ON A TESTE POUR VOUS – Le Forum V.I.E du 16 octobre

Mardi 16 octobre dernier, Ubifrance (agence qui accompagne les entreprises françaises dans le développement à l'export) organisait le forum V.I.E à l’espace Charenton, pour la 13ème édition. Près de 2 000 candidats sélectionnés se sont déplacés pour tenter de décrocher le Graal : un contrat de volontariat international en entreprise (V.I.E).

Ils étaient près de 2000 à franchir les portes de l’espace Charenton. Tous portent un tailleur ou un costard ; tous se sont déplacés avec une dizaine de CV sur eux. Leur objectif : décrocher un contrat de V.I.E, pour partir travailler à l’étranger. Après avoir été sélectionnés par Ubifrance, ils viennent vendre leur parcours et leur profil.

Des entreprises prestigieuses…

Sur place, 38 entreprises sont présentes, pour auditionner et sélectionner des candidats aux postes à pourvoir. Parmi elles, BNP Paribas, Bouygues Construction, GDF, Orange, PSA Peugeot Citroën, Saint Gobain ou encore la Société Générale… de très grands groupes donc, qui constituent un tiers des entreprises qui emploient les V.I.E, mais en embauchent les deux tiers. Chaque entreprise bénéficie d’une fiche de description dans le livret de la journée, et y expose le type de missions qu’elle propose. A titre d’exemple, L’Oréal proposait des missions en marketing, finance, business development, Ressources humaines, opérations, ou en recherche et innovation.

... pour des candidats diplômés

La majorité des candidats présents sont diplômés d’une école de commerce ou d’ingénieur, et ont déjà vécu à l’étranger pour un échange universitaire.

Pierre, 25 ans, souhaiterait partir travailler en Allemagne. Ingénieur de formation, il a vécu en Espagne et en Allemagne pour ses études.Tristan, 25 ans également, est quant à lui diplômé d’une école de commerce, et a vécu à Dublin ainsi qu’en Chine. Il souhaite travailler dans un pays anglophone, mais n’émet pas de préférence particulière : il prendra ce qu’on lui offre !

Tous deux considèrent le V.I.E comme la voie idéale pour s’expatrier à leur âge, parce qu’il permet de travailler dans conditions contractuelles idéales. Tous deux, aussi, sont venus avec une dizaine de CV sur eux pour optimiser leurs changes de décrocher un V.I.E.

Sur place : Passeport Avenir et le Club V.I.E

(Sebastien Lailheugue, Responsable des programmes chez Passeport Avenir)

D’autres associations étaient présentes sur place. Passeport Avenir, association fondée par SFR en 2005, favorise l’insertion des jeunes issus de milieux modestes dans les filières dites d’excellence, du système – unique – français. Depuis deux ans, en association avec Ubifrance, Passeport avenir propose à ces jeunes de les encadrer (tutorat collectif et individuel, cours de langues, simulations d’entretiens…) pour qu’ils décrochent un V.I.E : Retours d’expérience, et networking, tous les moyens sont bons pour leur donner leur chance. Chaque année, 15 à 30 candidats sont sélectionnés pour participer au forum V.I.E.

Plus d’informations sur le site officiel

Le Club V.I.E était lui aussi présent sur le forum. Créé en 2006, le club fédère et entretient le réseau d’anciens V.I.E / V.I.A, VSN et CSN (anciens V.I.E / V.I.A, ndlr): près de 2 000 membres actifs constituent le réseau et échangent leurs propres expériences. Une vingtaine de clubs V.I.E est ouverte à travers le monde, et propose à ses membres des rencontres professionnelles avec ses partenaires, des afterworks (le dernier s’est déroulé le 17 octobre dernier) et du partage. Véritable "club", ce réseau fonctionne sous le signe de la solidarité et de l’entraide.(Thibaut de La Bouvrie, Trésorier du Club V.I.E)

Plus d’informations sur le site officiel

Constance de Guernon (www.lepetitjournal.com) mercredi 24 octobre 2012

Expat & Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

RÉMUNÉRATION – La bonne paye des expatriés

Le salaire est un enjeu majeur dans les négociations d’un départ en expatriation. Les critères ainsi que les barèmes de rémunération pour des missions à l’international ont considérablement évolué…

Une "French touch" pour faire du vin en Virginie

"Je devais rester un an et je ne suis jamais parti." Comme Matthieu Finot, par goût du défi, de la liberté de créer ou du pays lui-même, des vignerons français s'installent en Virginie pour faire le…
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.