Hong Kong

EXPOSITION - Le Musée d’Histoire de Hong Kong fait revivre la Chine des Han

 

Retour en page d'accueil - Découvrez nos autres articles

A l'occasion du 60ème anniversaire de la découverte de l'unique tombe Han à Hong Kong, le Musée d'Histoire propose jusqu'au mois d'octobre une superbe exposition consacrée à la dynastie Han. Il y a plus de 2000 ans, cette dynastie gouverna l'empire du milieu pendant près de quatre siècles. Elle fut la plus longue à régner sur la Chine et laissa derrière elle un héritage culturel, politique et économique de taille. Guerriers en terre cuite, sceaux impériaux en or, chevaux en bronze, cette exposition, riche de 162 artefacts archéologiques provenant de différentes régions de Chine continentale, fait revivre les us et coutumes du temps des Han et plonge les visiteurs au cœur d'une période faste de l'histoire de Chine.

Un empire puissant et centralisé

En 247 avant notre ère, le prince Zheng (259-210 avant J.C.) monte sur le trône de Qin. La Chine est alors un territoire morcelé en plusieurs royaumes. C'est la période dite des Royaumes combattants qui voit s’opposer sept puissances voisines (les royaumes de Qin, Han, Zhao, Wei, Chu, Yan et Qi). Après des années de violentes campagnes militaires, le prince de Qin achève la conquête de tous les royaumes en 221 avant J.C. Une fois le pays unifié par la force, il s’autoproclame empereur de Chine sous le nom de Qin Shi Huangdi, fondant ainsi la dynastie impériale de Chine, les Qin.

Grenier à 5 niveaux en terre cuite - Collection du musée de Jiaozuo

Mais cette nouvelle lignée ne survit pas à la mort de l’empereur (210 avant notre ère). La politique tyrannique de Qin Shi Huangdi, l'extrême sévérité de son système pénal, l'élimination des opposants et des penseurs finissent par soulever la colère de la population et de l'ancienne noblesse privée de ses droits. Aussi, dès le lendemain de sa mort, des insurrections éclatent. L’un des meneurs, Liu Bang, s’arroge à son tour le titre d’empereur. C’est le début d’une nouvelle ère, celle des Han (206 avant J.C. - 220 après J.C.).

Malgré cette prise de pouvoir dans un contexte chaotique, la nouvelle dynastie parvient à faire de la Chine un empire vaste et puissant. Bénéficiant d'une stabilité politique, s'appuyant sur une administration centrale, fortement hiérarchisée, le pays s’enrichit, développe son agriculture, ses échanges commerciaux avec ses voisins, notamment à travers la célèbre route de la soie. La période Han est enfin un âge d'or culturel et artistique où se fixent l’écriture, la philosophie confucianiste, des croyances et des pratiques sociales qui sont encore aujourd’hui vivaces dans la culture chinoise.

Hong Kong sous la dynastie Han

Au IIIème siècle avant notre ère, la région du Lingnan (à laquelle appartient le territoire actuel de Hong Kong) est sous le contrôle du royaume de Nanyue. Après la prise du pouvoir par les Han, le royaume prête allégeance au nouvel empereur Han Gaozu, faisant de Nanyue un état vassal. Malgré cette soumission, le royaume du sud se soulève à plusieurs reprises contre le pouvoir central. Ces rebellions mènent Nanyue à sa perte. En 111 avant notre ère, les troupes du grand empereur Han Wudi écrasent finalement l’état rebelle et la région du Lingnan est réintégrée à l'empire.

Ce rattachement a laissé quelques traces. Des pièces de monnaie, des poteries et des sceaux de l'époque Han ont été mis au jour dans différentes zones de Hong Kong. Néanmoins, la découverte la plus parlante reste la tombe Han de Lei Cheng Uk découverte en 1955 et dont le musée d'Histoire célèbre aujourd'hui les 60 ans avec cette exposition.

Linceul en jade du roi de Chu - Collection du musée de Xuzhou

Une soixantaine d'objets (poteries et quelques objets en bronze) ont été excavés dans cette tombe de petite dimension, mais aucun sarcophage ou restes humains n'ont été retrouvés. Selon le professeur Drake chargé des fouilles, cette absence pourrait s'expliquer par la décomposition du corps due au fort taux d'humidité. A moins que cette tombe n’ait été un cénotaphe, c'est-à-dire une structure funéraire ne contenant pas de corps et destinée à honorer la mémoire d'un mort.  

Rites funéraires des Han

Les nombreuses découvertes archéologiques en Chine continentale ont révélé les richesses du puissant empire Han. Si les palais et les villes antiques n'ont laissé que peu de traces en raison des constructions en bois, les sépultures ont en revanche livré davantage de trésors.

Dans la tradition Han, les tombes étaient considérées comme la demeure intermédiaire du défunt avant que son âme ne rejoigne le ciel. C'est pourquoi de nombreux objets de la vie quotidienne étaient enterrés avec les morts. Vaisselles de table, instruments de musique, jeux d'alcool, lampes, objets de toilette accompagnaient les défunts tandis que des figurines de guerriers, de musiciens, de danseuses se sont progressivement substituées aux victimes humaines autrefois sacrifiées dans les tombes.

Figure féminine en terre cuite - Collection du musée Han Yangling

Une partie de ce mobilier funéraire est présentée au musée d'histoire de Hong Kong. Cette exposition fait également découvrir un rituel d'inhumation particulièrement impressionnant. Les corps des empereurs et des rois Han étaient entièrement recouverts d'un linceul constitué de pièces de jade cousues de fils d'or. Le linceul de jade du roi de Chu, vassal de l'empire Han, repose ainsi au milieu de nombreux autres artefacts aussi splendides qu'émouvants. 

"La plupart de ces objets nous montrent que les Han semblaient traiter les morts comme s'ils étaient vivants, offrant aux défunts des objets qui avaient de l'importance de leur vivant. Le linceul de jade aux fils d'or, l’une des pièces maîtresses de l'exposition, révèle le rôle que jouait le jade pour les Han. Cette pierre devait permettre de préserver le corps du défunt et d'empêcher son âme de disparaître. Cette pratique funéraire est un bel exemple de la quête d'immortalité dans la conception Han de l'au-delà ", nous précise le musée d'Histoire.

Bien au-delà des rites funéraires, les objets destinés aux morts reflètent en effet le mode de vie et les aspirations de la civilisation Han qui semble ressusciter le temps d’une exposition. A découvrir jusqu’au 5 octobre 2015

Jessica Solse du blog histoire-a-sac-a-dos.com/ (www.lepetitjournal.com/hong-kong) vendredi 11 septembre 2015

Exposition "The Rise of the Celestial Empire: Consolidation and Cultural Exchange during the Han Dynasty". Musée d’histoire de Hong Kong (plan d’accès). Ouvert tous les jours sauf le mardi. Entrée : 10 HK dollars. 

 

SANTE - Des semelles orthopédiques françaises maintenant disponibles à Hong Kong !

Ces semelles orthopédiques peuvent vous éviter les problèmes de dos et autres articulations (genoux, hanches…) en vous rééquilibrant. Et pour être bien dans ses baskets, vos pieds ont besoin d’être chouchoutés : Souvent de simples semelles personnalisées, réalisées avec précision et professionnalisme par un podologue spécialisé, rétabliront cet équilibre perdu.
Une internationale

RESEAU PSY EXPAT – Trouver un psy francophone à l'étranger

Comment être accompagné dans sa mobilité si l’on a besoin d’un suivi psychologique ? Créé par deux psychologues expatriées en Asie, Réseau PsyExpat est une plateforme à but non lucratif qui facilite la recherche de thérapeutes francophones partout dans le monde et les échanges entre professionnels
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Communauté

LE LAB-NC – Un magazine participatif

La Nouvelle-Calédonie, plus qu’ailleurs, prépare le nouveau paradigme et elle devrait avoir toutes les chances d’y parvenir. Laboratoire…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine