Hong Kong

LA PHOTO DE LA SEMAINE - La “manif”, un mode d’expression hongkongais

Pour des yeux et des oreilles d'occidentaux peu avertis, il est souvent difficile de saisir de quoi il s’agit mais une chose est certaine, que l’on soit à Central ou à Mongkok comme ici, il n’est pas inhabituel de voir défiler des cortèges plus ou moins longs de manifestants, armés de pancartes et toujours accompagnés de mégaphones servant à amplifier des messages de revendications.

 

 

Ces manifestations sont régies par le code du “Public Order Ordinance” institué à l’origine par le gouvernement colonial anglais en 1967 pour contrôler les émeutes anti-coloniales de gauche. Elle interdisait alors les rassemblements de plus de trois personnes sans autorisation préalable de la police. Depuis, la loi a évolué et s’est modifiée pour devenir bien plus libérale en 1995 afin de prendre en compte le pacte international des droits civils et politique définis par les Nations Unies : à partir de ce moment là, elle est passée d’une demande d’autorisation préalable pour les réunions de plus de 20 personnes à une simple notification à la police avant de manifester.

Mais à l’approche de la rétrocession de 1997 et sous la pression de Pékin, le conseil législatif provisoire a réintroduit des conditions : avant toute réunion de plus de 50 personnes comprenant plus de 30 manifestants il faut prévenir la police sept jours à l’avance afin d’obtenir un "avis de non objection". Si le sésame n’est pas obtenu, il est possible de faire appel mais passer outre expose les manifestants à un arsenal varié de poursuites.

Selon les chiffres de septembre 2012 communiqués par la police, sur 51.946 demandes faites depuis 1997, seulement 31 ont été rejetées mais des activistes dénoncent des lenteurs de la police dans le traitement des demandes qui minimiseraient l’impact des rassemblements. Les statistiques montrent par ailleurs une augmentation régulière du nombre de manifestations et alors qu’on en dénombrait, bon an mal an, environ 2.000 par an entre 1997 et 2006, leur nombre croit chaque année depuis 2007 pour dépasser le seuil des 6.000 manifestations en 2011 et cela devrait être encore le cas en 2012.

Photo Nicolas Lemaitre, texte Sophie Mabru (www.lepetitjournal.com/hongkong.html) mercredi 14 novembre 2012

A la une

TROUBLES DYS – Un groupe pour échanger sur la scolarisation des enfants DYS à l'étranger

A l’étranger, il peut être difficile de trouver un enseignement adapté à des enfants souffrant de troubles cognitifs. A chaque déménagement il faut trouver une nouvelle solution. Un groupe Facebook vient d’être créé pour rassembler tous ceux qui vivent ou travaillent avec des enfants dys à l'étranger pour échanger sur les conditions de prise en charge à l'école.
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

UNIVERSITÉS – Quelles sont les meilleures du monde ?

Un nouveau classement QS World University Ranking des meilleures universités du monde vient de paraitre. Comme d’habitude, il est dominé par les universités américaines, qui devancent le Royaume Uni, l’Allemagne, les Pays Bas, le Canada et le Japon. En France, l'ENS et Polytechnique sont les mieux placées.
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – Un Franco-allemand en charge des Français de l’étranger

A 36 ans, le député du Lot-et-Garonne remplace au pied levé Thomas Thévenoud comme secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Pur produit des grandes écoles françaises, de père allemand, cet ancien partisan de Strauss-Kahn avait choisi de soutenir Hollande lors des primaires du PS
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.