Ce n'est pas l'hôpital qui se moque de la charité mais un effet des 35 heures. Pendant 10 ans, le personnel hospitalier a accumulé des  millions de jours de RTT, dont il demande aujourd'hui le paiement sous forme de salaires, de départs en congés ou encore en points pour la retraite. Le hic est que les négociations avec le gouvernement sont au point mort

(photo AFP)

La France pourrait connaître une pénurie de personnel hospitalier dès janvier 2012 si elle ne parvient pas à régler l'épineux dossier des millions de jours de RTT accumulés par les 411.000 salariés des 1.300 établissements publics de santé en 10 ans. Lassés par des discussions au point mort avec le gouvernement, les syndicats des médecins hospitaliers menacent d'appeler leurs membres à prendre les jours qui leur sont dus à partir du début de l'année. L'effet sur le fonctionnement des hôpitaux publics serait désastreux : ne serait-ce que pour les 41.000 médecins du secteur public, plus de deux millions de journée de RTT seraient à solder.

Six mois de RTT stockés par les praticiens

Le dossier, qualifié d'"explosif" comportait toutefois des échéances prévisibles. Car si l'impasse actuelle résulte d'un effet secondaire de la réforme des 35 heures et des comptes épargne-temps (CET) mis en place par la loi Aubry de 2002 - qui avait permis aux médecins, infirmières et autres aides soignants de cumuler les RTT pendant 10 ans - il était aussi établi que la question de leur liquidation devait être réglée d'ici le 31 décembre 2011. Or, les principaux syndicats de médecins, malgré déjà trois réunions depuis septembre, peinent à s'entendre avec le Ministère de la santé. La raison serait le coût astronomique de ces "réductions de temps de travail" non prises. "A raison de 300 euros par journée de RTT par médecin, cela représente un total de plus de 600 millions" d'euros, a déclaré à l'AFP le Dr François Aubart, président de la Coordination médicale hospitalière (CMH), une des intersyndicales qui réunit toutes les catégories de praticiens. Et ce chiffre ne correspond pas encore au total puisqu'il ne prend pas en compte les RTT dues aux autres catégories du personnel hospitalier.

Trois solutions possibles
Pourtant, trois propositions ont été formulées pour solder l'accumulation de RTT. Permettre au personnel hospitalier de prendre ces congés en étant remplacé par des confreres et collègues, mais cette voie pose d'énormes problèmes d'organisation interne, notamment au sein des petites structures. Payer en partie ou en intégralité ces RTT avec les problèmes de trésorerie que cela implique. Ou bien encore, convertir les CET en compte épargne-retraite permettant aux médecins soit de partir à la retraite avant 67 ans, l'âge de départ légal pour cette catégorie depuis la réforme, ou encore de travailler à temps partiel les dernières années avant leur cessation d'activité. Cette possibilité, si elle plaît aux médecins, ne séduit guère le gouvernement au regard de la moyenne d'âge élevée (57-58 ans) des blouses blanches et de l'accélération à venir de leur départ à la retraite. Toujours est-il que devant l'enlisement du dialogue, les syndicats craignent que le gouvernement n'en vienne tout simplement à repousser l'échéance de la fin de l'année et à prolonger encore quelques temps l'existence des CET. "On nous a seulement proposé de publier un décret visant à autoriser les trois options, c'est-à-dire en remettant à plus tard le règlement de cette question", s'indigne le Dr Aubart. Une façon de maintenir le problème en coma artificiel en somme.
Julie Ketkosol (www.lepetitjournal.com) vendredi 25 novembre 2011

En savoir plus:
France Soir: RTT des médecins : Les négociations sont "bloquées"
20 minutes: Hôpital: Pourquoi ça coince avec les RTT?

 
Une internationale
Postulez aux Trophées 2017


Participez aux Trophées des Français de l'étranger !

Actu internationale
Actualités de nos partenaires

SCPI à crédit : une solution idéale pour les expatriés

Ils ne pouvaient rester éternellement à un niveau excessivement bas. Les taux d'intérêt consentis lors d'un achat immobilier commencent à remonter en raison de la hausse des taux d'intérêt à long terme. Cette dernière est induite par les énormes besoins de financement des États, notamment ceux des États-Unis dont la dette fédérale frôle 20 000 milliards de dollars
Expat
Expat - Emploi

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.

GWENAELLE DE BIZEMONT - "Dubaï nous offre la possibilité d’entreprendre"

Femme d’expatriée, ayant vécu dans six pays différents en vingt ans, Gwenaëlle de Bizemont pose ses valises en 2005 à Dubaï. Entrepreneuse depuis toujours avec la création de huit (!) sociétés à son actif, Gwenaëlle nous parle de son dernier projet et de sa vision du monde des affaires à Dubaï. 
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine
En direct de nos éditions locales