Hong Kong

LE DINER DE CONS - Une mise en bouche bien savoureuse

Emilie Guillot et son équipe nous ont fait grande confiance et ont ouvert au petitjournal.com les coulisses d'une de leurs toutes dernières répétitions dans une réelle ambiance intimiste aux côtés d'une troupe que l'on devine soudée autour de leur metteur en scène …

Une comédie enlevée
L'ambiance est conviviale et décomplexée, et la joie de partager ce projet collectif se lit dans les regards et les sourires malgré une intense concentration.

Le démarrage se fait sereinement et l'on est très vite pris au jeu ; la fluidité des enchaînements, les étourdissants ressorts comme la subtilité des échanges sont un véritable régal ; ça virevolte dans cet appartement parisien décoré bobo, ça se dispute, ça tombe, ça crie, ça se coupe la parole, ça se réconcilie, ça frappe à la porte, c’est savoureux au possible. On rit, on plisse les yeux, on grimace, on rit à nouveau, on applaudit, on en redemande.

Pas facile pour Emilie comme pour les comédiens de reprendre cette pièce culte de Francis Veber jouée au théâtre comme au cinéma par des comiques aguerris, pas facile d'éviter le danger du parodique ou du facsimilé.

Et bien le résultat est là ; on balaye d'un coup tout ce qui a été dit et redit sur le film et ses précédentes interprétations, tout est réapproprié, tout est redéfini ; et l’on se retrouve, nous public, plongé dans cette incroyable affaire de diner avec cette impression d'"en être", aux confins de l'intrigue, en complicité avec la troupe, avec la magie de se sentir présents à leurs côtés en toute proximité.

Pendant 1h30, on est comme suspendu au destin de cet éditeur parisien, lâche, cynique, égoïste et cruel, auquel on s’attache pourtant, en prise avec ce "champion", "ce con de classe mondiale", qui, bienveillant et sincèrement dévoué sous ses airs bonhommes, fait tout pour tirer d’affaire l’affreux jojo que sa femme vient de quitter.

Photo : Albert Cheung

Une performance d’acteurs
C'est bien là, la prouesse d'Emilie et de son équipe. Avec quelques tableaux et bibelots distribués sur la scène, un canapé, une table de cuisine, un téléphone, cette jolie femme gracile et fédératrice et sa troupe, tels de fabuleux conteurs, nous embarquent vers ce compagnonnage où le jeu du théâtre paraît si facile et évident.

L'équipe nous offre en effet une sacrée performance qui nous permet de redécouvrir avec fraicheur cet incroyable imbroglio de situations périlleuses et de rebondissements.

Bien sûr, vous serez sensible aux ressorts comiques, aux bourdes et maladresses des uns et des autres, vous rirez aux éclats, à gorge déployée, mais vous ne manquerez pas non plus d’observer la grande finesse d’écriture et de jeu, l’enchainement et la rythmique des phrases qui font mouche, la subtilité des regards échangés et des non-dits, des situations dans lesquelles les masques tombent, où la vulnérabilité des personnages transparait.
Cela parait si simple, naturel, enlevé, mais où vont-ils chercher tout ça ?
Sans doute dans le don de soi, la générosité, le partage .
Après la répétition d'ailleurs, Emilie et l'ensemble de sa troupe ont dans le regard l'innocence de ceux qui ont tout donné.

Emilie, la femme orchestre de ce joyeux intermède, qui a choisi sa distribution au sein de son école de théâtre, la Hong Kong Theatre Association qu’elle a montée en 2007, a formidablement calibré son casting. On sent en effet dans le jeu des 2 comédiennes et des 5 comédiens l'aisance d'un apprentissage déjà mûr et ciselé au fil des années.

Avec la reprise de pièces-événements, Emilie n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai ; avec brio et avec une partie de la troupe déjà, elle a su conquérir un public fidèle depuis ses premières représentations. En 2010 déjà, l'affiche était belle avec la pièce de Yasmina Reza, Art, en 2011 ce fut un sacré défi que de monter Don Juan, ainsi que le Père Noël est une ordure qui remportèrent eux aussi un beau succès.

Bravo et un grand merci à cette belle troupe si généreuse ! Courez les applaudir, ça se remplit mais il reste des places pour le samedi. Ne manquez pas ce moment qui fait du bien !

Stefany et Florence Morin (www.lepetitjournal.com/hongkong.html),  jeudi 8 novembre 2012

Informations pratiques :

Le Diner de cons

Par la troupe de Emilie Guillot,

Honk Kong Theatre Association

Du 28 novembre au 1er décembre 2012
HK Rep Black Box
8 / F Sheung Wan Civic Centre
345 Queens Road Central
Sheng Wan
Tickets : www@urbtix.hk
Booking hotline : 2734 9009
Credit card hotline : 2111 5999
Program enquiry : 2851 0091

A l'affiche :

Directrice et productrice Emilie Guillot
Sons et lumières Frédéric Thierry d'Argenlieu
Maquillage Marie Rancoule Vaucelle
Sponsor Quam ltd
Amis et soutiens DragonEye Photography, Marie MakeUp, Albert Cheung, the Masterminds group, BDO ltd
Distribution
Paul Milon : Juste Leblanc
Hélène Liu : Marlène
Gwendoline Bestar : Christine Brochant
Lenny Baptiste Conil : Pierre Brochant
Bertrand Leduby : Lucien Cheval
Thierry Estimbre : Francois Pignon
Frédéric Stephan : Pr Archambaud

Voir aussi nos articles :
OH UNE SERPILLIERE ! – Le Père-Noël est une ordure débarque à Hong Kong
LES PAS PERDUS – "voici la gare centrale, débarcadère des volontés, carrefour des inquiétudes"
DUELLES – Pièce virtuelle pour deux actrices bien réelles
HUIT FEMMES – Neuf raisons de courir voir cette pièce !
DON JUAN – La nuit de Valognes, un pur régal !
THEATRE – Talk Radio au Fringe dès ce soir
PORTRAIT – Emilie Guillet met en scène ART

LI JIN - Plaisir de peindre et peinture des plaisirs

Sotheby’s Hong Kong expose, jusqu’au 5 novembre, le travail du peintre chinois Li Jin : soit 26 encres sur papier et deux de ses premières sculptures. Professeur de peinture chinoise à l’académie des Beaux-Arts de Tianjin, sa ville natale, Li Jin est connu pour son interprétation peu orthodoxe de la peinture à l’encre. Bon vivant, anticonformiste et espiègle, cet artiste né en 1958 a imposé son univers figuratif dans les années 1990 et ne cesse…
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Perth - Actualité Australie

SANTE - La grossesse en expatriation

Les analyses ont confirmé la bonne nouvelle, vous êtes, bel et bien, enceinte. Certains signes vous avaient mis la puce à l'oreille, mais…
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.