Ho Chi Minh Ville

BILLET D’HUMEUR – Le District 2 à la vie, à la mort

Le D2, on adore ou on déteste. Un petit "village" à seulement un quart d'heure de route du centre. On y trouve tout ce qu'on veut. On peut même y passer sa vie sans jamais en sortir. On est bien au Vietnam, mais on peut y vivre à l'occidentale, comme à la maison! Mais qu'est ce qui fait qu'on adore ou qu'on déteste vivre dans le D2?

Cela fait 6 ans que j'habite le District 2, traduisez par Thao Dien / An Phu pour les initiés. C'est le quartier privilégié de la plupart des expatriés. Il suffit de faire quelques recherches sur internet pour invariablement lire: D2, "the place to live"! Au calme parait-il. 3 fois que j'ai déménagé pour cause de bruit! La troisième fois, j'ai baissé les bras.

Même si les constructions à tout va poussent comme des champignons, on y trouve encore de l'authentique. Il suffit de se balader sur Quoc Huong pour aller faire ses courses. On se retrouve au cœur du Vietnam. Fruits et légumes de saison, fleurs de toutes les couleurs, réparateur de fermeture éclair, de scooter, pharmacies, photocopies à des prix défiant toute concurrence, coiffeurs, pagodes, couturières, articles en tout genre, décorations du Têt ou de Noël (en saison), karaokés,... La liste est infinie! Et le soir! A peine la nuit commence-t-elle à tomber que les petites chaises sortent avec leurs vendeurs de saveurs! J'adore ces délicieuses odeurs de brochettes grillées, de poissons, de plats typiques qui envahissent la rue. L'ambiance y est plus à la fête. Ca tchatche, ça rigole, on prend son temps.

Mais combien de temps cela va-t-il encore durer? Cela semble bien précaire. L'Ascent domine de ses 28 étages. D'autres terrains laisseront-ils la place à d'autres tours?

Et puis dans le D2, il est si facile de goûter à d'autres cuisines de tous les horizons. Du français, de l'indien, de l'italien, du japonais, du thaï... Les restaurants fleurissent. Il n'est pas rare de découvrir au hasard d'une course un nouveau venu. Alors on l'essaie. On aime, on n'aime pas, on y retourne, on le recommande. Car dans ce microcosme urbain, on se connait, on se croise. On esquisse des sourires, comme un signe d'appartenance à une "communauté": on se comprend.

Cette offre ne concerne pas seulement les restaurants, loin de là. Les crèches et écoles se multiplient. De nombreuses structures de toutes les couleurs s'ouvrent. Des jaunes, des bleues, des rouges, des blanches, des oranges! Combien de maisons se transforment en crèche, en kindergarden?

Faire ses courses de bouche dans le quartier est un vrai régal même s'il faut parfois faire 3 ou 4 magasins pour arriver à dénicher le basilic tant recherché. Entre épiceries fines, organiques, coréennes ou supermarchés, l'offre est là, certains ouverts 24h sur 24, 7 jours sur 7! Qui dit mieux? De plus, pour un Français, que ne ferait-il pas pour trouver le meilleur pain? Car oui, on y trouve un des meilleurs pains de Saigon! Sans parler du nouveau marché Cho Thao Dien, tout vert, qui ne devrait pas tarder à ouvrir ses portes. Ah, et puis il y a les nouveaux venus: les malls avec leurs lots de boutiques en tout genre et de fast food! On est moderne dans le D2!

Vous aimez faire du sport? Combien d'entre vous font cette sacrosainte boucle en courant, en marchant ou à vélo au moins une fois par semaine? 5km la boucle. Il y a les habitués, les petits nouveaux, ceux qui s'entrainent pour la prochaine course. Mais si le jogging ne vous tente pas, il y a des studios de yoga, des salles de gym, du pilates, du tennis, du football, de l'escalade, de la danse, même du patinage ! Pas d'excuse pour ne pas se bouger! Et après tant d'efforts, comment ne pas résister à un massage? Rien de tel qu'un spa pour se détendre. Devant l'offre, on ne sait lequel choisir, et rien à voir avec les prix pratiqués en France.

Vous êtes plutôt culture? Pas de soucis, un nouveau centre d'art contemporain a ouvert ses portes proposant des expositions variées, mettant en scènes des artistes Vietnamiens.

Bon d'accord, la circulation devient de plus en plus insupportable. Il fallait s'en douter: constructions à tout va, (de buildings, pas de routes) donc bouchons. Sans parler des inondations qui se font plus fréquentes et plus impressionnantes. Se retrouver dans 50cm d'eau, ça peut être marrant une fois de temps en temps. Mais quand cela arrive dans les maisons, c'est plutôt déprimant!

Une dernière chose. J'allais oublier le réveil matin du récupérateur ou du dératiseur à vélo! Un must le samedi à 6h!

Alors avec tout ça, le D2, on l'aime ou on le déteste. Moi j'adore, j'y suis comme un poisson dans l'eau! Mais si l'envie vous prend de vous y échapper, il n'y a qu'à prendre le bus 35. Pour 5,000 dongs il vous emmènera en ville, terminus Ben Thanh!

 

 


ODZ (lepetitjournal.com/Hochiminhville) 22 Février 2017

 
Ho Chi Minh Ville
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine