Francfort

LÉGISLATIVES 2017 - Frédéric Petit affronte Pierre-Yves Le Borgn' au 2ème tour

A quelques jours de la tenue du second tour des élections législatives pour la 7ème circonscription des Français de l'étranger, lepetitjournal.com s’est entretenu avec les deux candidats en lice, Pierre Yves Le Borgn’, candidat investi par le Parti socialiste et député sortant, et Frédéric Petit, candidat MoDem investi par La République En Marche qui nous livrent un bilan entre deux tours et appellent tous deux à aller voter le 18 juin.

Frédéric Petit
(Photo VK lepetitjournal.com/francfort)

Pierre-Yves Le Borgn', 52 ans, est député des Français de l'étranger de la 7ème circonscription depuis 2012. Candidat du Parti socialiste dont il est membre depuis 1988, il habite à Bruxelles. Sa suppléante est Pascale Seux, à Varsovie. Entretien entre deux tours à lire ici.

Frédéric Petit, 56 ans est quant à lui le candidat MoDem investi par la République En Marche. Il a adhéré au MoDem en 2007 et habite à Varsovie. Son suppléant, Olivier Fleckinger est lui à Berlin.

Rencontre à Francfort avec Frédéric Petit.

Lepetitjournal.com/francfort : Frédéric Petit, quelle est votre analyse des résultats du 1er tour aux législatives ?

Frédéric Petit : les résultats excellents de La République en Marche qui a affiché des scores de 54,3 % des voix dans la 7ème circonscription malgré une faible participation de 19 % s’inscrit dans la lignée des résultats des élections présidentielles où le Parti d’Emmanuel Macron avait obtenu une majorité écrasante. En 2012, on avait enregistré 21000 votants alors qu’en 2017 ils étaient 27000, soit 6000 de plus malgré la suppression du vote électronique. Cela montre que les électeurs, même s’ils sont en nombre encore insuffisant, se sont réappropriés le débat politique. En ce qui concerne les résultats nationaux, l’avance est moins marquée mais très significative et il est important de saluer le fait que 245 femmes soient qualifiées.

Quel regard portez-vous sur le taux important d’abstentions ? La suppression du vote électronique a-t-elle eu une incidence sur les résultats ?

Le taux important d’abstentions est regrettable. La participation au 1er tour en France est très largement insuffisante, il y a des tendances abstentionnistes chroniques depuis une vingtaine d’années et un désintérêt croissant dans l’Hexagone. La démocratie est en danger. Les résultats en France notamment, sont vraisemblablement imputables aux votants habituels des anciens partis politiques qui ont été un peu déboussolés. Il y a eu un manque de lisibilité.
Dans la 7ème circonscription des Français de l’étranger en revanche, il y a eu une lumière dans le tunnel et comme je vous le disais, une amélioration entre 2012 et 2017. Il faut cependant continuer à se battre. Concernant le vote électronique, sa suppression a largement engendré des abstentions. Dans la circonscription la distance que certains compatriotes doivent parcourir pour se rendre aux urnes ou dans leur consulat est parfois immense et peut en décourager plus d’un. Il est essentiel de rétablir le vote électronique, d’effectuer un travail en amont pour que celui-ci soit éprouvé et marche. Aussi, la participation en 2022 doit commencer dès 2017 par des réunions de campagne, l’organisation de groupes de réflexion, la formation des citoyens... J’en fais une de mes priorités.

Quelques « Marcheurs » ont indiqué ne plus vouloir faire campagne avec vous et vous ont notamment reproché des zones d’ombre dans votre CV et démenti le fait que vous ayez été maire de la commune de Maizery en Moselle. Qu’en est-il ?

Je me suis largement expliqué et de façon définitive sur mon site à ce sujet. J’ai bien été deuxième adjoint dans les années 90 et à la mort du maire André Rossy en juillet 2000 durant son mandat, j’ai assuré son poste en remplacement en attendant l’élection d’un nouveau maire. J’ai été très surpris que l’on se jette sur ce détail de mon parcours et profondément choqué du manque de respect de ces attaques à mon égard.

Un débat entre les deux candidats aux législatives a été proposé le 13 juin dernier par une radio francophone de Munich. Votre opposant prétend que vous auriez évité la confrontation et refusé de participer au débat. Est-ce le cas ?

Je n’ai jamais confirmé ce débat qui m’a été proposé le premier jour de campagne par une radio de jeunes lycéens. La demande était certes intéressante et légitime mais un peu maladroite car ils m’ont contacté un mardi en m’indiquant m’envoyer les détails le weekend suivant, or je n’ai jamais reçu de proposition concrète, les sujets abordés, la durée de l’émission, le nom des animateurs.. et mon emploi du temps s’est rempli entre temps. Par ailleurs, en prenant contact avec eux, j’ai appris que l’émission en question risquait d’être animée par le directeur de campagne de mon opposant.

Certains articles de presse ont posé la question de la légitimité des députés des Français de l’étranger en regard du taux d’abstention élevé. Une annonce faite notamment par Christophe Barbier, le célèbre éditorialiste de l’Express invoquait même la suppression de ceux-ci. Quelle est votre réaction ?

Ce débat ne date malheureusement pas d’hier mais supprimer les députés des Français de l’étranger serait une profonde erreur. Les préoccupations des Français de l’étranger sont très différentes de celles des Français restés en France que ce soit en matière de fiscalité ou d’éducation par exemple. Bien loin d’être des exilés fiscaux, ils amènent quelque chose de particulier à la nation, renforcent la richesse du pays. Il ne faut pas non plus négliger le phénomène de binationalité et de biculturalité. La candidate du Parti écologique par exemple qui se présentait pour la 7ème circonscription est une Franco-allemande élue à la mairie de Stuttgart, c’est extraordinaire !

Vous vous présentez comme le candidat MoDem investi La République En Marche et votre opposant affiche largement son soutien à Emmanuel Macron. Ne pensez-vous pas que cela risque de créer la confusion chez l’électeur ?

Oui bien sûr que cela va créer la confusion ! Je suis le candidat de la société civile et du renouveau de la 7ème circonscription et le seul investi officiellement La République en Marche. Je me suis engagé sur l’honneur à soutenir ces transformations, ce que Pierre-Yves Le Borgn’ ne peut pas faire.

Vous êtes arrivé largement en tête au 1er tour avec 54 % des voix contre 14 %. Pensez-vous que la tendance peut s’inverser ?

Rien n’est gagné et rien n’est acquis d’avance. Je me bats cependant sur des aspects concrets, j’affine mes propositions, je ne cesse de rencontrer des gens dans toute la circonscription depuis le début de la campagne, d’être à leur écoute et de répondre à leurs questions parfois très spécifiques.

Qu’est-ce qui vous distingue de votre opposant ? Pourquoi devrait-on voter pour vous ?

Comme je vous ai dit, je suis le candidat de la société civile et du renouveau. Parmi mes priorités figurent le rétablissement des classes bi-langues et européennes, le soutien à toutes les politiques pour une Europe forte et la dématérialisation des démarches administratives avec la création d’un compte citoyen en ligne.
Aussi, je suis impressionné et enthousiaste de ce qui s’est passe dans cette circonscription, de cette réappropriation de milliers de gens du débat politique. J’utiliserai tous mes moyens de député pour que ça continue, j’organiserai régulièrement des rencontres dans la circonscription, en transparence et aussi en pluralisme, pour que la participation citoyenne ne mette pas 5 ans à se mobiliser.

Quel message auriez-vous pour nos lecteurs ?

Il faut aller voter, chacun doit effectuer son devoir de citoyen et résister à des avis à l’emporte-pièce sur le vote des Français de l’étranger.

Interview réalisée par Valérie Keyser (www.lepetitjournal.com/francfort), vendredi 16 juin 2017

Retrouvez le programme et les priorités de Frédéric Petit sur son blog ainsi qu'une première interview avant le premier tour réalisée par notre édition de Francfort ici.

Le blog de Frédéric Petit

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

 
Francfort
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine