TROPHEE / ENTREPRENEUR - Nadine Barbier : Parcours d’une entrepreneuse en Egypte

Expatriée au pays des pharaons, Nadine Barbier, chef d’entreprise de 61 ans, porte haut les couleurs de la France.

En 2007, elle crée un cabinet de conseil d’études de marché, de négociation et d’export pour des entreprises égyptiennes NAOS Marketing. Sa société compte aujourd’hui quelques 750 collaborateurs. Son objectif ? Faire bénéficier les entreprises françaises de son expertise technique et de terrain. Mais tout ne se passe pas comme prévu, et la crise financière qui s’abat sur l’Europe en 2008 l’oblige à réorienter son activité. « La crise nous a privé de nos clients français » explique-t-elle. L’année suivante, elle fait signer ses premiers clients égyptiens, non sans mal.

Dès lors, l’entreprise prospère et Nadine Barbier se concentre sur une démarche qualité, privilégiant le respect du client, la transparence, la formation, le mérite, la parité et la diversité. Ces codes, très éloignés de ceux en vogue en Egypte, elle en a fait son cheval de bataille. « La qualité est notre maître-mot. Cette notion, considérée ici comme un luxe, nous la proposons à des prix égyptiens, tout en respectant les meilleurs standards français » explique-t-elle. Elle ajoute : « Dans une société où la hiérarchie est bien souvent rigide, le management paternaliste, et où, il faut bien l’avouer, le clientélisme et la corruption sont endémiques, j’ai décidé d’appliquer une politique de la porte ouverte et de la transparence. »

 Adolescente, elle vit pendant 6 ans à Alger. De retour en France, elle sort diplômée d’une grande école de commerce et s’oriente vers l’enseignement, en France, mais aussi au Liban, en Palestine, en Jordanie, en Algérie, au Maroc, au Soudan, puis en Egypte. Elle crée ainsi un Executive MBA, fruit d’une collaboration avec l’ESC Rennes et l’Académie Arabe. Fine connaisseuse du monde arabe et particulièrement de l’Egypte, elle pilote un projet de développement financé par la commission européenne, en faveur des institutions égyptiennes exportatrices. Le projet abouti, trois ans après, elle fonde NAOS Marketing. Aujourd’hui, auréolée de son succès, elle n’oublie pas son entourage, sa famille, ses amis et surtout ses salariés, sans qui NAOS Marketing ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

 

 


Interview

Lepetitjournal.com : Pourquoi avez-vous décidé de candidater ?

Nadine Barbier : En fait c’est la responsable de la chambre de commerce franco-égyptienne qui m’a envoyé le mail en me disant que j’avais le bon profil et que je devrais répondre. Et quand j’ai lu le mail, je me suis dit « et bien pourquoi pas, entrepreneur français à l’étranger, c’est moi. » Surtout que je me considère réellement comme entrepreneur, je ne suis pas envoyé  par une société multinationale, c’est mon argent que j’investis là-bas, c’est mon affaire. Et puis je vis des choses assez fortes là-bas. J’ai commencé à rédiger quelques lignes pour ma candidature. Mais j’avais un appel d’offre très important auquel il fallait que je réponde. Donc j’ai demandé à ma fille de continuer à rédiger ma présentation. Elle ne pouvait pas s’en occuper et l’a donc envoyée à ma meilleure amie, qui l’a écrite. Le fait que j’ai pu communiquer très facilement avec mes amis, ma famille, a été quelque chose de très important pour moi parce que je suis une femme seule à l’étranger.

Que ressentez-vous avec la remise de ce Trophée ?

Quand j’ai su que j’avais été choisie, je n’y croyais pas trop au début. Et puis maintenant c’est une réelle joie. Je suis en fin de vie professionnelle, j’ai 62 ans. Donc je me dis que c’est bien d’avoir une récompense comme celle-là. La présence de la Ministre ajoute au lustre et ça ajoute une reconnaissance officielle.

Votre trophée, où va t-il trôner ?

Je vais le mettre dans l’entreprise parce que je trouve qu’il n’est pas que pour moi, il est aussi pour l’entreprise. Je vais faire un petit speech à tous mes salariés pour leur dire qu’ils ont aussi une part dans cette récompense. 

 

 

 
Expat 

EXPATRIATION – Faire face à la séparation…

Quelques conseils de la psychologue Adélaïde Lefèvre pour mieux vivre la séparation auquel l’expatrié se trouve chaque année confronté par le départ de pairs, avec lesquels il vient souvent pourtant de tisser de nouveaux liens.

EXPATRIATION - "Mais tu es devenue américaine ou quoi ?"

Voilà maintenant huit ans que nous vivons aux États-Unis et quand je rentre en France, ma mère s’exclame de plus en plus souvent : "mais qu’est-ce que tu es devenue américaine !". Je n’entendais jamais cette exclamation les premières années, mais il…

RETOUR - La France sera une fête, si vous le voulez bien !

Il y a dans l’air de juin comme un parfum de retour. Passage estival pour un bain de France mais aussi pour certains, retour durable, peut-être définitif. Or il suffit de parler de retour dans la communauté expat pour que les commentaires se…

JEUX INTERNATIONAUX DE LA JEUNESSE - Cap sur Singapour !

Pour la 6e édition des Jeux internationaux de la jeunesse (JIJ), un événement sportif organisé chaque année par l’UNSS et l’AEFE, le Lycée français de Singapour reçoit, du 13 au 18 juin, près de 350 élèves de seconde. Près de 60 équipes mixtes de…
Une internationale

PARIS – Que faire cet été si on n’aime pas le foot ?

Vous êtes incapable de nommer un joueur de l’équipe de France de foot ? Vous voulez éviter les fanzones et ses supporters qui sentent la bière ? Pas de panique, lepetitjournal.com a fait une sélection des meilleurs expos, musées, bons plans et balades pour profiter des journées ensoleillés à Paris durant cet été très sportif. 
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Découvrez enfin pour quoi vous êtes fait !

 Vos diplômes, vos expériences et vos titres professionnels ne vous ont pas permis d’identifier votre zone d’excellence. Au cours de votre parcours, vous avez été performant, parfois moins. Vous avez aimé ce que vous faites, parfois moins. Mais aucune évidence n’a surgi. Aujourd’hui, une question tourne en boucle dans votre tête : "Pour quoi suis-je fait ?". Comment le découvrir ?

COACHING - Expatrié, quelle erreur !

Samedi 1er août. Les rayons du soleil plongent à travers les larges baies vitrées de JFK, le principal aéroport de New York. Manu, assis par terre, le visage enfoui entre ses mains, se demande, « mais comment en suis-je arrivé là ? » Après deux années passées à New York, il rentre à Paris, rapatrié par sa compagnie. Un échec qu’il a encore du mal à assumer même si, au final, il ne s’est jamais senti aussi seul et misérable qu’aux États-Unis, un pays dont la mentalité qu’il juge avant tout égoïste, hypocrite et cruelle, est à l’opposé de ses principes de vie.
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine