Le diagnostic est sans appel, et partagé. Selon les nombreux rapports ou études, la part de marché de la France dans le commerce international est passée de 6,3% en 1990 à 3,3% en 2011. Le déficit commercial ne fait que se creuser pour atteindre aujourd’hui, hors facture énergétique, plus de 26 Md€ et au total plus de 70Md€ en 2011. La France a perdu 12 500 entreprises exportatrices en 10 ans, elles sont environ 97 000, soit deux fois moins qu’en Allemagne ou en Italie. Le coût du travail même s’il pose aussi quelques problèmes dans certains secteurs, il est loin d’être le seul handicap tel que l’on essaie de le caricaturer, c’est la qualité et le manque de caractère novateur de nos produits qui expliquent notre décrochage.   

L’appareil industriel français est en mauvais état. Le parc de machines outil est vieillissant, les marges et les profits des entreprises n’ont pas un niveau suffisant pour leur permettre d’investir, d’innover et donc de créer ou simplement de pérenniser les emplois.

Si la France ne fait rien, le lent déclin industriel se poursuivra et ce seront 300 000 chômeurs de plus par an. Au regard de ce paysage désolant, il n’est pas partisan de dire que les 10 dernières années de politique de droite ont eu des conséquences désastreuses pour l’économie nationale. C’est aussi l’un des enseignements du rapport Gallois.

Nous, le gouvernement et la majorité parlementaire, avons l’obligation de réagir et prendre le « taureau par les cornes » pour l’emploi et le redressement de la France. C’est dans ce cadre que le Premier ministre a présenté ce matin, les 8 leviers de compétitivité et les 35 décisions concrètes du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi.

Le principal levier est la mise en place d’un crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) afin d’alléger de 20Md€ par an (avec une montée en charge sur 3 ans) les coûts des entreprises.

Il bénéficiera à toutes les entreprises et entrepreneurs pour les salaires versés inférieurs à 2,5 SMIC. Les entreprises devraient pouvoir récupérer forfaitairement environ 6% de la masse salariale brute payée au cours de l’année. Cet après-midi, lors des questions au gouvernement, j’ai interrogé le Ministre de l’économie, Pierre Moscovici, sur les prévisions attendues en termes d’amélioration de la compétitivité (croissance) et d’emploi grâce à la mise en place de ce crédit d’impôt. D’ici 2017, ce sont des milliers d’emplois qui pourront être créés et une augmentation nette du PIB est prévue.

Parmi les autres mesures phares :

- la création de la Banque Publique d’Investissement, sur laquelle je rendrai un rapport pour avis la semaine prochaine, d’une capacité d’intervention de 42Mds€, est un soutien essentiel au développement des entreprises et à la capacité d’innovation.

- Le financement à hauteur de 10Md€ du crédit d’impôt par la hausse de la TVA à partir du 1er janvier 2014 du taux intermédiaire (qui passe de 7 à 10%) et du taux normal (de 19,6% à 20%). Le taux réduit qui concerne les ménages les plus modestes, sera réduit de 5,5% à 5%.

- Un effort de 10Md€ sur les dépenses publiques de l’Etat et de ses agences, des collectivités locales et de la sécurité sociale.

- Une nouvelle fiscalité écologique qui devrait rapporter au moins 3Md€ et qui sera proposée par le groupe de travail mis en place sur ce sujet.

- La compétitivité « hors coût » avec la simplification des démarches administratives pour les entreprises, la promotion et le développement de l’apprentissage.

Le gouvernement, les parlementaires, sommes tous mobilisés et sur tous les fronts pour la mise en place de ce plan et pour la relance de la France.

Arnaud Leroy
Député de la 5ème circonscription des Français établis hors de France

Retrouvez la vidéo de la question d'Arnaud Leroy au gouvernement

En savoir plus

Le site internet du député Arnaud Leroy

Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi présenté par le gouvernement

 
Une internationale

COUT DE LA VIE - Les pays les plus chers en 2017

Prix des courses, des transports, des services (électricité, eau...), des restaurants et des loyers... Quels sont les pays les plus chers où vivre en 2017 ? En étudiant l’indice des prix à la consommation dans les différents pays, MoveHub a réalisé la carte du monde du coût de la vie. Les résultats dans une infographie. Les Bermudes, la Suisse, Hong Kong, l'Islande et Singapour sont en tête, tandis que l'Egypte, l’Inde et le Pakistan sont les 3…
 Trophées des Français de l'étranger 2017
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Grande enquête les expatriés et l'immobilier

Participez à la grande enquête : les expatriés et l'immobilier ! Du 17 au 30 mars 2017, Investissement-locatif.com, le spécialiste de l'investissement des expatriés vous donne la parole : 1min30 pour ce sondage et un guide offert pour vous remercier. Les résultats seront partagés en avril. À vos réponses ! ;)

10 astuces déménagement

ags
Logement, emploi, scolarisation des enfants... Un déménagement implique de nombreux changements. Afin de bien préparer votre déménagement et votre relocation, AGS Déménagements Internationaux vous fait partager ses 10 conseils pratiques.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

CAMBODGE – Le français plus qu’une passion, une tradition royale

Le temps d’une rencontre, le Prince Tesso Sisowath du Cambodge a partagé avec Lepetitjournal.com sa passion, son attachement pour la langue française et nous a parlé de la place qu’elle occupe, au fil des générations, au sein de la famille royale. Il est lui-même très investi dans le rayonnement de la francophonie.
Magazine
En direct de nos éditions locales
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire