Ho Chi Minh Ville

CUONG PHAM PHU – "Le slogan Black-Blanc-Beur prouve que les Français d'origine asiatique sont les oubliés de la société française"

Né à Hanoi et technicien informatique de formation, Cuong Pham Phu est aujourd’hui Conseiller municipal de Lognes en Seine-et-Marne. Ce Français d’origine vietnamienne mène depuis longtemps un véritable combat pour la représentation et l’avenir des Français d’origine asiatique. Rencontre avec ce personnage de la vie politique française qui s’est fait une promesse : « je veux que ma vie soit utile ».

Lepetitjournal.com/Hochiminhville : Racontez-nous brièvement comment et pourquoi êtes-vous arrivé en France ?

Cuong Pham Phu : Je suis Français d'origine vietnamienne. Né à Hanoi, j’ai ensuite étudié au lycée de Hoi An où j’ai obtenu mon baccalauréat. J'ai quitté le Vietnam pour rejoindre l’ex-Tchécoslovaquie en 1988. Un proche de ma famille était arrivé en France avant même la chute de Dien Bien Phu du 7 Mai 1954. Je l’ai rejoint durant l’été 1991. Il existe un lien historique entre la France et le Vietnam : les Français sont arrivés au Vietnam en 1858 à Danang, à 30km de Hoi An.

La France tient une place importante dans votre cœur puisque vous avez décidé de vous engager dans sa vie politique. Comment expliquez-vous cet engagement ?

La plupart des vietnamiens sont patriotes, je suis comme eux et surtout je partage leur amour pour la justice. C'est en rejoignant la Légion étrangère dans l'armée française où je côtoyais des personnes de toutes origines (plus de 140 nationalités) que l’on m’a inculqué les valeurs de camaraderie, de solidarité, de fraternité...

Autrefois membre du PS, vous représentez aujourd’hui le parti des verts EELV. Quelles sont les valeurs que vous défendez ?

J’ai en effet été membre du conseil fédéral PS Seine-et-Marne dans la région parisienne. J'ai voulu me battre pour ce parti. Malgré le soutien de nombreux responsables nationaux (Martine Aubry, Lionel Jospin, Benoît Hamon, François Hollande…) les « barons locaux » m'ont fermé la porte. Ils ne m'ont pas choisi lors de l'investiture aux élections et l'ex-président PS du Conseil général Seine-et-Marne m'a dit "Cuong, tu es un militant de base" ; comme si les places étaient réservées à une caste privilégiée.

J'étais candidat indépendant au Canton de Torcy, Bussy Saint Georges puis candidat soutenu par Nicolas Dupont-Aignan, Président de « Debout la France » aux élections législatives en juin 2012 pour devenir député de la nation. Mon résultat figure parmi les 60 meilleurs scores des 320 candidats de ce parti.

Puis, j'ai pris la carte du parti des Verts EELV car pour moi l’environnement est un sujet important et vital pour notre humanité. C'est un parti qui fait la promotion de la jeunesse et du progrès. J'ai été candidat avec le soutien de mon parti EELV en qualité de tête de liste lors de l'élection municipal de Lognes en mars 2014 et j'ai obtenu un très bon score de 10,8%. Je suis donc élu au Conseil municipal de la ville de Lognes.

Vous êtes également très engagé dans votre combat pour la représentation et l’avenir des Français d’origine asiatique. Qui sont-ils ?

Les Français d'origine asiatique sont très nombreux en France. Ils sont, on estime, plus de deux millions ! C'est une part très importante de la population, il suffit de se promener à Paris pour se rendre compte qu'ils sont une composante à part entière de notre Nation.

Il y a des Vietnamiens en France depuis très longtemps, ils sont arrivés en plus grand nombre encore suite à la Grande guerre. Les Vietnamiens et ceux qui sont venus du Laos et du Cambodge sont là depuis le début du siècle dernier. La majorité des Franco-coréens sont des enfants adoptés par des familles françaises. Enfin, les Chinois, qui sont les plus nombreux, sont arrivés très récemment en France, seulement depuis ces 25 dernières années.

Vous êtes le fondateur du «Cercle de réflexion sur l’avenir des Français d’origine asiatique». Comment cette idée vous est-elle venue et pourquoi ?

Mon engagement pour un meilleur avenir des Français d’origine asiatique me vient de ma conception de la politique : servir. Je veux que ma vie soit utile. En tant que Fondateur du Cercle de réflexion sur l'avenir des Français d'origine asiatique je me bats avec persévérance pour faire avancer nos concitoyens. Je souhaite les pousser à s'engager dans la vie de leur ville, dans la vie associative, syndicaliste et surtout politique en France. Grâce à ma ténacité, mon combat dure maintenant depuis huit ans à travers mon Blog qui porte mon nom et mon Cercle de réflexion sur Facebook. 

Les Français d’origine asiatique originaires du Laos, du Cambodge et du Vietnam ont un lien particulier avec la France. Ils sont là depuis longtemps et s'adaptent relativement bien en France, leur pays d’accueil. Mais depuis les vingt dernières années, avec la mondialisation, la globalisation, de nombreux Chinois sont arrivés en France et la plupart ne connaissent pas la culture française puisque la France n’y a pas eu de présence. De nos jours les élèves Français d’origine asiatique travaillent moins bien que les précédentes générations et dans l’ensemble, leurs résultats scolaires chutent.

On parle souvent d’une France « Black-Blanc-Beur», qu’en pensez-vous?

Le slogan d’une France « Black-Blanc-Beur » prouve que les Français d'origine asiatique sont les « oubliés » de la société française. C’est un vrai handicap car le pays perd en cohérence et surtout l’esprit de la nation n’existe pas. La France comme une table, devrait avoir quatre pieds : elle perd son équilibre s’il en manque un. Les politiques devraient en être conscients…

Comment qualifiez-vous les relations politiques entre la France et le Vietnam ?

La relation entre les deux pays, et ce malgré les efforts des acteurs politiques et économiques, n’est pas encore à la hauteur de notre exceptionnelle histoire commune. De nombreux Français ont de l’estime pour le Vietnam et les vietnamiens. Selon moi les atouts ne sont pas exploités efficacement voire même pas du tout.

Quel regard portez-vous sur votre pays d’origine le Vietnam ?

J’habite et je vis en France donc il est logique que je serve l’intérêt du peuple français mais je n’oublie pas le Vietnam, le pays où je suis né et j’ai grandi.

Le Vietnam, malgré les terribles guerres du passé et leurs conséquences néfastes toujours présentes, a bien progressé et le pays est sur la bonne voie. Cette avancée est très nette, particulièrement depuis trente ans suite au changement politique et économique : le renouveau-doimoi, sous la conduite du parti communiste vietnamien. J’espère que le Vietnam sera un pays plus prospère et je souhaite qu’il continue efficacement son combat utile face à la corruption et qu’il poursuive sa politique pour la cohésion du peuple vietnamien.

Envisagez-vous de revenir y vivre?

J’habite à présent en France où je suis devenu une personnalité politique donc je n’ai pas dans la tête d’y vivre un jour. J’œuvre pour la prospérité du Vietnam, j’agis énergiquement pour l’amitié et la coopération entre la France et tous les pays asiatiques et je participe à la promotion de la francophonie.

Au Vietnam, tous les coins de rues valent le détour ! Dans les grandes villes, on retrouve les traces de la France notamment avec ses bâtiments coloniaux. Je recommande surtout de passer du temps à la campagne, pour admirer les paysages et découvrir la gentillesse des Vietnamiens.

Je n’oublie pas à travers votre journal de remercier vos lecteurs, qu’ils soient Français ou Vietnamiens. Ils participent eux aussi à la consolidation de l’amitié entre ces deux peuples.

 

Propos recueillis par Déborah Newton (lepetitjournal.com/Hochiminhville) 16 Décembre 2015

Photo 2: Cuong Pham Phu à l'Elysée en compagnie de la conseillère de François Hollande

 
Ho Chi Minh Ville
Une internationale

PIERRE RABHI & JULIETTE DUQUESNE – "On est en train de privatiser le vivant"

Tour à tour essayiste, philosophe, poète, ou encore agriculteur bio, Pierre Rabhi co-signe avec la journaliste Juliette Duquesne les deux premiers ouvrages d’une nouvelle collection : « Carnets d’alerte ». S’attaquant au sujet de la faim dans le monde, mais aussi à l’épineuse question des semences, « dont on parle peu, mais qui est pourtant à la base de la vie », ils analysent et décryptent ensemble ces deux sujets, avec le but affiché d’en…
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Communauté

LE LAB-NC – Un magazine participatif

La Nouvelle-Calédonie, plus qu’ailleurs, prépare le nouveau paradigme et elle devrait avoir toutes les chances d’y parvenir. Laboratoire…
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine