MARINE LE PEN – Travail, nationalité: des propositions qui concernent les Français de l'étranger

Marine Le Pen avait séduit en 2012 moins de 6% des Français de l’étranger au premier tour des élections présidentielles. Elle n’a pas encore formulé de propositions précises à l’égard de cet électorat un peu particulier (on estime à 40% le nombre de binationaux).  Mais certains de ses "144 engagements pour la France" ne manqueront pas de les intéresser plus particulièrement.

 

Priorité nationale à l'embauche

Marine Le Pen milite depuis longtemps pour une "priorité nationale" à l’embauche sur le marché du travail français. Les ressortissants français seraient ainsi privilégiés pour toutes les offres d’emplois créées en France.

"Nous appliquerons la priorité nationale à l’emploi par l’intermédiaire d’une taxe additionnelle sur tout nouveau contrat d’employé étranger. Cette recette sera versée à l’indemnisation des chômeurs." a déclaré la présidente du Front National au journal Le Monde.

Une telle taxe existe déjà pour les travailleurs des pays non communautaires qui obtiennent un visa de long séjour. Marine Le Pen aimerait l’étendre aux ressortissants européens. Cette taxe ne serait pas rétroactive et s’appliquerait donc uniquement pour les nouveaux travailleurs arrivants en France.

En effet, comme le stipule le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, un chef d'entreprise doit obtenir une autorisation de travail pour recruter un employé étranger. Dans le cadre de cette procédure, il doit s'acquitter d'une taxe forfaitaire auprès de l'Office français de l'immigration et de l'intégration. Cette taxe doit être versée dans un délai de trois mois.

Ainsi, pour un contrat de plus de douze mois au salaire supérieur à 1,5 smic, l'employeur doit verser une prime forfaitaire en début de contrat de 55% du salaire mensuel brut dans la limite de 2,5 smic. Pour un contrat en trois et douze mois, cette taxe est de 74 euros pour un salaire inférieur ou égal au smic, de 210 euros pour un salaire entre un et 1,5 smic et 300 euros pour plus d'1,5 smic. Pour un travailleur saisonnier, la taxe est de 50 euros par mois d'activité. On imagine mal nos partenaires européens laisser mettre en place des mesures de la sorte sans réagir. Les employeurs des nombreux Français travaillant en Europe se verront-ils à leur tour soumis aux mêmes taxes en cas de victoire de Marine Le Pen ?

Réduction de l’immigration et suppression de la double nationalité extra-européenne

Marine Le Pen veut réduire l'immigration légale en France et de limiter le solde migratoire des étrangers à 10.000 (contre 40.000, aujourd’hui). En plus d’un contrôle des frontières, la présidente du Front national a affirmé jeudi qu'elle souhaitait supprimer "l'automaticité" des naturalisations par mariage, ce qui peut avoir un vrai impact pour les nombreux Français de l'étranger qui sont binationaux (on estime à 40% ce nombre).

Pourtant, l’obtention de la naturalisation par le mariage est aujourd’hui loin d’être automatique. C’est une procédure lourde qui prend plusieurs mois, souvent difficile pour les couples qui aspirent à partager la même nationalité.

Quitte à aller contre la Convention européenne des droits de l’homme dont l’article 8 précise que "toute personne à le droit au respect de vie privée et familiale (…)", Marine Le Pen restreindra la naturalisation par le mariage, si elle est élue. Cette transgression du droit européen est néanmoins cohérente avec son programme qui prône un affranchissement vis à vis des institutions de Bruxelles.

Pour en finir avec "les pompes aspirantes de l’immigration" , avec son élection à la tête de l’Etat français, le droit du sol, acquisition de la nationalité pour un enfant né sur le sol français de parents étrangers, serait supprimé ou tout du moins restreint.

Enfin, la candidate du Front National a exprimé sa volonté de supprimer la double nationalité extra-européenne, les binationaux étant selon elle "tiraillés par leur double allégeance". La volonté de Mme Le Pen se heurte ici à la réalité des droits nationaux,  puisque les droits des pays avec lesquels la France partage le plus de binationaux (Algérie, Tunisie, Maroc) permettent l’abandon de la nationalité dans des cas très précis et restreints, voire inexistants pour le droit tunisien.Interrogée sur les ressortissants des pays qui pourraient bénéficier de la double nationalité intra-européenne, elle a ajouté qu’un pays comme la Russie faisait partie intégrante de l’Europe. 

RM (www.lepetitjournal.com) mercredi 15 février 2017

Lire aussi: 

PRIMAIRE DE LA DROITE ET DU CENTRE – Quelles propositions pour les Français de l’étranger ?

PARTI SOCIALISTE – Le Projet 2017 pour les Français de l’étranger

IMPÔT UNIVERSEL - Mélenchon veut en imposer aux expatriés

 

 
Français de l'étranger
Une internationale

MARDI EXPAT – L’afterwork de l’expatriation à Paris en partenariat avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger)

Mardi 11 juillet prochain aura lieu la prochaine édition de Mardi Expat, l’afterwork de l’expatriation. Organisé par Lepetitjournal.com avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger) comme partenaire, cet événement veut rassembler à Paris anciens et futurs expatriés afin d’échanger et de bénéficier de conseils avisés pour préparer sa prochaine expatriation.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine