Heidelberg Mannheim

FRANCE-ALLEMAGNE – Amaury et Magdalena, un duo franco-allemand en stage en entreprise

Cette période suivant la fin des cours, ou correspondant à la fin du second semestre pour des étudiants de l’enseignement supérieur, est souvent synonyme de stage. Nous avons rencontré deux jeunes stagiaires en entreprise à Mannheim, un duo franco-allemand, afin de partager leur expérience.

Amaury Viéville est un jeune homme de 17 ans bien dans ses baskets. Juste avant notre rencontre, il apprend les résultats des épreuves anticipées du bac qu’il a passées quelques semaines plus tôt. Des notes lui permettant d’envisager sa future rentrée en terminale S avec sérénité. Stagiaire volontaire pendant deux semaines au sein d'Almas Industries située à Mannheim, entreprise de biométrie et de sécurité, il est accompagné de Magdalena Jakubiuk, 19 ans, elle aussi en stage, de mai à décembre.

Une première expérience

« À 17 ans, il faut commencer à s’immerger dans la vie professionnelle et s’y confronter, ce n’est pas toujours facile », reconnaît le jeune stagiaire au moment d’expliquer sa présence dans l’entreprise. Amaury profite alors logiquement d’une connaissance de son père pour effectuer ce stage. « Mon père est un ami de longue date de M. Mangonaux, le directeur. L’année dernière j’ai passé une semaine au lycée avec sa fille, et cette année, j’ai pu décrocher un stage ici pour deux semaines ». 

Si le lycéen ne tire pas de plans sur la comète, il a tout de même une idée plutôt précise de ce qu’il veut faire par la suite. « Le domaine dans lequel je travaille actuellement m’intéresse beaucoup, mais je suis passionné de sports automobiles également. Pour l’instant, je vais préparer mon bac pour l’an prochain, ensuite, mais cela dépend de mes résultats au bac, je vais tenter d’intégrer une prépa scientifique. Étant passionné de sport automobile, pourquoi pas me spécialiser encore davantage par la suite pour pouvoir travailler dans ce secteur. Il y a une très bonne école à Toulouse, SUPAERO, ou une autre à Laval, un peu moins fun pour le coup ». (rires).

Durant son stage, Amaury partage son expérience avec Magdalena, une jeune Allemande de 19 ans arrivée en mai et présente jusqu’en décembre. La jeune fille qui réside à Heidelberg, étudie la philosophie, l’art et les médias. Pleinement investie dans sa mission, elle s’occupe chez Almas des aspects social media, design graphique, avec des outils comme Photoshop ou Powerpoint. « J’apprécie le côté créatif, le fait de pouvoir organiser des choses », explique-t-elle tout sourire. 

Un duo franco-allemand complémentaire

Les deux stagiaires forment un duo franco-allemand complémentaire. Amaury s’occupe notamment de traductions, « ça me permet de travailler les langues, en français-allemand, parfois anglais-allemand ce qui est un peu plus dur, et sinon je fais différentes tâches, là où on a besoin de moi ». Bien sûr parfaitement germanophone, bien que Polonaise en passe d’obtenir la nationalité allemande, Magdalena doit sans doute aider Amaury au quotidien dans la langue de Goethe, bien que le jeune Français se débrouille déjà bien. 

Impliqués dans leur stage bien sûr, Amaury et Magdalena en profitent aussi pour apprécier les charmes de la région. La jeune fille voyage ou voit des amis. Tandis que le Parisien, un grand fan de courses automobiles, est ravi. « Les premiers jours, j’étais vraiment fatigué par le rythme du stage. Mais comme je loge à Hockenheim, je vais à vélo visiter le fameux circuit. Le week-end dernier, il y avait un rassemblement de Porsche, c’était sympa. Et sinon la Deutsche Bahn permet d’aller à plein d’endroits très rapidement ». 

Une ambiance franco-allemande avec les stagiaires qui ravit le patron, « le fait d’avoir des stagiaires nous oblige à imaginer, à réfléchir à des nouvelles stratégies, à créer de nouvelles tâches, pour les occuper bien sûr, mais aussi pour rendre le séjour intéressant. C’est un vrai challenge », explique Hervé Mangonaux.

À la fin de ces deux semaines de découverte en entreprise, Amaury rentrera en France pour les vacances. Par la suite, il se verrait bien revenir en Allemagne. « C’est un pays que j’apprécie, j’aime bien le système allemand et la mentalité ici. Et puis bien sûr, pour l’automobile c’est un environnement vraiment spécial ». Quant à Magdalena, elle sera chez Almas industries jusqu’en décembre, avec encore beaucoup de projets à mener et de l’expérience à acquérir. 

Les stages au lycée

Si les collégiens effectuent systématiquement un stage d'observation d'une semaine, les lycéens du général ont peu de stages en entreprise, ou alors, ce sont des stages volontaires, comme celui qu'effectue Amaury. Pour les jeunes étant en voie professionnelle, les stages sont obligatoires et cela relève parfois du parcours du combattant. Au niveau universitaire, l’affaire n’est pas chose aisée, et sans réseau et sans expérience, les plus jeunes ont souvent beaucoup de mal. Les lycées professionnels ont parfois des partenariats avec certaines entreprises. 

(Photo © lepetitjournal.com/heidelberg-mannheim)

C.G (www.lepetitjournal.com/heidelberg-mannheim), mardi 18 juillet 2017

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter 

 
Heidelberg Mannheim
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine