Mardi 11 septembre 2012, Hélène CONWAY-MOURET, Ministre déléguée en charge des Français de l’étranger, a accordé à notre rédaction internationale, un entretien exclusif. L’occasion d’aborder les grands chantiers à mener pour cette rentrée 2012.


Lepetitjournal.com : La suppression de la prise en charge (PEC) a suscité de vifs débats : quels sont les retours que vous avez eu à gérer ? Comment le ministère entend dorénavant accompagner les familles ?

Hélène Conway-Mouret : La suppression de la PEC était une promesse électorale de François Hollande. Cette prise en charge était injuste parce qu’elle n’était soumise à aucune condition de ressources. D’autre part, dans le contexte économique actuel le coût d’une telle mesure ne pouvait être pérennisé : 7% des élèves utilisaient 25% du budget. Enfin, l’augmentation constante d’enfants scolarisés, imposait, à budget constant, de redistribuer les crédits de l’Etat vers les familles les plus nécessiteuses. Il ne s’agit donc pas de réaliser des économies mais d’aider ceux qui en ont le plus besoin.

La DFAE et l’AEFE travaillent actuellement à la redéfinition des critères d’attribution des bourses. Le nouveau dispositif doit s’inscrire dans la durée et permettre une distribution beaucoup plus large des aides à la scolarité. Les familles aux revenus moyens, exclues jusqu’alors, devront pouvoir en bénéficier dès la rentrée de janvier 2014 pour l’hémisphère Sud et l’automne 2013 pour l’hémisphère Nord.

Qu’en est-il des élèves non français ?

Notre réseau est victime de son succès. La qualité de notre enseignement et de notre démarche pédagogique sont largement reconnues. Au-delà des familles françaises, un nombre croissant de familles choisissent notre réseau scolaire parce qu’il constitue un tremplin pour leurs enfants.

Notre réseau a une double mission : scolariser les enfants français et aider au maintien de notre influence culturelle au travers de notre langue. Si nous souhaitons continuer à assumer cette double mission tout en répondant à l’augmentation moyenne de 4% par an des demandes de scolarisation, nous devons aujourd’hui diversifier et redéployer nos moyens d’action. Le français peut être enseigné de diverses façons : au travers du programme FLAM (français langue maternelle) ou de l’ouverture de sections bilingues par exemple. Cette réflexion doit cependant être collective et s’enrichir des propositions que feront les élus et les diverses associations de parents d’élèves et d’enseignants.

L’organisation du réseau consulaire est le second chantier que votre ministère entend mener : allez-vous engager une réflexion avec les élus ?

Cette réflexion est déjà ouverte. J’ai constitué un groupe de travail, dirigé par l’ambassadeur Daniel Lequertier. Il doit synthétiser, d’ici le mois de novembre, l’ensemble des missions et évaluations réalisées ces dernières années. Cela fait quinze ans que l’on parle de la nécessité d’une réforme qui n’a jamais été menée. J’avais constaté, en tant que conseillère AFE puis sénatrice, que les agents consulaires ont perdu, au gré des économies demandées au ministère,  les  moyens de réaliser leurs missions. Si la France veut continuer à bénéficier d’un réseau universel, elle doit les réviser. Daniel Lequertier me remettra des propositions en ce sens avant la fin de l’année. Ne peut-on pas redéployer les compétences ? Faut-il continuer à déployer des moyens homogènes sur l’ensemble de la planète, ou devons-nous, au contraire, renforcer notre présence à certains endroits ? Notre ambition n’est pas simplement de faire un bilan et de l’ajuster : il s’agit de planifier l’avenir. Les changements que nous entendons mener seront donc entrepris avec une projection à 5 ou 10 ans, en anticipant les demandes qui vont être faites.

Pendant la campagne, on a parlé d’un moratoire pour la fermeture des consulats...

Il n’y a pas eu de moratoire ou de promesse en ce sens. Notre réseau évolue en fonction des besoins de nos compatriotes expatriés et de leur localisation qui évolue avec le temps.

Lors de sa campagne, François Hollande avait placé la jeunesse et l’emploi au centre de ses priorités. Quelles mesures comptez-vous mettre en œuvre pour développer la mobilité internationale des jeunes ?

Favoriser cette mobilité suppose une approche interministérielle avec notamment les ministères de l’Intérieur et de l’Enseignement supérieur.  Mon objectif est d’aboutir à la création d’un guichet unique ayant pour objet d’aider les jeunes qui souhaitent s’expatrier. Il importe cependant de réfléchir également aux conditions de retour et de les faciliter. La mobilité internationale est désormais constante. Elle est devenue une réalité universitaire et professionnelle que nous devons accompagner.

Propos recueillis par Thibaut Devémy et Constance de Guernon (www.lepetitjournal.com) actualisé le vendredi 14 septembre 2012


Retrouvez le discours d'Hélène Conway-Mouret lors de la 17ème session plénière de l'AFE

A lire aussi:

AFE: une semaine chargée et studieuse

Nomination d'Hélène Conway-Mouret au poste de Ministre déléguée en charge des Français de l'étranger

Rencontre avec la sénatrice Hélène Conway-Mouret

 
Une internationale

CHEMINS D’AILLEURS – Sandrine Beillard, un parcours de vie à l’écoute du monde

Née au Maroc, pays de ses racines, Sandrine Beillard, longtemps professeur au Lycée Français International de Hong Kong, est une véritable globe-trotteuse. Des rivages de Namibie aux marchés d’Asie, du bush australien au Pakistan, elle a vécu mille aventures et fait de magnifiques rencontres. Elle les relate dans un livre, illustré par de nombreuses photos, hymne à la beauté d’un monde parfois déjà révolu, et au respect de soi et desautres.
Postulez aux Trophées 2017

TROPHEES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER – Postulez !

Vous avez un parcours hors du commun à l’étranger ? Le 7 mars prochain, sept Français de l'étranger seront récompensés lors d’une soirée de prestige au Quai d'Orsay organisée par LEPETITJOURNAL.COM en présence de M. Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Alors n'attendez plus, postulez à cette cinquième édition ! Cliquez ici pour en savoir plus


Participez aux Trophées des Français de l'étranger !

Actu internationale
Actualités de nos partenaires

NOËL EN EXPATRIATION – Pour des festivités réussies à l’étranger

Sous le soleil ou la neige, on se prépare doucement à fêter Noël. Mais dans la vie d’un expatrié, Noël fait partie de ces moments délicats à passer à l’étranger loin de sa famille et ces festivités peuvent avoir un gout doux-amer. Voici quelques conseils pour lutter contre le petit coup de blues de décembre

COMMENT OBTENIR DES REVENUS EN PÉRIODE DE TAUX BAS ?

Face à la baisse continue des taux d’intérêt, les rendements des fonds en euros des compagnies d’assurance vie suivent cette même tendance. Il existe cependant des solutions qui, pour un risque mesuré, permettent d’augmenter les performances de votre épargne. Avec un rendement moyen de 4,85%* en 2015, les SCPI constituent une excellente opportunité d’obtenir des revenus
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENDRE – L’aventure VivaLing continue en Chine

VivaLing, première académie de langue en ligne, se développe tous azimuts : ouverture en Chine, lancement de la première certification professionnelle pour l’enseignement des langues en ligne, une 5e langue - l’allemand - qui complète l’offre de l’anglais, du chinois, du français et de l’espagnol… Ce dynamisme est fondé sur une conviction : apprendre une langue à un enfant, "c’est créer des ponts entre les adultes de demain"

COACHING - L’impact de l’expatriation sur la confiance en soi

Les gens vous perçoivent-ils comme quelqu’un de sûr de vous ? Comme une personne qui a réussi dans la vie et qui accompli beaucoup de choses ? Ils n’ont pas tout à fait tord, vous vous êtes tout de même expatrié, adapté à une nouvelle culture, un nouvel environnement et peut-être même avez-vous appris un nouveau langage ?
Expat - Politique

« 2017, la fin des tabous » – Discussion entre grands patrons et candidats à l’élection présidentielle

La 3ème édition du Sommet de l’économie de Challenges, titrée « 2017, la fin des tabous » réunissait des chefs d’entreprises françaises et des candidats à l’élection présidentielle pour aborder les mesures à prendre pour « redonner confiance à la France ». Mondialisation, énergies renouvelables, start-ups, formation professionnelle, directive travail détaché… Les décideurs ont confronté leurs idées, un exercice intéressant en cette période pré-électorale.

PARTI SOCIALISTE – Le Projet 2017 pour les Français de l’étranger

La fédération des Français de l’étranger du Parti socialiste présente son Projet 2017 en vue des élections législatives. Véritable « boite à outil » pour les candidats – 5 sont connus à ce jour – ce document fait le bilan de l’action gouvernementale en faveur des Français de l’étranger et formule des propositions dans de nombreux domaines, avec "un impératif, celui du réalisme".
Magazine
En direct de nos éditions locales