CHUTE DU MUR DE BERLIN - Le 9 novembre, 23 ans après


Vingt-trois ans que le mur de Berlin est tombé. Pas même un quart de siècle. Beaucoup d'entre nous s'en souviennent encore. Retour sur les circonstances de cet événement qui a profondément marqué l'Histoire de la fin du XXème siècle.


Sur un malentendu, ça peut marcher...

Tout est parti d'un malentendu. Le 6 novembre 1989, le SED (le parti socialiste unifié d'Allemagne, qui était au pouvoir en RDA à cette époque) décide, sous le pression grandissante de la population, de publier un extrait d'un projet de loi sur les entrées et sorties du territoire. Ce projet de loi concernait uniquement les sorties définitives, et avait pour but d'endiguer l'exode de citoyens de RDA, notamment vers la République Socialiste Tchèque. Mais à la suite de manifestations à l'encontre de ce projet, le texte est révisé le matin du 9 novembre. Cette fois, il stipule qu'il est possible de sortir provisoirement du territoire, grâce à un visa disponible sur simple demande et sans délai d'attente. Une conférence de presse a lieu le soir-même à 19h00. Le secrétaire du comité central, Günter Schabowski, annonce alors de façon lapidaire l'entrée en vigueur d'une toute nouvelle réglementation concernant les sorties du territoire de RDA : il présenta déjà, ce qui n'était pas prévu, le nouveau régime des visas. Les journalistes sont surpris. Schabowski explique alors que des erreurs dans la mise au point du texte initial ont abouti à des autorisations non-définitives du territoires et insiste sur le point que les citoyens de RDA peuvent à présent obtenir un visa sans justifier de motivations particulières ou sans avoir de proches à l'étranger à qui rendre visite.

Le rôle des médias dans l'ouverture des postes-frontières
Bien entendu, l'ARD (la première chaîne de télévision publique de RFA) en fait son principal titre au journal de 20h : "la RDA ouvre ses frontières !" De très nombreux Berlinois de l'Est affluent alors aux postes-frontières afin d'obtenir un visa. Les gardes-frontières, quant à eux, sont perplexes. Ils n'ont reçu aucune consigne claire. A 21h20, dans le doute et sous la pression grandissante des Berlinois amassés devant le Mur, le poste de Bornholmer Straße est le premier à autoriser les citoyens de Berlin-Est à se frayer un passage vers Berlin-Ouest. Pour l'anecdote, les passeports de ces pionniers furent alors annulés, ce qui fit d'eux des extradés ! Aux alentours de 23h30, la foule avait pris une telle ampleur que le responsable du service des passeports, toujours sans consignes, décide d'ouvrir définitivement les barrières...En une heure, plus de 20.000 personnes franchissent le pont Bösebrücke. Les autres postes-frontières de la ville tombèrent ensuite un à un. En cette nuit du 9 au 10 novembre 1989, après 28 ans d'enfermement pour les citoyens de RDA, le mur de Berlin était enfin tombé.

Berlin ou la liberté retrouvée

Les jours suivants, l'euphorie gagna la ville entière. Les autorités n'eurent d'autre choix que de renoncer à toute formalité aux postes-frontières. Une ambiance de fête populaire s'empara du Kurfürstendamm pendant des jours et des jours. Certains restaurant offrirent même des boissons gratuites aux clients, célébrant ainsi leur liberté retrouvée. La symbolique Porte de Brandebourg fut rouverte comme point de passage entre les deux moitiés de la ville de 22 décembre 1989. Et c'est 6 mois plus tard, entre juin et novembre 1990 que le mur de Berlin fut démantelé, faisant ainsi affluer des collectionneurs du monde entier, armés de burins et de marteaux. Ces événements ont donné naissance au Berlin que nous connaissons aujourd'hui, une ville alternative au parfum de liberté, emprunte d'humour noir, heureuse de s'être (re)trouvée, consciente de l'équilibre parfois fragile de la démocratie. Le tracé du mur est aujourd'hui visible au sol dans les rues de Berlin, grâce à une double rangée de pavés. Pour que les Berlinois n'oublient jamais que la liberté n'a pas de prix.

Magali Jakob-Loué (www.lepetitjournal.com/munich) Vendredi 9 novembre 2012

Mémorial du mur de Berlin : https://www.berlin.de/mauer/gedenkstaetten/berliner_mauer/index.fr.php (en français)

 
Francfort

BON A SAVOIR - Le logement en Allemagne

Vous vous apprêtez à venir étudier ou travailler en Allemagne ? Contrat signé, il vous reste encore une formalité à remplir afin de préparer votre…
Une internationale

ACCUEILS FRANCOPHONES - Des bons plans, de l'écoute, des rencontres

Anne Trousseau est la Présidente de la Fédération Internationale des Accueils Français et francophones à l’Etranger (FIAFE) depuis mai 2014. La FIAFE est une association ouverte aux Français à l’étranger et aux francophones, présente dans 90 pays. L’objectif? Faciliter l’intégration des arrivants dans le pays en mettant en relation les francophones et en créant des liens avec la culture locale. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Rome - actualité Italie

SEISME EN ITALIE - Au moins dix morts

Un séisme de magnitude 6,2 a frappé le centre de l'Italie tôt mercredi faisant au moins dix morts, selon les médias italiens, citant des…
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine