Hong Kong

ESCAPADE - Hong Kong en bus à l'impériale

 

Faites des économies, évitez les compagnies de tourisme et visitez Hong Kong  en bus public à impériale pour quelques euros par jour.

Mon meilleur conseil aux touristes pour découvrir Hong Kong  à peu de frais mais avec beaucoup de plaisir, c’est  de vaincre votre petite peur ou appréhension et de  vous lancer dans le réseau des bus. IL ne vous suffit qu’un tout petit peu d’esprit d’aventure : commencez par l’île de Hong Kong elle-même, vous ne risquez pas de vous perdre puisque la mer l’entoure de toutes parts. Le taxi ou l’autocar de tourisme  sont bas sur pattes et vous ôtent la possibilité de vous saouler les yeux de sublimes paysages. Mais le bus à impériale, quelle belle opportunité !  Montez à l’étage, de préférence au terminus et asseyez-vous au premier rang, face à la vitre. Installé là-haut, vous êtes comme un pacha sur son éléphant, vous dominez la piétaille et la gent automobile de haut et  bénéficiez d’une vue panoramique à nulle autre pareille sur le paysage.

Bethany, une petite chapelle néogothique aux vitraux splendides 

Il ne vous reste qu’à choisir votre destination, vous pouvez commencer par le quartier de Central et rejoindre Aberdeen en suivant Pokfulam road vers l’ouest, vous longez l’Université de Hong Hong, pouvez faire halte au Musée de l’université, continuer sur L’hôpital Queen’s Mary  sans halte cette fois,  et commencer la longue descente vers Aberdeen en passant entre le parc autour du réservoir de Pokfulam à gauche et le petit joyau qu’est Bethany sur la droite , dissimulée derrière les arbres qui vaut une visite. C’est l’ancien sanatorium des missions étrangères de Paris, construit au 1875  , avec une petite chapelle néogothique aux vitraux splendides, entièrement rénové et doté d’un petit musée dans ses caves sur l’histoire des pères missionnaires qui venaient se refaire là une santé, sur leur célèbre imprimerie et leur rayonnement culturel et religieux. Le bâtiment abrita la première école française et depuis sa rénovation par l’Academy for Performing Arts, accueille son école de cinéma, mais il est ouvert à la visite de 11h00 à 18hoo du lundi au samedi.

Et de votre bus, la vue s’ouvre à gauche sur la mer et ses îles, au loin Lantau, et plus près le croissant de Cheng Chau, puis Lamma avec ses trois cheminées, c’est par ce chenal entre Lamma et Aberdeen  que défilent lentement les gigantesques porte-containers qui entrent dans le port de Hong Kong, le ventre gonflé de marchandises ; en dessous se trouve aussi Wah Fu, l’une des plus anciennes cités de logements public à loyers modérés de Hong Kong.

Il vous reste à découvrir le port d’Aberdeen avec ses marins pécheurs, ses jonques et ses yachts de milliardaires et quelques très bons restaurants locaux populaires  de poisson et de fruits de mer et à éviter à mon goût le célèbre restaurant flottant toujours bourré de touristes.

Repulse Bay, lieu privilégié des écrivaines Eileen Chang et Han Suyin 

Là, vous changez de bus pour en choisir un qui longe la côte sud de l’île. En quittant Aberdeen, il traverse le quartier de Wong Chuk Hang, où les ateliers industriels ont laissé en partie la place à un ensemble de galeries et d’espaces d’art contemporain très branchés, passe devant Ocean Park et se dirige vers les plages de sable fin, Deep Water Bay devant le Hong Kong  Golf Club, idéal pour piquer une tête dans l’eau et où le dimanche les Philippines font leur barbecues.  Repulse Bay, plus luxueuse avec ses arcades et ses restaurants reconstruits sur le site de l’ancien  Repulse Bay Hotel  (1920-1982), hôtel mythique qui accueillit des célébrités telles que le prince Juan Carlos et la princesse Sophia qui y passèrent leur lune de miel, mais qui doit aussi sa célébrité au roman culte Love in a Fallen City de l’écrivaine chinoise Eileen Chang (Zhang Ailin),  et au film tiré du roman Multiple splendeur de Han Suyin. Le site actuel avec son restaurant véranda luxueux expose des antiquités, objets et photos de cette époque. La plage très populaire contient aussi le curieux temple taoïste  Kwun Yam très kitch qui regorge de statues de divinités colorées et  dont l’une d’elles, un petit dieu de la fortune, attire chaque jour des centaines de touristes chinois du continent qui font la queue pour toucher la petite bourse qu’il porte à la ceinture  espérant qu’il leur porte chance .

Une partie de pétanque dans le vieux village de Shek O 

Longée en bus, cette route côtière étroite a des allures de Riviera, elle est bordée d’arbres et de villas très protégées de vieilles familles  chinoises milliardaires, comme la résidence d’été de la famille des Tong, grands armateurs venus de Shanghai  après la révolution chinoise d’où est issu le premier chef de l’exécutif après la rétrocession de Hong Kong à la Chine, ou plus dans les hauteurs, de Stanley Ho, magnat des casinos de Macao.

Après les plages vous arriverez à quelques vieux villages célèbres pour leurs marchés et plages très touristiques comme Stanley avec ses promenades en bord de mer, ses cafés et restaurants, où l’on entend parler le français un peu partout, car c’est là que s’est installée une partie de la communauté française, du moins les familles aisées avec leurs enfants car les loyers sont élevés. Le village le plus charmant et le plus tranquille se tient à l’extrémité de cette route, il s’agit de Shek O, vieux de 200 ans avec sa plage ou l’on peut surfer, ou même le dimanche matin jouer à la pétanque !  Voila les merveilles des bus à impériale qui vous donneront aussi quelques  fortes sensations quand les  bus se croisent ou descendent les collines de Hong Kong  un peu trop vite. Mais ce sera une belle promenade pour moins de 20 Hong Kong dollars en transport !  Et si vous préférez marcher, empruntez le sentier de randonnée du Dos du dragon (Dragon Back) qui passe sur la crête des collines et vous permet de voir la mer des deux côtés et de contempler le vol des milans et des parapentes. Il ne vous en coûtera que quelques courbatures le lendemain.

Gérard Henry (www.lepetitjournal.com/hongkong) lundi 23 janvier 2017

 

ESCOFFIER – un top chef en live et une soirée pour les gourmets

Transmettre l’art de la gastronomie française, les disciples d’Escoffier s'y engagent et renouvellent leur compétition à Hong Kong. Young Talents Escoffier fêtera ses 10 ans et fera concourir huit jeunes chefs d’Asie au salon Restaurant & Bar. Un diner de gala complétera la fête au profit de la French Chamber Foundation.
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine