TOURISME - Worpswede, entre Hambourg et Brême, un pays étrange

 

C'est un étrange pays. Lorsqu'on est debout sur la petite montagne sablonneuse de Worpswede, on le voit s'étendre alentour, semblable à ces mouchoirs de paysannes, qui sur un fond sombre, montrent des coins pleins de fleurs lumineuses. Il est là, plaine presque sans replis, et les chemins et les cours d'eau mènent loin vers l'horizon.

© Nicole Kanning / www.worpswede.de

Le village des artistes
"Là commence un ciel d'une instabilité et d'une grandeur inexprimables", qui mieux que Rainer Maria Rilke a su écrire, aussi amoureusement et décrit avec émerveillement les charmes naturelles du paysage de Worpswede. C'est dans ce village au Nord de Brême que dès 1889, une colonie de peintres (Heinrich Vogeler, Paula Modersohn- Becker entre autre), inspirés par l'école francaise des impressionnistes vont venir s'installer et y vivre. Communauté d'artistes passionnés par la nature et ses énigmes, ils viennent capter la beauté âpre et la lumière de ce paysage de landes et de marais. Aujourd'hui, les touristes, amoureux de la nature, peintres en herbe, passionnés d'art, promeneurs du dimanche à la recherche du calme dans un cadre exceptionnel, viennent du monde entier sur les pas de cette colonie d'artistes-peintre.

© Fritz Dressler / www.worpswede.de

Un site sauvé d'une menace de fermeture
Au fil des années et grâce notamment au soutien financier du Land de Basse-Saxe, la rénovation et le maintien du site, de ces ateliers et commerces, Worpswede est resté un lieu de fascination pour le public. La crise aidant, les caisses de l'état se vidant, cette aide financière du gouvernement de la Basse-Saxe est désormais remise en question. On parle même de la supprimer. La renommée du village des artistes-peintres de Worpswede risque-t-elle alors de disparaître ? C'est ce que beaucoup d'artistes-peintres de la région mais aussi les habitants et les commerçants de la ville ont pu craindre dans un premier temps. Heureusement, sous l'impulsion de personnes engagés et compétentes dans le domaine artistique, une solution a vu le jour. Un échange entre les apprenants et les étudiants de différentes universités d'art du pays aura lieu régulièrement dans la région. Le ministère de la culture mais aussi la ville de Worpswede soutiendront financièrement ce projet qui, à l'initiative de Tim Voss, professeur d'art à Hambourg et co-initiateur d'un échange similaire à Amsterdam portera le nom de "les paysages de Worpswede".

Ubili (www.lepetitjournal.com/hambourg.html) Vendredi 16 novembre 2012

Site:  www.worpswede.de

Hambourg

BON À SAVOIR – L’eau en Allemagne : "avec ou sans gaz ?"

Demandez "de l’eau" dans un restaurant allemand et voilà qu’on vous apporte une bouteille d’eau minérale gazeuse ! Mais où est la grande carafe d’eau plate qui permet de s’abreuver tout au long du repas ? En Allemagne, les bulles sont de rigueur. Le Petit Journal de Berlin s’est penché sur la question…
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Turin - actualité italie

EDITO – Sept ans à Turin

Christine Correale et Luisa Gerini, qui ont fondé lepetitjournal.com de Turin et l’ont dirigé pendant sept ans, quittent aujourd’hui la…
Athenes - Actualité

GRECE - Pas de vacances pour Athènes

Alors que beaucoup de gouvernements européens annoncent les vacances de leurs ministres, il en est tout autre, ici, à Athènes.
Expat
Expat - Emploi

FRENCH WINK - Les créateurs français ont une vitrine aux Etats-Unis

Emilie Chassagne et Claire Obry sont deux Francaises expatriées à New York qui ont mis à profit leurs expériences professionnelles pour créer leur start-up. Après leur webzine dédié à la promotion de la création française aux Etats-Unis, elles lancent à présent une boutique en ligne
Expat - Politique

GERARD LARCHER – "Nos pays savent faire l’unité dans la diversité"

Venu à Milan pour visiter l’Exposition universelle, Gerard Larcher a lancé un appel à la solidarité sur les dossiers d’actualité de la migration, de la Grèce et de la sécurité. Une solidarité illustrée par la qualité des relations franco-italiennes soulignée par le Consul général de France Olivier Brochet, qui célébrait pour la première fois la fête nationale à Milan.
Magazine