Hong Kong

LAURENT FABIUS – A Hong-Kong, signature des accords visas "Vacances-Travail"

La visite de Laurent Fabius à Hong Kong les dimanche 5 et lundi 6 mai était placée sous le sceau de l’amitié franco-hongkongaise : l’occasion pour le ministre français des Affaires étrangères de remettre au cinéaste Wong Kar-waï les insignes de Commandeur des Arts et des Lettres, de lancer officiellement le French May 2013 avec l’inauguration de l’exposition Cocteau et de signer un accord de réciprocité pour la mise en place de visas "Vacances-Travail" pour les jeunes. Une visite émaillée de rencontres au cours desquelles le ministre a eu plusieurs fois l’occasion de s’exprimer.


Des actes d’amitié symboliques dans le domaine culturel

La presse locale se bousculait dimanche en fin d’après-midi à la résidence de France au Peak pour assister à la remise des insignes de Commandeur des Arts et des Lettres au célèbre cinéaste hongkongais Wong Kar-waï [1]. Un événement autour de l’homme aux lunettes noires qui était accompagné de ses équipes, un brin ému de cette reconnaissance venue du pays "du cinéma", "de l’égalité, de la fraternité, de la liberté d’expression et de l’amour" et qui, selon des termes que le ministre français s’est plu à répéter, est remise par une "France qui est "In the Mood for love"" pour le réalisateur sans doute le plus emblématique du cinéma hongkongais dont le travail avait déjà été récompensé par un César et une Palme de Meilleur réalisateur à Cannes en 1997.

Lundi, l’inauguration officielle par Laurent Fabius de l’édition 2013 du French May à City Hall pour le lancement de l’exposition Cocteau (article à venir) était un autre moment symbolique de l’amitié franco-hongkongaise honoré de la présence de Mme Carrie Lam, secrétaire en chef de l’administration avec qui le ministre a ouvert le festival. Un ministre des Affaires étrangères agissant dans le cadre d’un événement culturel, l’un des trois axes porteurs du développement des relations franco-hongkongaises qui couvrent, selon les interventions du ministre, trois domaines : l’économie, la culture et les liens politico-administratifs.

Mise en place des visas "Vacances-Travail"

Dans le registre des liens politico-culturels, la visite de Laurent Fabius s’est accompagnée de la signature d’un traité entre la France et Hong Kong représenté par M. Matthew Cheung, Secrétaire au travail et aux affaires sociales, en présence du chef de l’exécutif, M. CY Leung. Cet accord prendra effet après le 1er juillet 2013 et permettra à des jeunes entre 18 et 30 ans, de Hong Kong et de France, de passer une année respectivement en France et à Hong Kong.

L’idée est de permettre à ces jeunes d’élargir leur horizon, de gagner de l’argent et de l’expérience tout en voyageant, en finançant leur voyage par leur travail. Un "renforcement des liens anciens entre la France et Hong Kong" selon le communiqué du gouvernement de Hong Kong dont l’illustration peut-être confortées côté français par les chiffres fournis par le consulat de France : la population française à Hong Kong est actuellement estimée à 15.000 personnes parmi lesquelles on dénombre chaque année 300 étudiants constituant le plus fort bataillon d’étudiants européens. Inversement ce sont 450 étudiants hongkongais qui choisissent d’étudier en France chaque année, première destination européenne pour les études après le Royaume Unis.
Cet accord bilatéral est le huitième de ce type signé par Hong Kong et il permettra au département de l’immigration et au consulat général de France à Hong Kong et Macao d’émettre des visas "Vacances-Travail" dans la limite de 200 visas pour chacune des deux parties.

Pour bénéficier de ces visas, les candidats doivent remplir les critères suivants :

- Le demandeur doit être citoyen français, en possession d’un passeport français en cours de validité ou un résident ordinaire de Hong Kong titulaire d’un passeport de Hong Kong ou du Royaume Uni (outremer), âgé de 18 à 30 ans qui a l’intention de voyager à Hong Kong ou en France pour une période spécifique ne dépassant pas un an,
- Le demandeur ne peut pas être accompagné de membres dépendants de sa famille,
- Le demandeur doit disposer d’un billet de retour ou de fonds suffisants pour l’achat de ce billet ainsi que de fonds suffisants pour financer la période de son séjour initial à Hong Kong ou en France,
Le demandeur doit être couvert par une assurance médicale pendant toute la durée de son séjour.

Les informations pratiques sur la procédure de demande est disponible :
- Sur le site du consulat général de France pour les hongkongais ICI
- Sur le site du département de l’immigration de Hong Kong pour les français ICI (ou par téléphone au 2824 6111)

 

Fleur, Pierre, Laurent … la France promue par ses ministres

Outre la signature de cet accord et les gestes symboliques, le ministre a eu l’occasion de s’exprimer à plusieurs reprises pour reprendre notamment des thématiques développées par François Hollande lors de sa visite officielle en Chine ou par Fleur Pellerin et Pierre Moscovici lors de leurs récentes visites à Hong Kong.

Le programme du ministre prévoyait ainsi une rencontre avec la communauté française lors d’une réception à la résidence de France dimanche soir avant un diner avec les conseillers du commerce extérieur. Lundi, le ministre a été interviewé par CBC-Asia avant de répondre aux questions des correspondants de presses du prestigieux Foreign Correspondant Club puis à celles qui ont suivi son intervention au cours d’un déjeuner organisé à l’Asia Society qui avait réuni environ 220 personnes.

Devant ce parterre d’origines variées, le ministre a placé les relations avec Hong Kong dans le cadre plus large des relations sino-françaises, deux pays qui "se définissent comme des "partenaires stratégiques" de la mondialisation" dont les échanges "doivent reposer sur des bases économiques saines". Sur ce plan et comme l’avait fait avant lui le ministre français de l’économie, Laurent Fabius a tenu à rassurer sur la situation de l’eurozone, martelant que la crise est passée et terminée. Il a lui aussi mis en avant la nécessité de rééquilibrer les échanges commerciaux entre la France et la Chine : l’an dernier les exportations françaises ont augmenté de 12% vers la Chine (36% vers Hong Kong) générant pour les quelques 10.000 entreprises françaises exportatrices 15 milliards d’euros vers la Chine et 6 milliards d’euros vers Hong Kong (avec qui la balance est elle largement excédentaire). Malgré une réduction du déficit avec la Chine de 1,5 milliards d’euros en 2012, la balance reste largement déficitaire de 26 milliards d’euros, soit 40% du déficit commercial de la France, une situation "insoutenable".

En termes de rééquilibrage, le ministre a donc invité une nouvelle fois les investisseurs à s’intéresser à la France qui ne "craint pas le péril jaune" et souhaite au contraire favoriser les investisseurs étrangers, en particulier chinois pour leur faire bénéficier de ses atouts structurels et historiques. Le processus d’internationalisation du RMB a lui aussi été évoqué pour mettre en avant les atouts de la France qui souhaite par ailleurs élargir son champ "historique" de coopération. Au-delà du nucléaire et de l’aéronautique, le gouvernement souhaite que la Chine s’intéresse aux compétences et à l’expertise française dans les domaines de l’agro-alimentaire, du développement durable ou de la santé, des échanges que le gouvernement français souhaitent "multipolaires" et humains aussi pour englober le tourisme et la formation. Il s’agit de "faire profiter une population chinoise dont le revenu moyen va doubler d’ici 2020 de l’excellence française pour le bénéfice des deux partenaires".

Au-delà du discours, des interrogations

Attentif au discours du ministre français, le public de l’Asia Society l’a ensuite questionné sur la compatibilité des échanges et de la défense des droits de l’homme dont la France est le symbole, le ministre a indiqué que "cette question n’est pas contradictoire avec une bonne économie" mais que pour des raisons de respect mutuel et respect de la face, par efficacité aussi, "ces questions délicates ne doivent pas se traiter en public afin de ne pas mettre son partenaire en difficulté"...
Il a souligné la "bonne entente" des gouvernements chinois et français, le "signe fort" donné à la France en conviant François Hollande, "premier chef d’Etat reçu par le nouveau gouvernement de Pékin" et les rendez-vous annuels qui ont été pris par les deux chefs d’Etat, un agenda qui fera avancer les choses.
Quant à "l’affaire Dailymotion" qui fait couler beaucoup d’encre, le ministre a précisé qu’il s’agit d’un problème de degré de prise contrôle et que si la France est ouverte aux acquisitions et aux investissements, dans les secteurs d’excellence comme celui-ci, elle doit pouvoir en garder le contrôle avant de conclure qu’il s’agit d’"un exemple à partir duquel il ne faut pas tirer de conséquences générales".

Rappelant que le général de Gaulle avait été le premier chef de gouvernement à avoir reconnu la République Populaire de Chine, le ministre a annoncé que l’année 2014 sera une année de festivités importantes pour les deux pays qui fêteront les 50 ans de cette reconnaissance; une Chine qui ne doit pas être considérée comme un pays en développement mais un pays en renaissance …

Le ministre s'est ensuite envolé pour Tokyo afin d'y préparer la visite prochaine de François Hollande au Japon.

Sophie Mabru (www.lepetitjournal.com/hong-kong) jeudi 9 mai 2013

Crédit photos : consulat de France

Lire aussi nos articles :
[1] - HKIFF – Une masterclass avec Wong Kar-waï
PIERRE MOSCOVICI – "Rééquilibrer la balance commerciale entre la chine et la France est une priorité"
F.HOLLANDE – Visite en Chine, un bilan à court terme décevant, à long terme plein de promesses
FLEUR PELLERIN – "France, the place to be in Europe"

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

 

 

DRAGON BOAT FESTIVAL - Une fête chinoise… et française !

Lors des célébrations du « double cinq », le 30 mai à Hong Kong, l'équipe So French de Dragon Boat participe aux traditionnelles courses de bateaux. Focus sur l’équipe et retour sur l’histoire de ce sport devenu un symbole en Chine. 

JOYCE JONATHAN se confie

La chanteuse française qui connaît très bien la Chine (c'est une star jusque dans les provinces les plus reculées) revient à Hong-Kong grâce au…
Une internationale

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 

COACHING - Avancer sans bouger...

Vous tournez en rond, sans but précis. Vous vous sentez triste, insatisfait, perdu, frustré, bloqué voire inutile ? Dans sa nouvelle rubrique, Nicolas Serres Cousiné vous dévoile la première étape pour avancer sereinement vers une vie qui vous ressemble : commencez par ne plus bouger !
Expat - Politique

REPUBLIQUE EN MARCHE – Qui sont les candidats pour les Français de l’étranger ?

Ils sont inconnus du grand public et pourtant, forts du score important d’Emmanuel Macron à l’étranger, ils pourraient créer la surprise et vous représenter à l’Assemblée nationale. Jeunes ou moins jeunes, issus de la société civile, de la tech ou dans la politique de longue date, on lève le voile sur leurs profils et leurs ambitions
Magazine