choix ?

C’est à la fois le bon endroit et le bon moment pour tenter une aventure qui me tenait à cœur depuis pas mal de temps déjà.

Quel sera exactement le contenu de votre nouvelle mission ?

Je vais ouvrir à Hong Kong en novembre le bureau de la banque ODDO, une banque franco-allemande déjà basée à Singapour. Ce n’est pas complètement nouveau pour moi : j’avais un contrat de droit privé et une expérience financière puisque je travaillais auparavant pour le Fonds souverain français mais c’est tout de même une nouvelle aventure, très entrepreneuriale et très excitante puisqu’il s’agit de créer quelque chose à partir de zéro

Vous pouvez nous en dire un plus ?

Un de nos axes privilégiés sera le Outband Chinese Investment c’est-à-dire les investisseurs chinois qui cherchent à acquérir des actifs, des sociétés notamment, en Europe continentale car tout un tas de facteurs indiquent que les investissements chinois et asiatique en Europe devraient fortement croître au cours des prochaines années.

Salarié du secteur privé, quelle sera votre situation vis-à-vis du Ministère des Affaires étrangères ?

Je serai en disponibilité comme je l’étais avant de venir ici. A titre personnel, je trouve ça très enrichissant de pouvoir faire des allers-retours d’une fonction à une autre. Cette mobilité est d’ailleurs aujourd’hui encouragée par le Ministère.

Il n’est donc pas exclu que vous retourniez un jour à la diplomatie ?

Je n’en sais rien encore mais effectivement ce n’est pas exclu.

Votre successeur Eric Berti sera en poste le 1er septembre. Quel tableau lui ferez-vous de la communauté française de Hong Kong ?

La communauté française de Hong Kong est une communauté dynamique, qui reste en croissance - même si cette croissance s’est ralentie – et dont le profil sociologique est plus varié qu’autrefois. Il y a toujours des expatriés français qui travaillent dans la finance et dans le luxe mais il y a aussi de plus en plus de jeunes diplômés et d’entrepreneurs.

Cette part croissante d’entrepreneurs reflète le boom de l’entrepreneuriat en France. 420 000 entreprises ont été créées l’an dernier dans notre pays. C’est énorme. Les Français n’ont jamais créé autant d’entreprises. Et si certains viennent le faire à Hong Kong, ce n’est pas pour fuir la France et sa fiscalité mais tout simplement parce qu’il existe ici  un marché.

Aurez-vous quelques conseils à lui prodiguer ? Quelles sont selon vous les spécificités de la fonction de consul à Hong Kong ?

Oui, clairement. Le statut particulier de Hong Kong « Un pays, deux systèmes » implique une visibilité et une responsabilité particulières, qui dépassent les fonctions habituelles d’un consul général. A Hong Kong, le consul a des relations directes avec le gouvernement, avec lequel il négocie des accords. Avec les autorités hongkongaises, nous avons par exemple négocié dernièrement l’augmentation des quotas de visas vacances-travail qui sont passés de 200 à 400.

A Hong Kong, le « job » de consul est aussi très polyvalent, avec notamment une composante business très forte. Vous devez connaître le monde de l’entreprise, sans quoi vous risquez de ne pas être considéré comme un interlocuteur pertinent par les milieux d’affaires que vous rencontrez. Moi, je passe énormément de temps avec les milieux d’affaires hongkongais, à faire notamment du fundraising, c’est même ce qui me mobilise le plus. L’an dernier, nous avons levé 3 millions d’euros pour le French May. Hong Kong se distingue enfin par sa presse, une presse libre et professionnelle qui est pour moi un levier phénoménal. J’ai fait beaucoup de presse à Hong Kong  mais il faut avoir à l’esprit que ce n’est pas possible partout, loin de là.

Propos recueillis par Florence Morin (www.lepetitjournal.com/hong-kong/) jeudi 23 juillet 2015

Crédits photos Consulat de France à Hong Kong et Macao

En savoir plus:

WORKING HOLIDAY VISA - Le PVT double son quota entre la France et Hong Kong

FRENCH MAY 2014 - Le festival français de Hong Kong en quelques chiffres

RECHERCHE - L'Institut Pasteur renforce sa collaboration avec l’Université de Hong Kong

Les précédents entretiens du Consul de France à Hong Kong et Macao:

ARNAUD BARTHELEMY - CONSUL GENERAL DE FRANCE - "Je suis très optimiste pour le rôle de la France à Hong Kong"

2013 CONSULAT - Une année à Hong Kong et Macao, bilan et perspectives avec Arnaud Barthélémy

2012 ARNAUD BARTHELEMY – Entretien-Bilan avec le Consul général de France à Hong Kong et Macao

2011 INTERVIEW - Arnaud Barthélémy, un financier diplomate à Hong Kong

DIPLOMATIE – Arnaud Barthélémy, nouveau Consul Général de France à Hong Kong

 

 
Une internationale

BIENVENUE À PARIS – Paris, hors des sentiers battus

Paris recèle mille trésors pour qui veut se laisser prendre (et surprendre) au jeu, qu’il soit Parisien depuis un jour ou depuis toujours. Bienvenue à Paris vous propose de partager, en compagnie de français et d’étrangers venus s’installer à Paris, des aventures culturelles, gastronomiques, sportives exclusives pour porter un autre regard sur la vie parisienne.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

W PROJECT - La Colombie: un pays sur lequel on parie

Les équipes du W PROJECT ont cette fois posé leurs valises en Colombie. Pays connu pour la qualité de son café, la Colombie tient son nom du célèbre explorateur qui découvrit dit-on l’Amérique. Elle accueille aujourd’hui de nouveaux types d’explorateurs à la recherche de solutions pour entreprendre et innover. Reportage vidéo

CINÉMA FRANÇAIS – Cap sur l’export !

La France est le pays européen qui exporte le plus de films, avec 216 millions d’euros en 2015. L’Amérique du Nord s’impose comme le principal acheteur de ces droits. Pour maintenir et étendre encore le rayonnement du cinéma français, le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) dévoile son plan « Plan Export ».
Expat - Politique

FILLON - En tête aussi chez les Français de l'étranger

Contrairement au premier tour, François Fillon arrive en tête chez les votants de l'étranger. Le report des voix a semble-t-il bien fonctionné pour le vainqueur de la Primaire de la Droite et du centre. On est pourtant loin du raz-de-marée qui a été constaté dans l'Hexagone, avec 52,3% des suffrages. 
Magazine