Hong Kong

PENG CHAU, l’île languissante

Pour débarquer sur l’île de Peng Chau, c’est à Central – Pier 6 – ou à Mui Wo (Lantau Island) que le ferry accoste. Les trajets cependant sont plus fréquents en partance de Central : toutes les 45 minutes contre toutes les deux heures de Lantau Island.

De Central, c’est après 30 minutes de navigation que l’on peut poser les pieds sur cette petite île désindustrialisée d’environ 6000 habitants.

Peng Chau : le poids du passé

Ancienne île industrielle, jusqu’à la fin des années 80, Peng Chau vivait principalement de ses exportations d’allumettes, de cuir et de citron vert. Aujourd’hui, les usines abandonnées constituent le patrimoine historique et touristique de l’île. Quant aux habitants de Peng Chau, ils se sont reconvertis à un savoir-faire plus traditionnel : la pêche.

L’île semble être tombée dans une douce somnolence dont même les voitures ne perturbent pas la langueur puisqu’il n’y en a pas sur l’île à l’exception de quelques véhicules publics. Ici, tout le monde se déplace en bicyclette.

Plus petite et moins prisée que ses voisines - Cheng Chau et Lantau Island – Peng Chau est rarement mise en valeur dans les guides touristiques, ce qui en fait un lieu d’évasion et de retraite agréable loin de la foule.  

Peng Chau : le charme d’une île locale

Quelques panneaux descriptifs et directionnels signalent que l’île se visite. Pourtant, la tranquillité domine et les touristes sont peu nombreux, notamment en semaine. L’île appartient à ses habitants et c’est là tout son charme.

A la sortie du ferry, le village aux habitations serrées, aux ruelles étroites et aux magasins de bric-à-brac sent bon le dépaysement. Pourquoi ne pas s’y perdre avant d’aller visiter un des trois temples bouddhistes qui parsèment Peng Chau. Modestes, de briques rouges et piqués de bâtons d’encens, on les trouve en suivant Wing On street et Chi Yan Street. Le premier, Tin Hau Temple a été construit il y a plus de 400 ans pour la déesse Tin Hau qui aurait guérit les habitants de l’île d’une épidémie. En continuant sa route, on aperçoit Kam Fa Temple. Construit il y a deux cents ans, il honore la déesse Kim Fa qui, après avoir appris les arts martiaux auprès de son père, aurait volé les riches pour donner aux pauvres. Et enfin, le long de la plage de Tung Wan, le temple de Lung Mo célèbre une femme de la dynastie Qin qui aurait découvert cinq dragons dans une pierre.

Au cours de cette pérégrination, vous découvrirez également la population. Souvent assise, au repos, elle semble attendre. Comme si, depuis la fermeture des usines, elle était prise de torpeur. Comme si Peng Chau tournait au ralenti sous la chaleur.  

Peng Chau : côté nature

Sur la côte opposée de l’île et, pourtant, à quelques minutes de marche seulement en empruntant Chi Yan street ou Ho King street, la plage de Tung  Wan et ses bateaux de pêche endormis forment un paysage apaisant et photogénique. La baignade cependant ne semble pas conseillée et assurément pas surveillée. Mieux vaut alors repartir vers le Sud pour emprunter le « Family trail » qui serpente l’île jusqu’à atteindre son point culminant : la Finger Hill.  Du haut de la colline, Discovery Bay et les îles alentours sont dégagées.

Pour se désaltérer et se rassasier, un Wellcome et quelques vendeurs locaux sont présents dans le village. Quant au restaurant pour les plus affamés, la cuisine asiatique dans des boui-bouis locaux constituent la totalité des options disponibles.

Pour accéder aux horaires des ferrys : http://www.hkkf.com.hk/timetable/pengchau

Olivia Bugault (www.lepetitjournal.com/hong-kong) - vendredi 5 mai 2017

 
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine