A l'approche du 1er tour de l'élection présidentielle, lepetitjournal.com a sollicité l'ensemble des candidats afin de connaître leurs propositions sur certaines thématiques importantes des Français de l'étranger. Suite de notre série d'entretiens avec les propositions de François Hollande, candidat du Parti Socialiste. (Photo AFP)

Avec près de 2,5 millions de citoyens dont plus de 1,1 million inscrits sur les Listes Electorales Consulaires, les Français de l'étranger représentent un poids non négligeable dans cette élection. Ce scrutin présidentiel ainsi que les premières législatives des Français de l'étranger permettront à l’ensemble des communautés françaises expatriées de se saisir des problématiques qui les touchent directement.

FISCALITE – Etes-vous favorable à l’instauration d’une nouvelle imposition des Français établis hors de France ? Si oui, sous quelles conditions ?

La droite laissera en 2012 les finances de notre pays dans un état tel qu’un effort sera nécessaire. Les Français y sont prêts, mais ils veulent de la justice : chacun doit contribuer à hauteur de ses moyens. Dans le cadre de la grande réforme fiscale que je propose, ce seront d’abord les plus aisés qui seront mis à contribution. Cela concerne également les Français de l’étranger, qui font partie de la communauté nationale : ce sont, pour leur grande majorité, des travailleurs ou des étudiants qui ont choisi de vivre à l’étranger et qui, le cas échéant, y acquittent leurs impôts. Je ne souhaite pas faire peser une charge supplémentaire sur leurs épaules. En revanche, il est juste que ceux qui ont quitté le territoire pour échapper à la solidarité nationale soient sollicités. Si les Français me font confiance, nous renégocierons les conventions signées avec les pays concentrant le plus d’exils fiscaux : Belgique, Luxembourg, Suisse.

ENSEIGNEMENT – Souhaitez-vous le maintien de la prise en charge des frais de scolarité dans les lycées Français de l’étranger (mesure dite de la PEC), voire son évolution ?

La PEC a été un échec : la prétendue gratuité pour les lycéens ne profite qu’à 2% des enfants français à l’étranger, sans considération du revenu des familles. Injustice encore accentuée par le durcissement concomitant des critères des bourses scolaires qui entraine l’exclusion du réseau de nombreuses familles aux revenus moyens. Plus globalement, c’est l’ensemble de l’enseignement français qui a été déstabilisé par la baisse de la participation de l’Etat : difficultés financières des établissements, difficultés de rémunération des enseignants ou hausse des frais de scolarité. Je remplacerai cette mesure par une aide à la scolarité sur critères sociaux en fonction des revenus des familles, pour tous les élèves français scolarisés dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger.

BINATIONALITE – Etes-vous favorable à une remise en cause de la binationalité ?

Je veux être un Président qui rassemble tous les Français. Je refuse les manœuvres de stigmatisation ou d’instrumentalisation de telle ou telle catégorie : il n’existe que des Français égaux en droits et en devoirs - qu’ils soient mono, bi ou plurinationaux. Pour la même raison, je veux défendre le droit à une vie familiale pour tous.  Nos compatriotes, en France comme à l’étranger, doivent pouvoir s’unir à la personne de leur choix et jouir d’une vie de famille.

PROTECTION SOCIALE – Quelles dispositions souhaiteriez-vous mettre en place pour améliorer la protection sociale des Français résidant hors de l’Union Européenne ?

La vie des Français à l’étranger n’est pas exempte de profondes inégalités sociales : certains y connaissent aussi une grande précarité. Je souhaite renforcer les moyens d’action sociale, particulièrement en direction des moins aisés. Je ferai aussi évoluer le mode de fonctionnement de la Caisse des Français de l’étranger, chargée de la mission de service public de protection sociale hors Union Européenne, en l'alignant sur celui des autres organismes de sécurité sociale, notamment en renforçant la transparence de sa gestion.

RESEAU CONSULAIRE – Le réseau consulaire français a connu de nombreux ajustements ces dernières années. Selon vous, quelles sont les évolutions à venir pour ce réseau consulaire ? (Consulats à compétence européenne, augmentation des consulats à gestion simplifiée…)

Le service public consulaire s’est gravement détérioré depuis 2002 : fermetures de consulats, transformation en consulats à gestion simplifiée. C’est le lien de nos compatriotes avec l’Etat français qui est en jeu. Je souhaite un moratoire sur le développement de ces consulats et ferai procéder à une évaluation du réseau consulaire pour définir  les priorités de sa réforme. Pour faciliter la vie des citoyens établis hors de France, j’offrirai les moyens aux consulats de fournir les services qui, sur le territoire national, sont offerts par les mairies, les préfectures…Enfin, je donnerai un nouveau souffle à la coopération européenne en matière consulaire, sur la base du service européen d’action extérieure.

REPRESENTATION POLITIQUE –Le secrétariat d’Etat aux Français de l’étranger doit-il être pérennisé ? Avec quels moyens ? Avec la création des députés des Français de l’étranger, quels ajustements envisagez-vous pour leur représentation politique ?

Je crois pouvoir dire sans me tromper que la création d’un secrétariat d’Etat aux Français de l’Etranger relevait surtout d’une logique politicienne. Elle n’a pas empêché l’Etat de se désengager de ses responsabilités. Après 5 ans où le pouvoir a été concentré dans les mains d’un seul, la priorité est de retrouver un gouvernement effectif et efficace. Cela passe ici par une réelle capacité à assurer un travail interministériel, car les Français de l’étranger sont concernés par l’ensemble des politiques publiques. Cette responsabilité devra être coordonnée par le Ministre des affaires étrangères.

EXPATRIES – Que faire pour sensibiliser les Français de métropole à leurs compatriotes établis à l’étranger ? Etes-vous favorable à la mise en place d’une " année des Français de l’étranger " ?

La crise et ses difficultés peuvent conduire certains de nos compatriotes à la tentation du repli. Les 2,5 millions de Français de l’étranger contribuent, par leur expérience, à perpétuer un rapport ouvert et ambitieux au monde. Ils assurent le rayonnement de la culture, de la langue et de l’économie françaises. Nous devons davantage valoriser cette contribution. Votre proposition fait partie des initiatives à étudier.

Mercredi 11 avril 2012 (www.lepetitjournal.com)

Lire aussi

PRESIDENTIELLE - Un porte-à-porte mondial pendant 24h pour François Hollande

EXCLUSIF – Sarkozy dispose encore d’une légère avance chez les Français de l’étranger


PRESIDENTIELLE - François Hollande détaille le calendrier de sa première année de mandat


SONDAGE - Les leaders d'opinion étrangers voient F. Hollande gagner mais font plus confiance à N. Sarkozy


SPAM - Au tour de François Hollande


VIDEO - François Hollande s'adresse aux Français de l'étranger

Pierre Moscovici dans France 2012

Laurent Fabius dans France 2012

 
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
 Bleu Blanc Box

Caroline Gaujour et Bleu Blanc Box : un partenariat haut en couleur !

Si vous êtes lecteur de notre édition stambouliote, peut-être avez-vous déjà entendu parler de Caroline Gaujour ? L'illustratrice installée depuis maintenant plus de deux ans dans la capitale turque a lancé son blog "dessinsdexpat.com" ainsi qu'une bande dessinée où elle retrace en dessins et avec beaucoup d'humour la vie et la condition d'expatrié(e). Elle vient récemment de nouer un partenariat avec Bleu Blanc Box. Cliquez ici pour en savoir plus
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

TOP 4 Voyages en Europe qui coûtent moins cher qu’un vélo

Budgets restreints ? Grâce à des outils qui filtrent les meilleures offres de logements, Hundredrooms permet d’économiser toute l’année.
L’argent n’est plus un frein pour devenir aventurier, le comparateur planifie des escapades low-cost à moins de 200 euros vers de magnifiques destinations en Europe.

MARDI EXPAT – L’afterwork de l’expatriation à Paris en partenariat avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger)

Mardi 11 juillet prochain aura lieu la prochaine édition de Mardi Expat, l’afterwork de l’expatriation. Organisé par Lepetitjournal.com avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger) comme partenaire, cet événement veut rassembler à Paris anciens et futurs expatriés afin d’échanger et de bénéficier de conseils avisés pour préparer sa prochaine expatriation.
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine
En direct de nos éditions locales