Hong Kong

CHAMPAGNE à l'honneur - Interview de Thibaut Le Mailloux à l'occasion du French GourMay

Le champagne pour célébrer ? Certainement !  Mais c’est aussi un vin chargé de symboles que Thibaut Le Mailloux nous raconte, objet précieux qui nous en dit beaucoup sur le commerce, sur Hong Kong et ses autres destinations. Parfait surtout dans la gastronomie mise à l’honneur en Mai par le French GourMay.

Le champagne fêtera le 25ème anniversaire du French May dans le cadre du festival gastronomique French GourMay organisé par Business France. Plus de 220 partenaires (chefs étoilés, restaurants, distributeurs…) se joignent pour honorer la gastronomie et le champagne avec des dégustations, des menus spéciaux et des ateliers en Mai. Thibaut Le Mailloux, directeur de la communication du comité Champagne, nous parle du voyage à travers le monde de ces vins effervescents.

Les vins de Champagne pour la 9ème édition du French GourMay et les 25 ans du French May, qu’est-ce que cela représente pour vous ?
C’est un honneur de les voir accompagner la célébration de ce jubilé. Cet anniversaire et la présence du champagne est une heureuse conjonction, d’ailleurs très symbolique pour le champagne, car son mode de consommation le plus classique est bien d’être présent à un moment spécial. Nous souhaitons souligner cette fête tout au long du festival. 

Hong Kong n’est pas inconnu pour le champagne, c’est un marché important (14ème mondial) pour un territoire minuscule, comment l’expliquez-vous ?
Le marché est en effet très significatif avec 1,6 millions de bouteilles vendues par an. C’est un marché plutôt ancien et plutôt mûr. Même si les chiffres ont doublé sur les dix dernières années, ce vin est présent ici depuis longtemps. La position de cette ville comme carrefour international pour les affaires et pour la culture, du fameux « West meets East », est sans doute une des raisons qui explique la maturité du marché. Le marché du vin se porte bien aussi et cela a sûrement été bénéfique pour le champagne.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les tendances à Hong Kong ?
D’abord dans les chiffres, 80 % des bouteilles vendues sont des champagnes brut, 9 % des cuvées spéciales et 7% des cuvées millésimées contre 2 % en moyenne mondiale. De manière un peu symbolique, les deux facettes du champagne sont présentes. Le vin de la célébration avec la cuvée prestige, et celui de la gastronomie avec le champagne millésimé. Ce dernier est plus rare, il est aussi plus puissant en goût, a un caractère particulier lié à son année, et une très grande versatilité. La plus grande proportion de champagne millésimé est le signe d’une forte présence d’amateurs authentiques qui vont aller chercher des vins très précis.
Par contre il y a toujours une très grande cohérence du champagne au niveau mondial, sur les rites et les usages de consommation.

Par rapport au reste de l’Asie, Hong Kong est-il un peu une vitrine pour le champagne ?
Hong Kong a certainement un rôle de vitrine pour les touristes Chinois. Lorsqu’ils viennent, ils voient le champagne présent différemment. Le champagne se trouve partout avec de très grands rayons chez les cavistes, une très grande diversité dans les restaurants, sur les cuvées et dans les prix. Ils n’ont pas cela en Chine, la gamme est moins diversifiée. Je dirais que Hong Kong montre un exemple idéal pour le champagne. Mais Hong Kong n’est pas représentatif des villes chinoises. Si l’on compare avec des villes chinoises de la même taille, aucune n’a une telle proportion de personnes étrangères, d'expatriés…

Pour l’Asie, c’est très divers. Par exemple, le succès du champagne au Japon est ancien, c’est notre 4ème marché export avec 12 millions de bouteilles et les deux dimensions du champagne que j’évoquais sont aussi très présentes. La proportion de cuvée prestige est d’ailleurs plus élevée (11%), le champagne est aussi bien présent dans les restaurants gastronomiques. Par rapport à la moyenne mondiale, le champagne rosé est sur-représenté au Japon alors qu’il est sous-représenté à Hong Kong.

La Chine semble être un marché difficile. Pouvez-vous nous expliquer quelles sont les résistances rencontrées ?
La Chine est immense et complexe à pénétrer commercialement, et pour le champagne les entrées se font plus naturellement par les très grandes villes qui sont des foyers internationaux, comme Pékin et Shanghai. Cela commence par les restaurants et les bars internationaux, souvent au début ceux tenus par des Français, puis fréquentés par des expats et enfin des chinois internationaux, et après ça va progressivement vers des points de vente plus éloignés.

Il y a plusieurs mythes qui circulent sur cette résistance du marché. Les Chinois préfèreraient le vin rouge au vin blanc (le rouge ayant une symbolique plus valorisante), les boissons sans bulle à celles effervescentes (vu comme plus bas de gamme à l’image des sodas), les boissons sucrées alors que le champagne est plutôt sec, et enfin les boissons chaudes alors que le champagne se boit frais. Je pense qu’il ne faut pas trop « post-rationaliser » le succès ou les difficultés du vin en croisant les caractéristiques d’un produit et la mentalité ou les traits d’une culture. Entre nous, le vin de Bordeaux ne se boit pas chaud et n’est pas sucré. D’ailleurs, beaucoup de pays ont adopté le champagne alors qu’il était éloigné de leur culture gastronomique.

Mais les Chinois aime beaucoup marquer les grands moments que ce soit un contrat, un anniversaire… Or le Champagne est associé à des rituels et des symboles. C’est un vin qui qui véhiculent des valeurs qui rejaillissent sur celui qui le sert ou qui l’offre :  le prestige, l’élégance, une forme d’art de vivre à la française et d’un vin luxueux. Il a le potentiel pour trouver sa place. L’arrivée des nouvelles générations ayant voyagé, étudié ou vécu à l’étranger apporte de nouvelles habitudes de consommation qui vont aussi stimuler le marché.

Pour le French GourMay pouvez-vous livrer quelques tendances gastronomiques ?
Le champagne est formidable avec la cuisine chinoise, ce n’est pas un message que je veux faire passer (sourire) mais une réalité. Le champagne est un vin plutôt sec et acide qui s’accorde avec une grande partie de cette cuisine. Les plats gras, les poissons ou des viandes en sauce s’accordent parfaitement, alors que c’est plus difficile avec la viande rouge ou… le chocolat.
Avec la cuisine japonaise, c'est déjà presque classique et ça été un grand facteur de succès du champagne. Les Sashimis et le champagne Blanc de Blanc comme ce que l’on fait en France avec les huîtres et les coquilles Saint-Jacques en carpaccio. Avec les yakitoris, ceux plus secs et plus fumés s’accorderont avec un champagne différent des brochettes plus grasses.
Dernière tendance plutôt étonnante, celle du champagne avec de la Junk Food (Pizzas ou Fish & Chips). Le phénomène est porté par les milieux branchés et plutôt aisés. Mais il est vrai que friture et champagne s’accordent bien (frites, fish & chips et des contests de Burger Champagne aux USA). C’est un peu un « torture test » mais ça permet de montrer qu’il ne faut pas avoir peur de jouer et de tenter tous les accords.

Le Champagne est un véritable patrimoine, mais comme activité économique il subit la concurrence. Comment voyez-vous les offensives des autres vins effervescents ?

L’UNESCO a reconnu en 2015 la valeur universelle des « coteaux, maisons et caves de Champagne » c’est à dire l’écosystème et le patrimoine culturel qui a vu la naissance de ce vin mousseux. Le champagne peut être véritablement compris que si on met un peu d’histoire, de culture et de symbole, sinon on rate une grande partie de ce qu’est le champagne et de son imaginaire.

Depuis bien longtemps, on élabore des vins effervescents en Italie, en Californie et plus récemment au Brésil, en Inde et maintenant en Chine. On fait d’ailleurs plus de vin mousseux au détriment du vin tranquille parce que c'est un marché très porteur depuis 10 ans. Le champagne représente approximativement 10 % des vins effervescents dans le monde.
Si des fois les techniques sont voisines pour certains autres vins, ça n'en fait pas du champagne pour autant. Le climat, le terroir, les cépages et le travail sont différents et très typés en Champagne.  Se référer au champagne quand on utilise un cépage, la méthode champenoise, c’est flatteur mais c’est un marketing pas tout à fait honnête.

Nous continuons à défendre cette typicité du champagne, ses valeurs, son histoire associée aux rois de France, plus de 300 ans ! Il a été choisi par Sarah Bernhardt, Marilyn Monroe ou Beyonce, nous restons pour toutes ces raisons aussi le vin des célébrités.

Visitez le site du French GourMay pour en savoir plus sur le programme.

Entretien réalisé par Marc Schildt le 14/03/2017. Merci aux équipes de Business France.

Marc Schildt (www.lepetitjournal.com/hong-kong) - mercredi 22 mars 2017

 
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine