Ses livres ont reçu des dizaines de prix, sont étudiés en classe et empruntés dans toutes les bibliothèques en France comme en Allemagne, Marie-Aude Murail était à Francfort pour lire et parler de son roman Miss Charity devant un public de jeunes conquis.

Marie-Aude Murail à la rencontre de son public francfortois mercredi 14 novembre 2012 (ALT/www.lepetitjournal.com/francfort)

A peine entrés dans la salle, pas émus pour deux sous par la majestuosité de la salle - les voûtes de la Schwanenhalle au rez-de-chaussée du Römer, la mairie de Francfort -, ils font la queue pour un autographe ou une photo. Des groupies, des fans, jeunes adolescents français comme allemands, d'une écrivaine qui, elle, elle se dit impressionnée, intimidée par la solennité du lieu, " par les empereurs " (elle vient de visiter la Kaisersaal ornée des portraits de tous les empereurs du Saint-Empire germanique).
Mais dès le début de cette rencontre Marie-Aude Murail brise la glace et se transforme en clown volubile parlant de l'une de ses dernières héroïnes Charity Tiddler inspirée de l'auteure et naturaliste anglaise Beatrix Potter (1866-1943), lisant un extrait de Miss Charity en imitant différentes voix pour ses personnages et en répondant avec plaisir aux questions du public.

Amour et humour
" Je suis un apôtre de la lecture à voix haute, à la maison, à l'hôpital, à l'école, où vous voulez, explique cette femme d'un naturel réservé. J'ai découvert cette "spécialité" allemande et je l'ai importé en France. " La célèbre auteure française était l'invitée ainsi que son traducteur allemand, Tobias Scheffer, ce mercredi 14 novembre de la Leseeule, exposition et lectures de livres de  jeunesse organisée chaque année par la ville de Francfort, avec le soutien du programme "Auteurs à l'école" de l'Union des parents d'élèves et amis du lycée français (UPEA) et de l'association Français du Monde-ADFE Hessen. Plus de 150 personnes ont assisté à cette rencontre, des enfants et jeunes, des parents aussi, un peu plus de francophones que de germanophones.

" C'était super, explique Clara, une collégienne française, car toutes ses réponses aux questions étaient presque comme des petites histoires ! " Et Céline, une autre Carla, Finn, Lucile d'égrener les titres des livres de Marie-Aude Murail. " J'ai lu tous ceux traduits en allemand (9 sur une centaine), raconte Marlene, en 8e classe. Il y a toujours plein de personnages rigolos et ce sont des histoires toujours positives. " Cela fait en effet partie des recettes dévoilées par Marie-Aude Murail : écrire des histoires vraies, parfois dures souvent liées à l'actualité mais toujours avec quelque chose de miraculeux." Avec l'amour et l'humour, vous pouvez réussir votre vie ", glisse-t-elle en guise de conclusion avant que ses jeunes fans ne se pressent pour une dédicace sur ce pavé de plus de 500 pages à l'honneur ce soir-là, une ode à la lenteur, un hymne à la persévérance et à la volonté.

Anne Le Troquer (www.lepetitjournal.com/francfort) Jeudi 15 novembre 2012
{jcomments on}

Marie-Aude Murail,"Miss Charity" (L'école des loisirs) ou "Das ganz und gar unbedeutende Leben der Charity Tiddler", traduit par Tobias Scheffel (Fischer Verlag)
Pour le programme de la LeseEule qui dure jusqu'au 2 décembre, cliquez ici

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

MODE – Occidentale et mannequin à Hong Kong

Hong Kong n’est sans doute pas une capitale de mode comme Paris, Londres ou Milan mais en Asie, l’ex-colonie britannique fait partie des villes qui comptent, où émergent de jeunes créateurs. Avec en outre un atout majeur, celui d’être aux portes de la Chine, l’usine du monde en matière de textile. De quoi attirer des modèles hors normes spécialisés dans le fitting ou donner un nouvel élan à une carrière de mannequin.
Expat - Politique

GERARD LARCHER – "Nos pays savent faire l’unité dans la diversité"

Venu à Milan pour visiter l’Exposition universelle, Gerard Larcher a lancé un appel à la solidarité sur les dossiers d’actualité de la migration, de la Grèce et de la sécurité. Une solidarité illustrée par la qualité des relations franco-italiennes soulignée par le Consul général de France Olivier Brochet, qui célébrait pour la première fois la fête nationale à Milan.
Magazine