PASCAL BONIFACE – Pour que la France retrouve sa cote d’amour à l’étranger

Directeur de l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques, Pascal Boniface regrette l’époque pas si lointaine où être Français procurait un avantage inégalable à l’étranger et une prime exceptionnelle de popularité. Dans son Essai Je t’aimais bien tu sais, il s’interroge sur les raison du désamour entre la France et la communauté internationale et propose des remèdes. Interview.

Lepetitjournal.com : Les conséquences de la guerre en Irak ont donné raison à Jacques Chirac sur la non-intervention, comment expliquer ce revirement de la politique étrangère française en Libye et Syrie qui a mécontenté l’opinion publique arabe ?

Pascal Boniface : Il s’agit d’un long chemin et il y a plusieurs facteurs. Les mises en garde de Jacques Chirac, de Dominique de Villepin et des Français en général en 2003, disant que cette guerre n’allait pas régler les problèmes mais qu’elle allait en créer des supplémentaires, qu’elle allait aggraver les problèmes de terrorisme sans pour autant apporter la démocratie, se sont révélées encore plus exactes qu’on pouvait le penser. La France était alors le porte-voix de ceux qui ne pouvaient se faire entendre.

Alors que tous les voyants donnaient raison à Jacques Chirac, il y a eu une sorte de peur du French Bashing que lui prédisait les lobbys américains. Ce n’est pas  avec Nicolas Sarkozy - qui aimait à se faire appeler « Sarko l’Américain » - mais bien dès 2005 avec Jacques que la France décide de faire de la réconciliation avec les Américains une priorité.

La guerre en Libye dont il s’avère aujourd’hui qu’elle est une catastrophe absolue, aussi bien pour le pays que pour la région, relève d’une tout autre logique. Sarkozy a ici cédé aux sirènes médiatiques, à la volonté de montrer le scalp de Khadafi devant les caméras. Il a écouté la voix de Bernard Henri Levy qui s’occupe plus de répercussions médiatiques que des conséquences sur le long terme.

C’est aussi une tragédie pour le principe de Responsabilité de Protéger qui a été tué dans l’œuf avec cette guerre. Ce principe avait été développé après la guerre d’Irak par Kofi Annan pour donner une alternative entre l’inaction ou l’intervention illégale. Initialement on peut comprendre la guerre en Libye comme une opération de protection de la population de Benghazi. En poussant l’opération jusqu’à la destitution de Kadhafi et au changement de régime, on a dénaturé le principe même de responsabilité de protéger.

Les interventions en Libye et en Irak ont conduit à ce que la Syrie soit livrée à elle-même ou aux puissances extérieures comme la Russie. Si les Russes sont si tenaces sur la Syrie, c’est bien en souvenir de la guerre de Libye. De même, si les Américains ne veulent pas intervenir en Syrie, c’est bien en souvenir de la guerre d’Irak. Ce double héritage explique en partie les malheurs actuels de la population syrienne.

Existe-t-il un moyen de sortir de la torpeur et de sauver le concept de « responsabilité de protéger ?

Il faut reconnaître ses erreurs. Or pour l’instant la France a du mal à le faire, du moins en tant que gouvernement, même si ce n’était pas le gouvernement actuel qui a enclenché l’opération en Libye.

En trahissant la mission qui nous avait été donnée et les engagements pris à l’égard de la Russie, nous avons jeté le discrédit sur le principe de « responsabilité de protéger ». Par exemple un paradoxe me frappe toujours : ce sont les membres du conseil de sécurité qui sont les premiers à intervenir sans mandat.

Il faudrait, je crois, pour sortir de cette contradiction, organiser une grande conférence internationale pour analyser les raisons de l’échec de la sécurité collective, pour définir les règles, reconnaître les erreurs passées. 

L’opération française au Mali s’est faite sous mandat onusien et à la demande des dirigeants maliens, est-ce selon vous un bon exemple de mise en œuvre de cette sécurité collective ?

Certains ont conclu des échecs en Irak et en Libye qu’il ne fallait plus intervenir militairement, or il ne faut pas sombrer dans le pacifisme béat. Entre le pacifisme total et l’interventionnisme, il y a un chemin à trouver. L’intervention au Mali est le contre exemple de l’intervention en Libye ou en Irak car il y a eu une acceptation internationale avec un vote devant le conseil de sécurité. L’intervention est en outre faite à la demande des autorités nationales, donc avec un soutien local. La majorité de la population malienne soutient l’opération, c’est aussi le cas des Etats voisins du Mali. On voit aussi que les Russes et les Chinois ont soutenu l’intervention française au Mali.

Au Mali, on s’est efforcé de penser l’après, c’est à dire la réconciliation nationale.

L’influence de l’opinion publique sur la diplomatie d’un pays est un thème sur lequel vous vous attardez, quelle est sa mesure et est-elle toujours souhaitable ?

Il est aujourd’hui impossible d’envisager la diplomatie sans se soucier des phénomènes d’opinion. Ce n’est d’ailleurs pas une mauvaise chose. Certes, l’opinion est parfois pousse au crime mais elle est souvent stabilisatrice.

En tous les cas, c’est une réalité, on ne peut plus faire cavalier seul. Même la grande puissance américaine avec Georges Bush a eu une telle impopularité qu’elle a placé Obama à sa tête par la suite, pour retrouver cette popularité perdue sous les deux mandats de Georges Bush.

Les gouvernements ne doivent cependant pas céder aux impératifs immédiats de l’opinion. Gouverner par les sondages, ce n’est pas gouverner. Souvent les gouvernements suivent l’opinion sans même chercher à l’éduquer. Ce qu’on appelle la RealPolitik, c’est connaître les contraintes qui pèsent sur la prise de décision et en tenir compte, sans se laisser guider par elles.

Vous montrez que, ces dernières années, la morale fait un retour en force dans les opinions et donc dans les relations internationales : comment l’expliquer ?

Parce que c’est plus facile, beaucoup de journalistes qui sont des faiseurs d’opinion ne sont pas des spécialistes de politique internationale. Le recours à des critères moraux « bien et mal » est beaucoup plus pratique et confortable que l’explication rationnelle de réalités complexes. Par exemple, la presse est très russophobe dans son ensemble. Ce prisme peut s’expliquer par l’atlantisme de la plupart des médias où les gens ont la même formation, viennent de la même culture.  On parle des moyens d’influence de la Russie en France mais quand on regarde de plus près, ils sont très faibles et peu nombreux  par rapport à ceux qui portent une voix américaine et qui ont pignon sur rue. Si bien que cette voix américaine paraît aujourd’hui naturelle en France.

Vous parlez longuement de l’influence de la politique intérieure sur la politique extérieure, quelle est-elle ? Vous vous attardez notamment sur les polémiques liées à l’islam et aux musulmans en France.

Cela écorne notre image dans les pays musulmans, mais aussi dans  tous autres pays qui ne comprennent pas notre intolérance. Je fais dans mon livre la liste des Unes de journaux français sur les musulmans, toutes plus tapageuses les unes que les autres.

L’intégration est l’un des défis les plus importants que nous avons à relever, selon moi. Je dis aux musulmans que certes ils sont plus discriminés que certaines communautés, néanmoins la situation s’est améliorée par rapport aux dernières générations. Il ne s’agit pas de se voiler la face sur les discriminations dont les musulmans sont victimes mais de les inviter à regarder le chemin parcouru depuis 50 ans pour tracer le chemin à venir.

Quel rôle peuvent jouer les Français de l’étranger pour remédier à ce désamour que vous décrivez ?

Les expatriés recouvrent des réalités très différentes ; le fait que la présence des Français à l’étranger ait augmenté est plutôt bon signe, ils sont très souvent les avocats de la France dans le pays où ils résident, tissent des liens entre ces pays et le France. C’est donc comme un atout pour la France qu’il faut considérer les expatriés.

Certains s’alarment de ce qu’ils appellent une fuite des cerveaux, mais la très grande majorité des Français reste sensible aux intérêts et à la culture de la France. Ils sont donc une force démultiplicatrice de l’influence française à l’étranger.

Quels espoirs entretenez vous pour l’élection de 2017 ?

Le prochain président aura le choix : continuer sur la pente actuelle, qui est loin d’être honteuse mais n’est pas enthousiasmante, ou redonner une impulsion à la France afin qu’elle se distingue à nouveau, se singularise positivement.

Le prochain quinquennat est peut-être l’occasion d’un nouveau départ en offrant plus de visibilité à notre politique étrangère. La France, à condition d’exprimer une idée juste et répondant aux aspirations du plus grand nombre, sera plus écoutée que bien d’autres. Elle pourrait s’appuyer sur le nouveau Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui sera beaucoup plus mobile et actif que son prédécesseur.

À l’heure où les pays africains se retirent un à un de la Cour pénale internationale en lui reprochant son « deux poids, deux mesures », il y a un risque de déréliction des institutions internationales. La France peut jouer un rôle dans leur relance.

 

Propos recueillis par Robin Marteau (www.lepetitjournal.com) mardi 14 février 2017

 

Procurez vous l’ouvrage de Pascal Boniface, Je t’aimais bien tu sais, le monde et la France : le désamour ?, paru aux éditions Max Milo, en cliquant ICI

 
Français de l'étranger
Une internationale

COUT DE LA VIE - Les pays les plus chers en 2017

Prix des courses, des transports, des services (électricité, eau...), des restaurants et des loyers... Quels sont les pays les plus chers où vivre en 2017 ? En étudiant l’indice des prix à la consommation dans les différents pays, MoveHub a réalisé la carte du monde du coût de la vie. Les résultats dans une infographie. Les Bermudes, la Suisse, Hong Kong, l'Islande et Singapour sont en tête, tandis que l'Egypte, l’Inde et le Pakistan sont les 3…
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

CAMBODGE – Le français plus qu’une passion, une tradition royale

Le temps d’une rencontre, le Prince Tesso Sisowath du Cambodge a partagé avec Lepetitjournal.com sa passion, son attachement pour la langue française et nous a parlé de la place qu’elle occupe, au fil des générations, au sein de la famille royale. Il est lui-même très investi dans le rayonnement de la francophonie.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire