CHUTE DU MUR DE BERLIN - Le 9 novembre, 23 ans après


Vingt-trois ans que le mur de Berlin est tombé. Pas même un quart de siècle. Beaucoup d'entre nous s'en souviennent encore. Retour sur les circonstances de cet événement qui a profondément marqué l'Histoire de la fin du XXème siècle.


Sur un malentendu, ça peut marcher...

Tout est parti d'un malentendu. Le 6 novembre 1989, le SED (le parti socialiste unifié d'Allemagne, qui était au pouvoir en RDA à cette époque) décide, sous le pression grandissante de la population, de publier un extrait d'un projet de loi sur les entrées et sorties du territoire. Ce projet de loi concernait uniquement les sorties définitives, et avait pour but d'endiguer l'exode de citoyens de RDA, notamment vers la République Socialiste Tchèque. Mais à la suite de manifestations à l'encontre de ce projet, le texte est révisé le matin du 9 novembre. Cette fois, il stipule qu'il est possible de sortir provisoirement du territoire, grâce à un visa disponible sur simple demande et sans délai d'attente. Une conférence de presse a lieu le soir-même à 19h00. Le secrétaire du comité central, Günter Schabowski, annonce alors de façon lapidaire l'entrée en vigueur d'une toute nouvelle réglementation concernant les sorties du territoire de RDA : il présenta déjà, ce qui n'était pas prévu, le nouveau régime des visas. Les journalistes sont surpris. Schabowski explique alors que des erreurs dans la mise au point du texte initial ont abouti à des autorisations non-définitives du territoires et insiste sur le point que les citoyens de RDA peuvent à présent obtenir un visa sans justifier de motivations particulières ou sans avoir de proches à l'étranger à qui rendre visite.

Le rôle des médias dans l'ouverture des postes-frontières
Bien entendu, l'ARD (la première chaîne de télévision publique de RFA) en fait son principal titre au journal de 20h : "la RDA ouvre ses frontières !" De très nombreux Berlinois de l'Est affluent alors aux postes-frontières afin d'obtenir un visa. Les gardes-frontières, quant à eux, sont perplexes. Ils n'ont reçu aucune consigne claire. A 21h20, dans le doute et sous la pression grandissante des Berlinois amassés devant le Mur, le poste de Bornholmer Straße est le premier à autoriser les citoyens de Berlin-Est à se frayer un passage vers Berlin-Ouest. Pour l'anecdote, les passeports de ces pionniers furent alors annulés, ce qui fit d'eux des extradés ! Aux alentours de 23h30, la foule avait pris une telle ampleur que le responsable du service des passeports, toujours sans consignes, décide d'ouvrir définitivement les barrières...En une heure, plus de 20.000 personnes franchissent le pont Bösebrücke. Les autres postes-frontières de la ville tombèrent ensuite un à un. En cette nuit du 9 au 10 novembre 1989, après 28 ans d'enfermement pour les citoyens de RDA, le mur de Berlin était enfin tombé.

Berlin ou la liberté retrouvée

Les jours suivants, l'euphorie gagna la ville entière. Les autorités n'eurent d'autre choix que de renoncer à toute formalité aux postes-frontières. Une ambiance de fête populaire s'empara du Kurfürstendamm pendant des jours et des jours. Certains restaurant offrirent même des boissons gratuites aux clients, célébrant ainsi leur liberté retrouvée. La symbolique Porte de Brandebourg fut rouverte comme point de passage entre les deux moitiés de la ville de 22 décembre 1989. Et c'est 6 mois plus tard, entre juin et novembre 1990 que le mur de Berlin fut démantelé, faisant ainsi affluer des collectionneurs du monde entier, armés de burins et de marteaux. Ces événements ont donné naissance au Berlin que nous connaissons aujourd'hui, une ville alternative au parfum de liberté, emprunte d'humour noir, heureuse de s'être (re)trouvée, consciente de l'équilibre parfois fragile de la démocratie. Le tracé du mur est aujourd'hui visible au sol dans les rues de Berlin, grâce à une double rangée de pavés. Pour que les Berlinois n'oublient jamais que la liberté n'a pas de prix.

Magali Jakob-Loué (www.lepetitjournal.com/munich) Vendredi 9 novembre 2012

Mémorial du mur de Berlin : https://www.berlin.de/mauer/gedenkstaetten/berliner_mauer/index.fr.php (en français)

Francfort

WEEK-END - Quelques idées de sorties entre le 3 et le 5 juillet

Ce week-end, les propositions de sorties de lepetitjournal.com/francfort tournent autour de l’art, l’architecture et la musique. Que ce soit dans les rues de Darmstadt où la fête bat son plein, à Gallus, quartier de Francfort en pleine mutation ou encore dans les locaux d’une ancienne imprimerie, il y en aura pour tous les goûts !
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine