La récente visite à Melbourne d'André Ferrand, Sénateur UMP des Français à l'étranger, d'Éric Berti, Consul général et de John Mac Coll, Conseiller des Français à l'étranger, a permis de faire le point sur la situation de l’Ecole française de Melbourne, annoncer l'arrivée de la "valise passeport”, ainsi que d'aborder d'autres questions importantes pour la communauté française du Victoria. Retour sur la rencontre

 

Lepetitjournal.com/Melbourne – Quelles sont les raisons de votre visite ?
André Ferrand –
D’abord de rendre visite à nos communautés -je suis allé pour la première fois à Perth et à Adélaïde, mais aussi de participer à l’enjeu exceptionnel de l’éducation française à l’étranger. Quand j'ai commencé à visiter nos communautés à l’étranger je me suis rendu compte qu’il y avait une très grande demande d’enseignement français, pas du français mais de l’enseignement français. Ce qui est notamment nécessaire pour soutenir notre présence économique à l’étranger. L’enseignement français dans le monde va bien, on compte de 4 à 5.000 élèves supplémentaires par an. A peu près 300.000 élèves au total, pas loin de 500 écoles et dont 60% des élèves ne sont pas français. Ces enfants représentent des relais potentiels pour notre industrie, nos services. Mais compte tenu des contraintes budgétaires de l’Etat les écoles doivent s’autofinancer, tout en étant soutenues par les institutions françaises. Je ressens toujours une forte motivation des leaders ici à Melbourne pour mettre en place une école biculturelle et bilingue.

John Mc Coll : En effet après avoir reçu l’homologation pour l’Ecole française de Melbourne avec l’aide du Sénateur Ferrand, nous passons à une phase de développement et aussi de changement de nature, vers une accréditation australienne comme française ce qui est important. L’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), (NDLR: John Mc Coll est Président de la Commission des Affaires culturelles, de l’Enseignement et de l’Audiovisuel de l'AFE) est aussi en train de s'ouvrir à une forme d’éducation biculturelle et bilingue. Les projets de  Melbourne et de Perth sont en phase avec cette évolution. Il y a l’opportunité d’une expérience à Melbourne qui va marcher.

Monsieur le Consul, bienvenue à Melbourne. Vous êtes en poste depuis août, quelles ont été vos principales préoccupations depuis votre arrivée à Sydney ?
A.F : Ma première préoccupation a été de rencontrer mes compatriotes et de prendre la mesure de la taille du continent. Notamment en vue de l’arrivée de la fameuse "valise passeport" qui est maintenant dans le pays. Elle est en ce moment en période de test jusqu’à la fin de l’année mais elle devrait être opérationnelle en 2013. Nous mettrons d’ailleurs en place des tournées consulaires régulières pour que les ressortissants français puissent programmer leur renouvellement de passeport. Cette valise permet de prendre les empreintes biométriques. Les données sont alors transmises en France et le passeport est traité immédiatement. Jusqu'à présent on ne pouvait le faire qu’à Sydney à cause de () Lire la suite sur notre édition de Melbourne

 
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine
En direct de nos éditions locales