Hong Kong

EXPO - « Équivoquement vôtre » androgynie et fluidité des genres dans la culture populaire hongkongaise

« Ambiguously Yours » voilà le titre plutôt provocateur de la dernière exposition du musée M+  dans  le quartier culturel de West Kowloon. Une exposition pour le moins inattendue qui aborde la culture populaire hongkongaise par l’un de ses aspects les plus controversés, celui des identités sexuelles, de la bisexualité des genres, de l’androgynie et de la féminisation ou l’effémination dans la culture pop cantonaise des années 1980-1990 à Hong Kong.


Costume d'Eddie Lau, pour Denise Ho

Cette nouvelle exposition du musée M+ concerne une période récente, celle des années 80-90 quand la musique canto pop atteint ses sommets et que les stars hongkongaises adulées par un large public dominent la scène musicale de la Chine du sud et des diasporas chinoises, omniprésentes dans les spectacles de variétés, celle d’une époque où l’industrie du cinéma de Hong Kong est aussi la troisième du monde après Hollywood et Bollywood.

Cette culture populaire hongkongaise, qui s’est développée à partir des années 60 avec une vraie révolution dans la mode, l’architecture, le design, les magazines et les revues littéraires, baignée d’un mélange de culture orientale et occidentale créant les cadres d’une identité hongkongaise, avait d’ailleurs été documentée précédemment dans une superbe exposition en 1995 au Hong Kong Art Centre intitulée « Hong Kong Sixties, Designing Identity ». 

Anita Mui, véritable caméléon qui glissera sans cesse entre la masculinité et la féminité 

L’exposition de M+ mise en place par la commissaire Tina Pang et son assistante Chloe Chow à partir des nouvelles collections du musée M+ et d’emprunts à d’autres institutions locales est annoncée comme « une exploration de la culture populaire au travers des esthétiques de l’androgynie et de la fluidité des genres en interaction dynamique avec l’art visuel, le design et les images en mouvement ». Elle parcourt ces années 80 et 90  en se concentrant principalement sur le côté visuel de ces manifestations plutôt que sur leur aspect social. Les témoins de cette époque y retrouveront leurs idoles de la chanson et du cinéma dans toute leur extravagance, notamment les plus célèbres comme le parrain de la musique canto pop, Roman Tam, dans son costume en plumes de paon porté en 1995 lors de ses adieux à la scène. Roman Tam sera un pionnier qui ouvrira la voie pour la chanteuse Anita Mui, véritable caméléon qui glissera sans cesse entre la masculinité et la féminité du garçon manqué au dandy, de la danseuse de revue à la jeune mariée, un mélange des genres qui se retrouve chez sa protégée, la chanteuse Denise Ho, qui réinterprètera ses costumes sous une forme masculine de rocker. Cette exposition célèbre les stars mais aussi toue une société du showbiz qui gravite autour : costumiers, couturiers, (Eddie Lau et Silvio Chan), designers et photographes.


Croquis de Jean-Paul Gauthier, pour Leslie Cheung

 

Leslie Cheung, chanteur ou acteur androgyne, objet de désir des hommes et des femmes, 

Le plus touchant dans cette expo est de retrouver le personnage de Leslie Cheung, chanteur habillé par Jean-Paul Gauthier ou acteur androgyne, objet de désir des hommes et des femmes. On le retrouve avec Anita Mui dans des extraits de Rouge (1988), film de Stanley Kwan. L’exposition explore par des extraits ou des photos les œuvres de ces réalisateurs qui travaillaient en marge des grosses productions comme Johnnie To (Eighth Hapiness, avec Chow Yun-fat, 1988), Peter Chan (He’s a Womam, She’s a Man, 1994) ou l’hommage à la nouvelle vague française de Wong Kar-wei (Chungking Express, 1994, avec Tony Leung en policier au cœur brisé par son amour pour une adolescente et se confiant à ses peluches ou à sa brosse à dents). Des photos aussi de films ou d’acteurs questionnant l’androgynie dans les films de réalisateurs tels que Yonfan ou Julian Lee.

Couverture du City Magazine n°173, en 1991

Dans sa dernière partie, la création graphique de cette époque apparait sur des pochettes de disques ou dans la publicité qui fait appel à des designers tels que Alan Chan ou Wing Shya. Le City magazine joua un grand rôle dans cette tendance sociale et culturelle en invitant pour  ses couvertures des directeurs artistiques tels que William Chang et Tina Liu ou des photographes comme Leong Katai et AndrewTang. On note aussi l’influence de la culture pop qui franchit les frontières, notamment les collages de l’illustrateur japonais Tanaami Kelichi dont on retrouve un écho dans ceux de Wing Shya ou de Stanley Wong. Tina Pang a inclus également quelques artistes contemporains reliés à cette culture populaire comme Wilson Shieh et ses gratte-ciels personnifiés ou Ho Sin Tung qui rend hommage au cinéma de façon détournée par une installation de ses posters dessinés au crayon et de programmes falsifiés d’un festival de cinéma onirique.

« Genderfluid » à la Broadway cinematheque 

0n peut regretter que l’exposition, en se limitant au visuel, reste à la superficie des choses, s’attachant aux objets, costumes, designs de magazines, images et photos, et n’approfondit pas les questions profondes comme le déchirement des crises identitaires de ces personnes qui, en dehors du showbiz, des paillettes de la scène, vivaient souvent douloureusement, rejetés par la société très conservatrice, ces stars qui pour certains eurent une fin tragique, comme Leslie Cheung dont le suicide Le 1e avril 2003 choqua profondément et durablement la population. La scène brillante d’un soir cachait une réalité plus sombre où l’homosexualité, la transsexualité étaient bannies ou décriées dans la vie courante et obligeaient beaucoup de gens à se dissimuler ou à émigrer vers d’autres territoires plus permissifs. 

Ce manque est peut-être en partie effacé par un programme de films, vidéos et documentaires : « Genderfluid » à la Broadway cinematheque qui traite de ce sujet dans d’autres lieux et générations ainsi que dans les différentes visites guidées et conférences organisées par le musée.

Gérard Henry

Extrait de Paroles n°253 (avril/mai/juin 2017)

http://afhongkong.org/paroles/about-paroles

Infos pratiques

Exhibition 

Ambiguously Yours

17/3-21/5 2017

M+ Pavillon

West Kowloon Cultural District MTR Kowloon station E4,E5 

 

Genderfluid Screening

7-9/4  Broadway cinematheque

Yaumatei, Kowloon

 

 

 
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine