Francfort

MICRO-TROTTOIR – Clichés : la revanche des Allemands

Le cliché du bon Français avec sa baguette sous le bras et son béret n’est toujours pas révolu, et ce n’est pas les Allemands qui vous diront le contraire ! Si pour les Français, les Allemands sont des buveurs de bière et des mangeurs de saucisses, les Allemands aussi ont leur lot de clichés sur les Français. En plus des clichés traditionnels, d’autres clichés plus ou moins flatteurs nous collent à la peau. Prenez garde, cet article n’est en aucun cas à prendre au premier degré !

En haut à gauche : Jana et Tim, en haut à droite : Mila, en bas à gauche : Hassan, en bas à droite : Anja et Patrizia
(Photos JV lepetitjournal.com/francfort)

Pour connaître la perception qu’ont les Allemands des Français, nous avons interrogé plusieurs Allemands, mais aussi des personnes étrangères vivant en Allemagne depuis un certain temps, dans le centre-ville de Francfort. L’occasion pour Tim, Jana, Mila, Hassan, Thomas, Anja et Patrizia de prendre leur revanche sur un article publié par lepetitjournal.com/heidelberg-mannheim en mars dernier, dans lequel nous vous faisions part de notre ressenti sur les habitudes allemandes parfois… déconcertantes ! 

« Les Français sont des mangeurs de grenouilles », Tim

Commençons en douceur. Pour les Allemands et les étrangers, la gastronomie française ne vaut pas la leur. Pour Mila, 55 ans, infirmière à la retraite, il n’y a pas photo. Cette dernière vient de Serbie, mais habite en Allemagne depuis des années. « J’ai été mariée à un Allemand et j’ai été plusieurs fois en France. Je n’ai pas vu de grosses différences culturelles, mis à part la nourriture. Il est vrai que la cuisine est vraiment différente. En France, on mange plus de poisson, plus de canard, et je trouve que c’est vraiment meilleur ! ».  Quant à Anja, étudiante de 20 ans, lorsque nous lui demandons à quoi elle pense lorsqu’elle entend parler de Français, elle nous répond avec des étoiles dans les yeux qu’elle pense instinctivement à « baguette, éclair, quiche et macarons ». Les Français seraient donc de fins gourmets pour les Allemands ! Thomas, avocat de 50 ans, posé en terrasse avec sa bière et un bon livre, nous livre également qu’il a un faible pour la cuisine française. « Je ne parle pas français mais j’adore la cuisine française. Je fais moi-même un plat typiquement français, le coq au vin, et j’adore vraiment ça », raconte Thomas en souriant.

(Photo © Pixabay)

Au-delà de la cuisine raffinée, les traditionnels clichés du Français reviennent très régulièrement lorsque nous interrogeons notre panel d’Allemands. Hassan, vendeur de bijoux, originaire du Maroc, ne va pas dire le contraire. « La première chose à laquelle je pense quand on me parle de la France, c’est à la baguette », nous indique-t-il en souriant, avant de poursuivre, dans un français hésitant : « Baguette avec le fromage ». Pour Tim, 25 ans, tatoué jusqu’au bout des bras, les Français sont avant tout des « mangeurs de grenouilles » : « Les Français aiment ça, moi je n’en ai jamais mangé, mais pourquoi pas un jour ». En France, nous serions donc tous des adeptes de baguette, de fromage et de grenouilles !

Les Français, impolis et mauvais en anglais 

Anja et son amie, Patrizia, 19 ans, également étudiante, toutes deux assises dans l’herbe au bord du Main, sont unanimes. D’après leur expérience lors d’un séjour à Paris, les Français auraient un anglais très moyen, voire inexistant. « Quand nous sommes allées à Paris, nous ne savions pas parler français et personne ne nous parlait anglais. Les Français ne peuvent vraiment pas parler anglais », raconte Anja d’un air amusé. Patrizia, pour sa part, avoue ne pas comprendre pourquoi les Français parlent aussi mal anglais. « Comment cela se fait ? En plus de ça, c’est votre première langue. Nous aussi, c’est notre première langue ! ». 

L’anglais ne serait pourtant pas notre seul point faible. Si les Français représentent la mode selon Jana, ils ne reflèteraient pour autant pas l’amabilité. Selon Anja, les Français seraient « arrogants », voir parfois même « impolis », notamment auprès des étrangers ne parlant pas français.  « Quand je vais à Paris par exemple, personne ne sourit, personne ne vient nous parler. C’est peut-être un stéréotype et ce n’est peut-être pas vrai, mais d’extérieur, cela ne donne pas une image très engageante des Français », s’étonne Anja

D’autres Allemands, au contraire, pensent que les Français sont beaucoup plus polis que certains de leurs confrères. C’est le cas d’Hassan : « Les Français disent facilement bonjour à leurs voisins, alors que les Allemands, moins. Quand je descends les escaliers et que je croise mes voisins, ici, personne ne me dit bonjour. Ils ne sont pas tous comme ça, mais je pense que les Français sont beaucoup plus courtois que les Allemands en général »Jana n’est également pas d’accord avec le cliché du Français bougon toujours de mauvaise humeur : « Ma collègue est française et de ce que je connais d’elle, elle est vraiment très ouverte, toujours de bonne humeur, bien loin des clichés des Français », avant d’ajouter en rigolant que cela venait peut-être du fait qu’elle vivait « depuis 20 ans en Allemagne ».

Les Allemands plus efficaces que les Français au travail, mais moins patients !

Selon Mila, les Français ont tendance à remettre tout au lendemain et à être moins efficaces que les Allemands, notamment dans le domaine professionnel : « Les Français sont vraiment plus lents que les Allemands au travail. Pour les Allemands, tout doit être fait précisément, en temps et en heure, alors que pour les Français, ça peut être fait le lendemain, ou même le surlendemain », dit-elle en rigolant. Mila n’est pas la seule à penser que les Français n’ont pas les mêmes méthodes de travail que les Allemands. Thomas est également de cet avis : « Il est vrai que les Allemands sont très ordonnés, alors que les Français beaucoup moins, et notamment au travail ». 

Tim, pour sa part, pense que les Français sont plus patients que les Allemands. « Je ne connais pas de Français, tout ce que je connais d’eux, je l’ai appris dans les films. Néanmoins, je pense que les Français ont plus de patience que les Allemands. On dit que les Français sont romantiques, et les personnes romantiques ont plus de patience ! », justifie-t-il, alors que son amie Jana peine à se contenir de rigoler. 

Alors, clichés ou réalité ? À vous d’en juger !

JV (www.lepetitjournal.com/francfort), lundi 12 juin 2017

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

 
Francfort

RENÉ RANDRIANJA – « Mon année passée à la tête de l’ALFM, je la qualifierais de fomagnifique »

Vendredi 23 juin se tenait la remise des diplômes des bacheliers du Lycée français Victor-Hugo à Francfort. Pour l’occasion, René Randrianja, président de l’Association des Anciens des Lycées français du Monde, était présent. Celui-ci était également là dans le but d’inaugurer une nouvelle association des anciens élèves de l’étranger dans le Lycée français de Francfort, la première en Allemagne. 
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine