Le 9 mai dernier étaient supprimées les garanties Coface, obligeant les librairies à payer  comptant à la commande tous les livres commandés auprès des éditeurs français. Quelques mois plus tard et malgré une amélioration notable de la réglementation, les conséquences sont toujours aussi importantes pour les librairies. Un article de notre édition du Caire

La coface, assureur crédit à l'export français, avait estimé que la situation économique et politique du pays ne lui permettait plus de maintenir ses garanties. A la suite de cela, les librairies francophones avaient envoyé un courrier commun auprès de la Centrale d'édition pour témoigner de leur incapacité à se plier aux nouvelles directives.

Fin mai, grâce au travail de discussion menée par celle-ci auprès des éditeurs et des pouvoirs publics, les libraires ont obtenu le droit de payer d’avance leurs commandes à hauteur de 25%. Une avancée qui ne suffit pas selon Agnès Debiage, directrice de la librairie Oum El Dounia : « Auparavant nous pouvions passer des commandes à la demande, aujourd'hui nous limitons leurs nombres car le processus est devenu compliqué ».

Nouvelle organisation

Tout le secteur de la librairie francophone est chamboulé, l'offre de nouveaux livres se retrouve réduit, la qualité du service client fragilisé. Lire la suite sur notre édition du Caire

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi
Expat - Politique

DIPLOMATIE CULTURELLE - Alliance Française et Institut Français : qui est qui ?

Composante majeure du rayonnement français, la diplomatie culturelle peut compter entre autres sur le réseau de l’Institut Français et celui des Alliances Françaises pour la promotion et la diffusion de la langue et de la culture françaises à travers le monde. Si leur action est complémentaire, l’existence de ces deux acteurs conduit parfois à un manque de lisibilité.

GERARD LARCHER – "Nos pays savent faire l’unité dans la diversité"

Venu à Milan pour visiter l’Exposition universelle, Gerard Larcher a lancé un appel à la solidarité sur les dossiers d’actualité de la migration, de la Grèce et de la sécurité. Une solidarité illustrée par la qualité des relations franco-italiennes soulignée par le Consul général de France Olivier Brochet, qui célébrait pour la première fois la fête nationale à Milan.
Magazine