Découvrir un autre pays, se familiariser avec une autre culture, devenir bilingue : voilà résumées les trois motivations qui poussent chaque année des milliers de jeunes français(e)s à partir « au pair ». Un séjour qui ne s'improvise pas. Conseils d’experts et témoignage de Marie-Céline, au pair en Nouvelle Zélande depuis plusieurs mois.

Les séjours au pair ont une longue histoire : il semble que dès le 18e siècle, les jeunes filles de la noblesse anglo-saxonne étaient accueillies dans des familles de la noblesse française, pour apprendre la langue et s’occuper d’enfants. Aujourd’hui, les séjours au pair se sont démocratisés : plus besoin d’avoir du sang bleu pour postuler !

Qu’est-ce qu’un séjour "au pair" ?
La formule permet de se perfectionner en langue tout en s’immergeant dans la vie d’une famille à l’étranger. Attention, il ne s’agit pas d’un séjour de vacances : Comme le souligne Pascal Carré, gérant de Languages and Travel, "un séjour au pair est bien plus qu’un séjour linguistique. C’est une expérience de vie, qui implique beaucoup de responsabilités vis-à-vis des enfants dont on a la charge. Il ne faut pas partir avec les yeux pleins d’étoiles. Le travail des "au pair" implique des horaires chargés, de 20 à 40 heures de baby-sitting par semaine suivant les formules, et une à trois soirées de garde par semaine, pour une à deux journée de repos hebdomadaire".

© moodboard/Corbis

Que fait (ou ne fait pas) un jeune "au pair" ?

Il lui incombe, durant le séjour, de s’occuper des enfants : leur garde, leur repas, le rangement de leurs affaires, leur lessive…. Mais jamais celle du reste de la famille ! Marie-Céline Perroy, partie au pair en Nouvelle-Zélande il y a plusieurs mois, raconte sa journée type : "Le matin, j'aide la mère à préparer le petit déjeuner des enfants et leur repas de midi. Ensuite, je les conduis à l’école. Dans la journée, je range leurs chambres, fais des lessives, étends le linge et fait la vaisselle. Je récupère les enfants à 15h, je joue avec eux, je leur fais faire leurs devoirs et je les accompagne à leurs activités sportives. Le soir, je prépare leur repas, je les fais manger, puis toilette, histoire, et au lit ! Un programme qui peut sembler fatigant, mais je trouve toujours un peu de temps pour souffler. Et aucune journée ne ressemble à une autre".

Quel niveau en langue faut-il avoir pour s’en sortir ?

Sans être impérativement bilingue, il faut être capable de passer un coup de téléphone en urgence en cas de problème ! Avant de partir, Marie-Céline avait passé son TOEIC (Test of English for International Communication) pour évaluer son niveau d'anglais. "Le résultat n'était pas catastrophique : je suis partie avec un accent bien français, le vocabulaire et les phrases de base pour m'en sortir. Malgré tout, au début, la communication n'était pas facile car je manquais de vocabulaire : alors, chaque soir je marquais dans un carnet les nouveaux mots. Maintenant, je les emploie tous les jours !".

Suivre des cours de langue sur place est-il obligatoire ?
Non. Mais il y a du contre et du pour. Certes, l’investissement auprès des enfants ne permet pas toujours de trouver l’énergie pour suivre des cours. Toutefois, certaines agences spécialisées dans le placement des jeunes au pair le recommandent. Ne serait-ce que pour lutter contre l’ennui qui guette parfois les jeunes filles au pair, comme le souligne Pascal Carré : "S’occuper d’enfants toute la journée peut finir par être lassant et ne permet pas forcément d’améliorer son niveau de langue. Sans compter que d’un point de vue relationnel, cela permet de rencontrer d’autres jeunes étrangers de son âge. Depuis trois ans, nous ne proposons que des séjours avec cours intégrés. C’est aux jeunes filles de choisir la formule (hebdomadaire) qui leur convient le mieux : 20 heures de cours et 20 heures de travail dans la famille d’accueil, ou bien 4 heures de cours et une trentaine d’heures de garde…". Les agences qui le proposent travaillent avec des écoles de langue locales chargées de sélectionner les familles d’accueil et d’assurer un soutien auprès des jeunes en cas de problème. Mais de telles formules ont un coût : même si vous êtes toujours nourrie, logée, blanchie, vous devez payer les heures de cours, de 1.000 à plus de 4.000 euros pour trois mois.

Que dit la loi ?
Eu Europe, les séjours au pair sont encadrés par une convention qu’il faut consulter. Aux Etats-Unis, la loi encadre ces séjours et impose d’avoir obtenu le visa J1, qui n’est attribué qu’aux jeunes sélectionnés par des agences de placement au pair habilitées par le Département d’Etat. Pour les autres pays, renseignez-vous auprès des ambassades concernées, en France.
Sandrine Chesnel (www.letudiant.fr) jeudi 15 novembre 2012

Lire la suite du dossier chez notre partenaire L'Etudiant.fr

 
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

La meilleure résolution 2017 : investir dans l’immobilier !

Chaque année la pression du choix des résolutions arrive avec la nouvelle année. Chacun fixe des objectifs à atteindre et réalise son bilan de fin d’année.Parmi les résolutions les plus fréquentes, il y a se mettre au sport, avoir une vie plus saine, arrêter de fumer…. Vivre de ses rentes peut être une excellente résolution !
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine
En direct de nos éditions locales