LITTÉRATURE – Dis moi dans quel pays tu vis, je te dirai quel est ton roman préféré !

Un internaute inspiré, utilisateur de Reddit et répondant au doux nom de Backforward24, a pris l’initiative de cartographier le monde à sa façon...

Au-dessus de chaque pays il a apposé une couverture de livre. Mais bien évidemment la couverture en question n’est jamais choisie au hasard.
En fonction de la popularité de l’ouvrage, et de la façon dont il a touché la population de tel ou tel pays, la couverture du livre se retrouve sur un pays spécifique.

Sur les Etats-Unis on retrouve donc le fameux roman d’Harper Lee, To kill a mocking bird (Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur en français).

Albert Camus et son incontournable Étranger se retrouvent quand à eux sur l’Algérie, et en ce qui concerne la France c’est Le Comte de Monte Cristo qui s’est emparé d’elle. La Russie elle, est recouverte par Guerre et Paix

Les universitaires comme les utilisateurs de Reddit ont semblé très satisfaits de ce projet et ont pu aider Backforward24 en lui transmettant de précieux feedbacks, lui permettant d’améliorer sa cartographie. 

Vous pouvez retrouver l’intégralité de la liste en cliquant ici

Noémie Choimet (www.lepetitjournal.com) mardi 13 juin 2017. 

PCF/FDG- Lettre au gouvernement sur les conditions du vote des Français de l'Etranger




Monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères
Quai d'Orsay

Monsieur Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur
Place Beauvau

Paris, le 9 juin 2017

Messieurs les ministres,

Nous avons soumis nos candidatures dans plusieurs circonscriptions des Français-es établi-e-s hors de France aux élections Législatives dont le premier tour vient de se dérouler les 3 et 4 juin et nous souhaitons rendre compte du fort mécontentement de nos électrices et électeurs sur les conditions difficiles dans lesquelles ce scrutin s'est déroulé.

Personne ne peut, dans une démocratie, sortir d'une élection avec 19,5 % de participation en moyenne (- de 10 % dans certains endroits) sans se questionner sur les conditions requises pour garantir dorénavant de bonnes conditions de participation aux élections pour tous nos concitoyen- ne-s, y compris hors de France.

Premièrement, la suppression in extremis du vote électronique a constitué un obstacle à une plus large participation des électeurs aux scrutins présidentiel et législatives. Si nous ne contestons pas le risque de cyberattaque, nous pensons que le dispositif « restant » était insuffisant. Nous savons que cela résulte de coupes budgétaires, la Cour des comptes ayant vertement reproché le montant des dépenses du Quai d'Orsay à l'occasion des scrutins de 2012. Ces coupes ont pesé sur les services consulaires jusqu'à constituer de véritables entraves à l'exercice du droit de vote.

1.782.188 électeurs (au 1er janvier 2017) étaient appelés aux urnes mais, pour les Législatives, seuls 717 bureaux de votes regroupés en 450 sites – et c'est précisément le nombre et l'implantation de ces sites qui sont discutables – ont été mis à leur disposition.

De nombreux électeurs ont été obligés de se déplacer quelques fois sur de longues distances, à attendre 2, 3 ou 4 heures pour voter ; dans certains bureaux (par exemple dans la 1ere circonscription) des procurations ont été refusées alors qu'elles étaient valides. Certes le vote par correspondance était maintenu mais de nombreux électeurs dans les 3, 6e ou 8e circonscriptions n'ont tout simplement pas reçu comme il se devait les bulletins de vote des candidats communistes-Front de gauche alors qu'ils avaient été livrés en temps et en heure. En outre, plusieurs résidents français à l'étranger, par exemple dans la 3e circonscription, inscrits en temps et en heure pour le vote par correspondance (inscription attestée par les services consulaires eux-mêmes) n'ont jamais reçu l'ensemble du matériel spécifique (enveloppe bleue et enveloppe à adresser au consulat) pour pouvoir voter et se sont trouvés de fait contraints à l'abstention !

Deuxièmement, l'information aux Français-es s'établissant hors de France sur leurs droits civiques est largement insuffisante : nombre de nos concitoyens ne savaient pas qu'ils pouvaient voter au consulat pour ces Législatives ; d'autres, aussi nombreux, pensaient que le scrutin était le même jour que sur le territoire national, le 11 juin. Qui plus est, le trop court délai fixé entre la présidentielle et les législatives lié à l'inversion du calendrier électoral et l'organisation de ce premier tour en double différé pour les Français de l'étranger (2 jours différents selon les circonscriptions et à une semaine du vote sur le territoire national) nous paraissent injustifiables.

Troisièmement, les listes électorales consulaires de certains bureaux de vote de la 9e circonscription sont restées inaccessibles aux candidats sans que la raison n'en soit explicitée.

Quatrièmement, la taille des circonscriptions (de 2 à 49 pays selon les découpages) interdit de fait les partis et forces politiques ne disposant pas de revenus abondants de faire campagne. La carte de ces circonscriptions devrait être révisée et l’État devrait apporter un soutien financier à l'impression des professions de foi permettant l'expression publique la plus large et démocratique possible.

Enfin, cinquièmement, mais c'est sans doute le plus important sur le plan politique pour notre pays, notre démocratie, la République. Comment pouvez-vous justifier la publication des résultats le 5 juin, prenant ainsi la responsabilité d'influer sur le scrutin national du 11 juin ? Ces pratiques ne sont pas, de notre point de vue, acceptables au regard des droits des citoyen-ne-s de notre pays, des principes démocratiques et des lois de la République française. Nous vous remercions de l'attention portée à ce courrier que nous souhaitons rendre public car il nous paraît indispensable que ces questions fassent l'objet d'un grand débat démocratique dans notre pays et que ces conditions subies changent réellement.

Nous vous prions d'agréer, Messieurs les ministres, l'expression de nos salutations distinguées.
Maeva Durand (7e circonscription),
Anne Sabourin (8e circonscription),
Vincent Boulet (11e circonscription),
Lamine Camara (9e circonscription),
Alexis Duchesne (3e circonscription.

Communiqué (www.lepetitjournal.com) lundi 12 juin 2017

Lire aussi : TRIBUNE : LEGISLATIVES - De regrettables dysfonctionnements mettent la démocratie à mal

FRANCOPHONIE – Kinshasa devient la plus grande ville francophone du monde

Ça y est, Paris vient de se faire devancer. Notre capitale n’est désormais plus la plus grande ville francophone du monde. Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, avec ses 12.1 millions d’habitants, contre 10,9 millions pour la Ville Lumière, vient de s’emparer de la première place du podium et confirme ainsi la montée en puissance de l’Afrique francophone et de ses capitales.

Vaste comme la moitié de l’Union Européenne à elle toute seule, la République Démocratique du Congo est le deuxième plus grand pays africain, juste derrière l’Algérie. Plus de 92% de la population kinoise parle le français.

Ville complètement bilingue, Kinshasa voit cohabiter en son sein le français et le lingala, langue maternelle d’une grande majorité des habitants.

Derrière Kinshasa et Paris, on retrouve Abidjan et ses 5 millions de citadins, comme 3ème ville francophone du monde. La capitale ivoirienne se situe devant Montréal (4 millions) ou encore Dakar (3,7 millions) et Casablanca (3.5 millions).

NC (www.lepetitjournal.com) mardi 6 juin 2017.

Rendez-vous ici pour en savoir plus. 

EMMANUEL MACRON – "Il n'y a pas de plan B parce qu'il n'y a pas de planète B"

En ce qui concerne les accords de Paris sur le climat, on peut dire qu'il aura voulu entretenir le suspens… Pourtant le verdict est finalement tombé hier soir et Donald Trump a annoncé que l’heure était venue pour son pays de quitter cet accord.

Les réactions ne se sont pas faites attendre. Aux quatre coins de la planète mais aussi et surtout aux Etats-Unis, de New-York en passant par la Californie. Une partie de la population promettant que la résistance s’organiserait et qu’au niveau local les Américains travailleraient à rendre leur pays plus vert.

En France, la réplique d’Emmanuel Macron fut elle aussi directe. En Anglais, il n’a pas hésité à interpeller les Etats-Unis, reprenant de façon ironique et détournée l’ancien slogan de campagne de Trump, devenu : « Make our planet great again ! »

En tout cas, qu’ils le sachent, même si les Américains « ont tourné le dos au monde » la France ne leur « tournera pas le dos » a tenu à rappeler notre Président, invitant même les « scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés » à venir travailler chez nous et « avec nous, sur des solutions concrètes pour le climat ».

 

NC (www.lepetitjournal.com) vendredi 2 juin 2017. 

Lire aussi : Climat: Trump quitte l'accord de Paris, consternation à travers le monde
Climat: Macron refuse toute renégociation de l'accord de Paris et le dit à Trump

COMMUNIQUÉ RÉPUBLIQUE EN MARCHE - Français de l’étranger, aidez-nous à transformer la France

Nous, candidats investis par La République En Marche pour représenter les Français de l’Etranger, incarnons le dynamisme de notre mouvement partout dans le monde. Chacun d’entre nous a contribué à sa création à l’étranger et a pu être le témoin privilégié de l’extraordinaire engouement de nos compatriotes pour le projet porté par Emmanuel Macron. Nous avons remporté, tous ensemble, une magnifique première victoire. Mais notre aventure ensemble ne fait que commencer.

Les Français de l’étranger sont les représentants de la France et de ses valeurs partout à travers le monde. Engagés dans la vie économique et sociale de vos pays de résidence, riches de la diversité de vos parcours et de vos histoires, vous participez pleinement au rayonnement économique, linguistique et culturel de notre pays.

Votre rôle est vital au dynamisme de notre pays. Votre expérience est également un atout précieux : en partageant votre connaissance des environnements dans lesquels vous vivez, vous pouvez nous parler des réussites dont il faut s’inspirer et des échecs qu’il faut éviter. Votre vision et vos conseils peuvent nous aider à transformer la France.

Nous devons mieux vous écouter. Nous devons améliorer la représentation des Français de l’étranger, pour vous permettre de vous exprimer et d’enrichir la France de votre expérience unique, alors que trop d’entre vous se sentent oubliés par notre pays.

Mais nous devons, aussi, mieux vous défendre, et mieux comprendre les difficultés que vous rencontrez. Nous devons, partout, améliorer l’accès à l’éducation en Français en faisant preuve de créativité, pour trouver la solution la plus appropriée selon le contexte local; nous voulons permettre à nos établissements d’accueillir plus d’élèves, sans augmenter les coûts pour les familles. Nous devons renforcer l’accès à la couverture santé, en mettant notamment l’accent sur la prévention, alors que trop de nos concitoyens, par manque de moyens, attendent le dernier moment pour se faire soigner. Nous devons améliorer le lien avec le gouvernement, avec vos élus, avec l’administration consulaire et entre les Français ; c’est l’objectif de la nouvelle plateforme que nous proposons de créer et qui permettra notamment de dématérialiser vos démarches grâce à un guichet unique. Nous devons également faciliter les possibilités pour nos concitoyens de travailler à l’étranger, en défendant la reconnaissance des formations françaises et en accroissant la notoriété de nos diplômes. Les échanges universitaires seront développés à l’international, à l’image de ce que le programme Erasmus propose en Europe. Nous devons, aussi, avoir une approche juste et équitable de la fiscalité, qui prenne en compte la situation de nos expatriés. Voilà, en tant que représentants, nos responsabilités.

La responsabilité de nos compatriotes, votre responsabilité, c’est de représenter dignement la France dans le monde, mais c’est aussi de nous aider à la transformer. En votant La République En Marche lors des prochaines élections législatives, en nous élisant à l'Assemblée Nationale, vous êtes assurés d’avoir des députés qui auront pour unique objectif de travailler avec vous pour faire porter la voix des Français de l’étranger, où que vous viviez.

Les centaines de milliers de Français de l’Etranger, qu’ils aient voté pour Emmanuel Macron ou non, souhaitent aujourd’hui participer au renouvellement de la vie politique et de leur pays et être à nouveau

fier de son dynamisme et de ses valeurs. Lors des élections présidentielles, par votre mobilisation et votre engagement, vous avez démontré de façon éclatante votre attachement à la France. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de vous pour transformer ce moment historique en un quinquennat historique, alors les 3 et 4 juin votez La République En Marche !

Roland LESCURE, candidat dans la première circonscription, Paula FORETZA, deuxième circonscription, Alexandre HOLROYD, troisième circonscription, Pieyre-Alexandre ANGLADE, quatrième circonscription, Samantha CAZEBONNE, cinquième circonscription, Joachim SON FORGET, sixième circonscription, Frédéric PETIT, septième circonscription, Florence DRORY, huitième circonscription, Amal Amélia LAKRAFI, dixième circonscription, Anne GENETET, onzième circonscription des Français établis hors de France. 
Communiqué (www.lepetitjournal.com) 28 mai 2017

Retrouvez l'ensemble des candidats dans
 VOTRE CIRCONSCRIPTION

FRONT DES PATRIOTES REPUBLICAINS - 7 candidats investis à l'étranger

Le Front des Patriotes Républicains (FPR) est un jeune parti fondé en novembre 2016 par Ludovic Lemoues, 55 ans, chef d'entreprise expatrié à Barcelone depuis 2008, ancien militant du Front national. Ses adhérents et candidats se disent patriotes, républicains et attachés à l'Union européenne "qui aujourd'hui a grand besoin d'être réformée, car elle part à la dérive, mais dont il ne faut pas oublier qu'elle nous a apporté la Paix et la stabilité, depuis 65 ans !".

Ludovic Lemoues se présente dans la 7e circonscription des Français de l'étranger. Il est accompagné de David Rolland, 43 ans, employé dans une entreprise de transport, sur la 3ème circonscription des Français de l'étranger, et de Philippe Lanney, chef d'entreprise de 50 ans, sur la 4ème. Sur la 5e circonscription, c'est Eric Morgeau, 48 ans, directeur commercial, qui se porte candidat, tandis que Martine Lerond, 64 ans, se présente sur la 6e (Suisse, Liechtenstein). Loïc Durand, DRH dans une entreprise d'électricité se présente en Afrique du nord et de l'ouest, et Roland Robert, chef d'entreprise de 64 ans, représentera le FPR en Asie-Océanie.
MPP (www.lepetitjournal.com) lundi 29 mai 2017

En savoir plus sur le site du FPR : www.frontdespatriotesrepublicains.fr

 

PARTI PIRATE - 10 candidats pour les Français de l'étranger

Le Parti Pirate a investi dix candidats sur les onze circonscription des Français de l’étranger (en 2012 seuls 4 candidats s'étaient présentés). 

Les candidats sont les suivants :

Florent Fernandez pour la 1ère circonscription d’Amérique du Nord
Véronique Vermorel pour 3ème circonscription d’Europe du Nord
Juliette Saumier pour la 4ème circonscription du Benelux
Caroline Guebel pour la 5ème circonscription de la péninsule ibérique et Monaco
Tie Watanabe pour la 6ème circonscription de la Suisse et du Lichtenstein
Delphine Lyon pour la 7ème circonscription de l’Europe centrale et des Balkans
Mathilde Cameirao pour la 8ème circonscription d’Europe du Sud et d’Asie Mineure
Saadia Messaoudia pour la 9ème circonscription du Maghreb et d’Afrique de l’Ouest
Laure Ferry pour la 10ème circonscription du Moyen Orient et d’Afrique
Jennifer Aguiar pour la 11ème circonscription d’Europe de l’Est, d’Asie et d’Océanie

Dans la deuxième circonscription, qui est celle de l’Amérique du Sud, le Parti Pirate choisit de soutenir Sergio Coronado, député sortant, "dont l’action et les prises de positions sont en tous points compatibles avec les pirates". Sur twitter, le candidat déjà soutenu par EELV et France Insoumise, s'est déclaré "honoré" de cet appui. 
Fondé en France en 2006, le Parti pirate a développé son programme sur la base de la protection des droits et libertés fondamentales, notamment dans le domaine numérique: "Qu’il s’agisse de lutter contre le terrorisme ou le soi-disant “piratage”, rien ne peut justifier de déposséder les citoyens de leur droit à la vie privée, au secret des communications, ou à l’anonymat, sur Internet comme ailleurs, sans décision de justice". Le Parti pirate s'oppose à la mise en place d'une surveillance généralisée et à un filtrage du contenu d'Internet, qu'il considère comme une atteinte grave à la vie privée, mais aussi à la neutralité, sur le réseau des réseaux. Il souhaite l'abolition des brevets, notamment pharmaceutiques. 

MPP (www.lepetitjournal.com) mercredi 24 mai 2017
En savoir plus : www.partipirate.org


Français de l'étranger
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français du Japon - Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine