TOURISME - Worpswede, entre Hambourg et Brême, un pays étrange

 

C'est un étrange pays. Lorsqu'on est debout sur la petite montagne sablonneuse de Worpswede, on le voit s'étendre alentour, semblable à ces mouchoirs de paysannes, qui sur un fond sombre, montrent des coins pleins de fleurs lumineuses. Il est là, plaine presque sans replis, et les chemins et les cours d'eau mènent loin vers l'horizon.

© Nicole Kanning / www.worpswede.de

Le village des artistes
"Là commence un ciel d'une instabilité et d'une grandeur inexprimables", qui mieux que Rainer Maria Rilke a su écrire, aussi amoureusement et décrit avec émerveillement les charmes naturelles du paysage de Worpswede. C'est dans ce village au Nord de Brême que dès 1889, une colonie de peintres (Heinrich Vogeler, Paula Modersohn- Becker entre autre), inspirés par l'école francaise des impressionnistes vont venir s'installer et y vivre. Communauté d'artistes passionnés par la nature et ses énigmes, ils viennent capter la beauté âpre et la lumière de ce paysage de landes et de marais. Aujourd'hui, les touristes, amoureux de la nature, peintres en herbe, passionnés d'art, promeneurs du dimanche à la recherche du calme dans un cadre exceptionnel, viennent du monde entier sur les pas de cette colonie d'artistes-peintre.

© Fritz Dressler / www.worpswede.de

Un site sauvé d'une menace de fermeture
Au fil des années et grâce notamment au soutien financier du Land de Basse-Saxe, la rénovation et le maintien du site, de ces ateliers et commerces, Worpswede est resté un lieu de fascination pour le public. La crise aidant, les caisses de l'état se vidant, cette aide financière du gouvernement de la Basse-Saxe est désormais remise en question. On parle même de la supprimer. La renommée du village des artistes-peintres de Worpswede risque-t-elle alors de disparaître ? C'est ce que beaucoup d'artistes-peintres de la région mais aussi les habitants et les commerçants de la ville ont pu craindre dans un premier temps. Heureusement, sous l'impulsion de personnes engagés et compétentes dans le domaine artistique, une solution a vu le jour. Un échange entre les apprenants et les étudiants de différentes universités d'art du pays aura lieu régulièrement dans la région. Le ministère de la culture mais aussi la ville de Worpswede soutiendront financièrement ce projet qui, à l'initiative de Tim Voss, professeur d'art à Hambourg et co-initiateur d'un échange similaire à Amsterdam portera le nom de "les paysages de Worpswede".

Ubili (www.lepetitjournal.com/hambourg.html) Vendredi 16 novembre 2012

Site:  www.worpswede.de

 

RÉFUGIÉ - Plan International se mobilise

Plan International présente des tables rondes participatives afin de permettre aux jeunes de dialoguer avec les parlementaires et les représentants des pouvoirs publics et de la société civile. De nombreuses thématiques y sont abordées comme celle des réfugiés. Des témoins les animent afin de partager le quotidien de milliers de personnes. Bien loin de certains problèmes majeurs qui façonnent notre monde, ces événements sont indispensables pour…
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

CAMBODGE – Le français plus qu’une passion, une tradition royale

Le temps d’une rencontre, le Prince Tesso Sisowath du Cambodge a partagé avec Lepetitjournal.com sa passion, son attachement pour la langue française et nous a parlé de la place qu’elle occupe, au fil des générations, au sein de la famille royale. Il est lui-même très investi dans le rayonnement de la francophonie.

MICHAELLE JEAN – "«J’aime, je partage», c’est parler comme un francophone"

Le 20 mars, c’est la Journée Internationale de la Francophonie. Pour l’occasion, nous avons rencontré une ardente protectrice de la langue de Molière, Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 2014. Très déçue de voir que la France a opté pour un slogan en anglais pour sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024, elle nous parle avec enthousiasme de ses projets, notamment numériques, pour développer notre langue dans le monde.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire