Haïti

RELATIONS DIPLOMATIQUES AVEC LA CHINE: Haïti et la République Dominicaine se décideront-elles à rejoindre le Panama ?

 

 

Le Ministre des Affaires Etrangère chinois Wang Yi  et son homologue de Panama Isabel Saint Malo de Alvarado

 

L’annonce du Panama de choisir de reconnaitre désormais  la République Populaire de Chine à la place de Taiwan, a suscité pas mal de commentaires en République Dominicaine. Selon la presse locale des experts dominicains en relations internationales recommandent de ne pas suivre l’exemple de la République panaméenne. Les relations commerciales avec la Chine populaire sont de haut niveau, mais Taiwan nous fournit une aide au delà de 12 millions de dollars a précisé Ivan Ogando. Est-ce une réflexion à courte vue ? Monsieur Ogando est directeur de la Faculté Latino-américaine de Sciences Sociales (FLACSO)

Ou est l’intérêt réel de la République ? De son côté Monsieur Ernesto Gatón pense qu’il n’est pas nécessaire de rompre les relations diplomatiques avec Taiwan puisque la RD a déjà de bonnes relations commerciales avec la Chine.

Pour Matt Ferchen, professeur de Politique Internationale à l’Université Chinoise de Tsinghau, selon ce que rapporte le quotidien Diario Libre, le divorce entre le Panama et Taiwan représente un changement significatif. Ce qui pourrait exacerber la compétition entre la Chine et Taiwan pour conquérir le cœur diplomatique de la région. Depuis l’année 2007, continue le journal, les 7 pays d’Amérique Centrale reconnaissaient Taiwan. Plus tard le Costa Rica prit la décision de rompre ses relations avec Taipei pour rejoindre Pékin. Il n’y a maintenant que 11 pays en Amérique à reconnaitre Taiwan sur un total de 20 à travers le monde. Le République Dominicaine en est l’une des plus importantes, il y a  à peine une semaine le président du Sénat dominicain y était en visite officielle pour renforcer les liens entre les deux pays. L’abandon des relations avec Taiwan n’est pas pour demain.

La République populaire de Chine prône une coopération « en profondeur » avec Haïti

Quand à Haïti et selon ce que rapportait le quotidien Le Nouvelliste l’année dernière, le représentant permanent du Bureau commercial de la République populaire de Chine en Haïti, M. Ling Jun, a célébré le jeudi 29 septembre 2016 à Port-au-Prince le 67e anniversaire de la fête nationale de son pays. M. Ling Jun en a profité pour toucher quelques mots sur les relations sino-haïtiennes et proposer de résoudre les différends par le dialogue afin de créer des conditions favorables pour la tenue de l'élection présidentielle et la mise en place du nouveau gouvernement.

En prélude au premier tour de la présidentielle du 9 octobre 2016, M. Ling Jun avait émis le souhait que le processus offrirait de nouvelles opportunités à la paix et à la stabilité en Haïti.

« La Chine souhaite que toutes les parties en Haïti restent unies et résolvent leurs différends par le dialogue, afin de maintenir la stabilité dans le pays et de créer des conditions favorables pour la tenue de l'élection présidentielle et la mise en place du nouveau gouvernement », avait déclaré le représentant permanent, qui rappellait que la paix et la sécurité sont essentielles au progrès et au développement en Haïti.

« On souhaite qu’Haïti puisse établir la stabilité sociale, développer son économie et améliorer les conditions de vie du peuple sous la conduite d’un nouveau président élu et créer un avenir merveilleux », avait-t-il poursuivi.

Présent à cette cérémonie, le ministre des Affaires étrangères, Pierrot Délienne, dans son allocution, avait assuré que l’actuel gouvernement provisoire était « résolu à ne rien négliger qui puisse favoriser la stabilité du pays, dont au premier chef, la réalisation des prochaines élections dans les meilleures conditions possibles de transparence, d’honnêteté et d’inclusivité. »

Plus loin, le chancelier avait fait savoir que la République d’Haïti se félicitait d’avoir la République populaire de Chine comme partenaire et était disposée à travailler avec elle afin d’intensifier et d’amplifier les relations bilatérales à tous les niveaux dans l’intérêt des deux peuples. Évoquant les relations sino-haïtiennes, M. Ling Jun considérait que les coopérations économiques et commerciales entre la Chine et Haïti disposaient d’une grande potentialité et d’énormes perspectives. Ce dernier avait aussi vanté des progrès réalisés par les deux parties en matière d’infrastructure, d’agriculture, de tourisme et d’énergie.

 « Je suis convaincu que les coopérations entre nos deux pays gagneront en profondeur et bénéficieront aux deux peuples », avait-t-il pronostiqué.

Pierrot Délienne, de son côté, avait fait part de l’appréciation de la République d’Haïti, qui se trouve confrontée à un énorme besoin de coopération et d’investissements massifs dans la durée pour favoriser son démarrage économique et son développement social, des possibilités de crédit offerte par la République populaire de Chine afin, disait-il, d’impulser la croissance dans les domaines de l’énergie et des ressources naturelles, de l’infrastructure, de l’agriculture, de l’industrie, de l’information technique et de l’approfondissement de la coopération mutuellement bénéfique.

La cérémonie s’était déroulée en présence de plusieurs officiels haïtiens, dont les ministres des Affaires étrangères, Pierrot Délienne et de la Planification et de la Coopération externe, Aviol Fleurant. Rappelons que ce dernier, lors d’une conférence de presse, avait informé qu’il avait signé, au nom du Gouvernement haïtien, deux protocoles d’accord dans le cadre d’une coopération commerciale avec la CACS, une banque de développement de la République populaire de Chine. Le premier accord portait sur la construction d’un réseau électrique national comprenant un parc éolien et solaire à hauteur de 1.2 milliards de dollars américains; le second consistait au renforcement de l’agriculture pour un montant de 800 millions de dollars américains. Quid de ces projets ?

 

Selon un accord, la Chine promet à Haiti un parc éolien et solaire à hauteur de 1.2 milliards de dollars

 

Si l’effet dominino atteint Haïti, la Chine aiderait-elle le pays qui a presque atteint le fond de l’abime,  à fonder des villes charters qui pourront la sauver ?

Shenzhen est la première Charter City établi par les Chinois eux-mêmes sous le haut patronage de l'ancien dirigeant chinois Deng Xiaoping, Hong Kong ayant été crée par les britanniques et Macao par les portugais. La Chine aiderait-elle Haïti à faire de même ?

 

La ville de Shenzhen est la première Charter City établi par les Chinois

 

Lire nos articles sur Haïti :

http://www.lepetitjournal.com/haiti/societe/246823-charter-cities-vers-la-creation-de-5-villes-commerciales-et-industrielles-au-long-de-la-frontiere-dominicano-haitienne

http://www.lepetitjournal.com/haiti/societe/257641-phaeton-plantation-dauphin-la-premiere-charter-city-d-haiti

http://www.lepetitjournal.com/haiti/2015-12-21-06-52-02/actu/260047-apres-matthew-faire-de-jeremie-une-charter-city-de-40-000-a-un-million-d-habitants

Pourquoi le Panama a brisé ses liens historiques avec Taiwan et noue les relations diplomatiques avec la Chine.

 « Un chef responsable ne pouvait pas continuer à perpétuer cette situation ».

Avec ces mots, le président du Panama, Juan Carlos Varela, a justifié la décision de son gouvernement de rompre les relations diplomatiques avec Taiwan.

La Diplomatie du chéquier?

Pourquoi la plupart des pays d'Amérique centrale ne rompt pas les relations avec Taiwan en faveur de la Chine, tout comme vient de le faire le Panama

Ainsi, il y a 20 pays avec lesquels Taiwan entretient des relations diplomatiques dans le monde, dont 11 sont situés en Amérique latine et dans les Caraïbes. Cette région reste le principal bastion de la diplomatie taïwanaise.

Les 20 pays ayant toujours des relations diplomatiques avec Taiwan :

En Amérique: Belize, Salvador, Guatemala, Haïti, Honduras, Nicaragua, Paraguay, République  Dominicaine, Saint Christophe et Nièves, Sainte Lucie, Saint Vincent et les Grenadines.

En Afrique: Burkina Faso y Suazilande.

En Europe: Le Vatican

En Océanie: Les Iles Marshall, Les Iles Salomon, Kiribati, Nauru, Palaos y Tuvalu.

Pékin exige que les pays avec lesquels elle rentre en relations diplomatiques, suspendent leurs liens officiels avec Taiwan, île qu’elle considère comme une « province renégate ».

Le chef du Panama a estimé sa décision en faisant valoir que la Chine est un pays « qui représente à elle seule 20% de la population mondiale et est la deuxième plus grande économie du monde ». En outre, « La Chine est le deuxième plus grand utilisateur du canal de Panama et le plus grand fournisseur de produits dans la zone franche de Colon. »

Varela a également déclaré que Taiwan avait été « un grand ami du Panama » et a exprimé sa gratitude pour l'amitié et la coopération.

Quel intérêt a donc un pays a nouer des relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine?

Des projets d’infrastructures ambitieux avec lesquels la Chine veut établir l’ordre économique mondial.

 

L’ancienne Route de la Soie qui unie l’Orient et l’Occident il y a plus de 2000 ans que la Chine est en train d’améliorer en la dotant de train à très grande vitesse.

La Route de la Soie

C’est un projet colossal et couteux qui permettra à la Chine d’étendre son influence mondiale. Le président chinois Xi Jinping a déclaré récemment que la Chine est en train de déployer tous les efforts pour la croissance globale en construisant des plateformes qui permettront le développement économique du monde entier et rééquilibrer la globalisation pour que l’humanité se rapproche le plus possible a une communauté ayant un même destin.

C’est ainsi qu’il décrivait toute la dimension de ce projet d’expansion connu comme la Nouvelle Route de la Soie, grâce à laquelle la Chine améliorera les voies d’accès entre l’Asie et les autres régions du monde. Pour avoir une idée de l’ampleur disons que la Chine y a déjà infecte plus de 300 milliards de dollars.

 

Transport du Fret Chine-Europe

À l'heure actuelle, la Chine exploite déjà environ 20 trains de fret sur des lignes qui relient directement le pays avec les villes européennes comme Londres, Madrid, Rotterdam et Varsovie. La route Chine-Madrid fonctionne depuis plus d'un an et est le plus long service ferroviaire dans le monde. Dans ce projet ambitieux il est question de relier la Chine et le Royaume-Uni d'abord.

L'objectif du gouvernement de Xi Jinping est d'optimiser ce réseau et d’obtenir une alternative plus rapide que la navigation traditionnelle qui revient tres chère pour les produits chinois.

Il est prévu de travailler sur le nouveau train à grande vitesse qui reliera les 7000 kilomètres de Moscou à Pékin en 30 heures au lieu de 5 jours qui est la durée actuelle. Les chemines de fer seront achevée en 2025.

Cette grande initiative permettra à la Chine de se positionner encore plus comme une puissance commerciale mondiale. Le coût de ce projet: 242 milliards de dollars.

 

 

Chemin de fer qui reliant la Chine à  Londres, Madrid, Milan en passant par la Russie, l’Allemagne et la France

 

Des projets en Afrique

Opérée par les chinois, la flotte de la ligne ferroviaire nouvellement construite reliant la capitale de l'Ethiopie, Addis-Abeba et Djibouti contribuent à stimuler l'économie des deux pays.

La Chine a déjà construit le chemin de fer reliant les deux grandes villes de capitale kényane, Nairobi, Mombasa et, sur la côte. Ce projet fait partie du futur réseau de transport en Afrique de l'Est, qui reliera les villes du Kenya avec les capitales de l'Ouganda (Kampala), Sud-Soudan (Juba), le Rwanda (Kigali) et le Burundi (Bujumbura).

En fait, la Chine déjà inauguré le train reliant la capitale éthiopienne avec la ville côtière de Djibouti, la capitale du même nom, situé dans la mer Rouge, où les entreprises chinoises construisent un centre logistique maritime. C’est une extension de la puissance navale pour protéger les intérêts commerciaux et régionaux de la Chine dans la Corne de l'Afrique.

Coût total du projet : 14 milliards de dollars. Ceci n’est qu’une infime partie des grands projets que la Chine a pour l’Afrique.

 

L’effet domino ?

Après la décision du Panama de reconnaitre Pékin, l’effet domino est incontournable, les 11 petits pays et ilots du continent américain amis de Taipei,  ne manqueront pas dans les prochains mois de rejoindre les rangs des pays réalistes et responsables. A  quand le tour d’Haïti et de la République Dominicaine pour qu’elles ne ratent pas ce flot d’investissements mondial ?

Vendredi 16 juin 2017

Avec www.acento.com.do

www.lepetitjournal.com/republique-dominicaine

www.lepetitjournal.com/haiti

 

 
A la Une en Haïti

MIGRATION - La crise humanitaire

Appel urgent de la société civile du continent face à la crise humanitaire des migrantes et migrants d’Haïti dans les Amériques
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine