Francfort

ÉVÉNEMENT – La nature au « chœur » de la St. Stephan Kirche à Mayence

L’ensemble Kaliomene Rheinische Frauenschola a donné le vendredi 2 juin à 20h30 un concert dans l’église Saint-Étienne à Mayence, dans le cadre de la tournée « Viridissima ». Lepetitjournal/francfort était présent à l’événement, où des chants grégoriens inspirés d’Hildegarde von Bingen ainsi que des compositions plus actuelles sont venus rythmer la soirée. En plus de ce programme peu banal, des projections lumineuses sont venues agrémenter le concert, plongeant le spectateur dans un univers singulier placé sous le signe de la nature.

Ximena Gonzales, chef de choeur

(Photos © JV lepetitjournal.com/francfort)

Au fond de l’église, derrière les spectateurs, une douce musique commence à prendre possession des lieux. Au bout de quelques instants, le chœur avance près du public, laissant entrevoir de longues robes soyeuses. Vendredi soir, dans l’église Saint-Étienne à Mayence, se tenait la première de la tournée « Viridissima ». Un concert où la nature était au premier plan, et où se mêlaient chants grégoriens et musiques plus actuelles, qualifiées de musique « drone - spectrale » par Raphaël Languillat, compositeur français mais également organisateur de la tournée. En plus des chants menés par l’ensemble Kaliomene Rheinische Frauenschola, des projections de Katrin Bethge ont envahi l’église Saint-Étienne de Mayence. L’idée du projet, c’est Ximena Gonzales, chef de chœur, qui l’a développée lors d’un voyage à Wiesbaden. Dans la Landesbibliothek de la ville, elle se plonge alors dans le manuscrit de Riesencodex de Hildegarde von Bingen. « Je trouve qu’Hildegarde von Bingen est une femme qui a beaucoup de pouvoir. Elle est juste fabuleuse » nous confie la chef de chœur. Elle rencontrera Raphaël Languillat par hasard, par le biais de la directrice du département de musique contemporaine de la « Hochschule für Musik und Darstellende Kunst » à Francfort. 

L’église Saint-Étienne enveloppée dans un écrin de verdure

Le programme de la tournée « Viridissima » se base principalement autour de la « Viriditas », autrement dit la force de la nature, et son rôle dans l’équilibre universel. Mais pourquoi mettre la verdure au centre de la tournée ? Le thème de la « Virdissima » n’a pas été choisi au hasard : il est en harmonie avec les chants grégoriens. Ces chants, qui selon Raphaël, ressemblent « aux galets qu’on trouve près de la mer, qui sont parfaitement bâtis, et qui sont le travail d’un très grand d’année »ont donc pris possession de l’église Saint-Étienne à Mayence vendredi soir, notamment grâce à la mobilité du chœur, qui, plutôt que de rester sur scène le temps du concert, s’est déplacé dans l’église durant le spectacle. Les spectateurs étaient alors au plus près du chœur, et ne pouvaient que se sentir absorbés par la musique. 

L’église de Mayence correspondait par ailleurs parfaitement à la thématique de la tournée, autrement dit la nature. « Cette église a une acoustique presque « liquide », notamment avec ses vitraux bleus de Marc Chagall qui rappellent la mer, mais également le ciel », confie l'artiste français. La matière liquide se retrouve également dans les projections de lumières réalisées par l’artiste Katrin Bethge. À l’aide d’un rétroprojecteur, elle manipule des liquides afin de reproduire un univers végétal, en phase avec la nature, au cœur de l’église. Ce choix n’a pas été fait par hasard, puisque la compositrice Hildegarde von Bingen avait eu des visions dans lesquelles elle voyait, sentait et entendait des matières. Ces liquides, posés sur une table à côté du rétroprojecteur, ont intrigué les spectateurs vendredi soir. Certains, lors de leur arrivée, se sont même faits prendre au piège. Effectivement, les bouteilles remplies de liquides n’étaient pas destinées à déshydrater le public !   

(Photo © Raphaël Languillat)

Une préparation de longue haleine

Depuis mars, chanteuses, compositeurs, artistes, caméraman, tous ont réalisé un lourd travail pour mettre en place la tournée. Travail d’autant plus important que l’équipe de la tournée était composée de professionnels provenant de Russie, de Serbie, de Colombie, d’Allemagne, de France mais également du Japon. Avec autant de nationalités, « la communication peut parfois être plus compliquée », indique Raphaël. De plus, il a fallu adapter les voix du chœur, car celui-ci venait d’un milieu opératique et « on ne chantait pas au moyen-âge comme on chante aujourd’hui ». Il a donc fallu entamer un travail de « déconstruction du chant », mené par Ximena Gonzales

Les spectateurs éblouis 

Le silence se fait lourd, le chœur vient de chanter ses dernières notes. Les spectateurs en attendent toujours plus. Au bout de longues secondes, ils comprennent que le concert est fini. S’en suit des tonnerres d’applaudissements pendant de longues minutes, comme si le temps s’était arrêté. Un succès ? On peut le dire. Avec une salle bien remplie, la tournée commence sur les chapeaux de roue. En sortant, les spectateurs s’attardent autour du rétroprojecteur, curieux de savoir comment les projections murales ont été réalisées. Quant au compositeur français, il reste les pieds sur terre. Selon lui, un concert est toujours perfectible, et il compte bien faire encore mieux la prochaine fois. Car effectivement, si vous avez raté le concert du 2 juin, pas de panique ! La tournée se poursuit jusqu’au 10 septembre 2017.

JV (www.lepetitjournal.com/francfort), samedi 10 juin 2017

Prochaines dates de la tournée « Viridissima » :
08.09.17 Dreifaltigkeitskirche Frauenlobstraße 5, Wiesbaden
09.09.17 St. Elisabeth Kirche Schloßgartenstraße 57, Darmstadt
10.09.17 Basilika Schloss Johannisberg, Geisenheim
Les concerts débuteront à 20h30.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

 
Francfort

RENÉ RANDRIANJA – « Mon année passée à la tête de l’ALFM, je la qualifierais de fomagnifique »

Vendredi 23 juin se tenait la remise des diplômes des bacheliers du Lycée français Victor-Hugo à Francfort. Pour l’occasion, René Randrianja, président de l’Association des Anciens des Lycées français du Monde, était présent. Celui-ci était également là dans le but d’inaugurer une nouvelle association des anciens élèves de l’étranger dans le Lycée français de Francfort, la première en Allemagne. 
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine