TEMOIGNAGE V.V.T - Erlé, un Français qui a tenté l'aventure en Australie

Après avoir terminé son premier CDD d’un an en comptabilité, Erlé Tenk a décidé de partir un an en Australie, dans le cadre d’un Programme-Vacances Travail. Retour sur son expérience

Lepetitjournal.com : Pourquoi avoir choisi l’Australie ?

Erlé :J’ai décidé de partir en Australie, en novembre 2009. J’avais entendu parler du P.V.T par le bouche-à-oreille, peu de gens en parlaient à ce moment-là. J’avais des amis qui avaient tenté l’expérience là-bas. Ils m’ont vraiment donné envie de partir. Je voulais faire une césure d’un an dans ma carrière professionnelle, non pas pour travailler, mais pour découvrir, vivre une autre expérience.

Comment avez-vous fait votre demande de visa ?

En ce qui concerne les formalités administratives, tout a été très vite : je me suis inscrit sur le site internet de l’Etat Australien : en quinze minutes, c’était fait. J’ai payé 80 dollars, et 10 jours après, j’obtenais une réponse positive.

Comment vous-êtes vous organisé sur place ?

Je suis arrivé à Perth, où j’ai trouvé une agence qui proposait des services d’hôtellerie. C’est une agence installée dans toutes les grandes villes australiennes, avec plusieurs antennes locales. Grâce à cette agence, j’ai pu me rendre dans plusieurs villes et travailler dans chacune d’entre elles : Perth, Melbourne, Brisbane et Sydney. J’ai immédiatement trouvé du travail, sans avoir aucune expérience dans la restauration. Ça ne me permettait pas de gagner ma vie à proprement parler, mais je ne dépensais pas mes économies. Je n’ai pas voulu faire de woofing, parce que j’avais entendu des anecdotes négatives.

En ce qui concerne le logement, je vivais dans chaque ville dans une collocation, trouvée par le site. Pour voyager de ville en ville, je m’invitais dans des itinéraires d’autres voyageurs, le plus souvent dans des vans.

Pourquoi recommanderiez-vous le V.V.T ?

J’ai pu faire des rencontres avec des gens de toutes les nationalités, dans des cadres et paysages magnifiques. J’ai pu travailler sans m’occuper de toutes les formalités administratives : tout était très facile. Le fait de pouvoir changer d’employeur, donc de ville, était aussi un grand avantage. Je ne vois donc globalement que des points positifs à cette expérience en P.V.T.

Il faut toutefois faire attention Beaucoup de jeunes voulant faire du woofing, certains exploitants en profitent, en faisant payer l’hébergement, alors qu’il s’agit de la contrepartie, en théorie, du travail fourni.

Aujourd’hui, quelle est votre situation ?

Le retour a été très dur : j ai voulu repartir très vite. J’ai mis une annonce sur civiweb pour partir en VIE. Mon expérience en P.V.T a été très appréciée par les employeurs. J’avais une expérience originale, qui m’avait permis d’acquérir un très bon niveau d’anglais, appréciable dans les grandes entreprises. J’ai été pris en V.I.E à Bruxelles, pour faire du contrôle de gestion dans un grand groupe.

Propos recueillis par Constance de Guernon (www.lepetitjournal.com) jeudi 25 octobre 2012

Si vous avez réalisé un V.V.T dans l’un des sept pays signataires, et que vous souhaiter contribuer à l’un de nos articles, n’hésitez pas à nous en envoyer votre témoignage à l’adresse suivante : emploi@lepetitjournal.com.

Expat & Emploi

SECURITÉ PRIVÉE - Les mesures de protection dans un environnement dégradé

Comment assurer la protection des nationaux quand ils ne sont pas sur le territoire de la nation ? Il s’agit d'une question essentielle de la science politique : si l’on suit la fiction du Contrat Social, un individu qui se situe sur le territoire dont il a la nationalité renonce à l’emploi de la force au bénéfice de la "puissance publique", mais est-ce le cas à l’étranger ? 

DECATHLON - Au top de sa forme en Chine !

Du matériel et des vêtements pour 60 sports en magasin, bien sûr, mais c’est avant tout la promotion du sport que la marque française souhaite développer. Interview de Pannya Khamphommala, directeur…

VIETNAM - Investir et créer son entreprise

Forte d’une réforme administrative, la mégapole vietnamienne s’appuie sur une organisation et des outils qui favorisent l’arrivée de capitaux industriels étrangers dans le poumon économique de la…
A la une

EDUCATION - Tous les parents du monde ne sont pas aussi zen que... les Français!

L‘éducation est en enjeu crucial dans le monde d’aujourd’hui. Quels sont les meilleurs systèmes éducatifs ? Faut-il favoriser le bonheur d’apprendre ou l’autodiscipline ? Les parents de 15 pays différents ont été consultés par HSBC. Selon que l’on vive au Mexique, en Chine, en Turquie ou en France, les parents n’ont pas les mêmes attentes, ni le même stress !
Expat
Expat - Emploi

SECURITÉ PRIVÉE - Les mesures de protection dans un environnement dégradé

Comment assurer la protection des nationaux quand ils ne sont pas sur le territoire de la nation ? Il s’agit d'une question essentielle de la science politique : si l’on suit la fiction du Contrat Social, un individu qui se situe sur le territoire dont il a la nationalité renonce à l’emploi de la force au bénéfice de la "puissance publique", mais est-ce le cas à l’étranger ? 

DECATHLON - Au top de sa forme en Chine !

Du matériel et des vêtements pour 60 sports en magasin, bien sûr, mais c’est avant tout la promotion du sport que la marque française souhaite développer. Interview de Pannya Khamphommala, directeur de la distribution Chine, qui nous donne les facteurs clés du succès de la marque lilloise
Expat - Politique

PRELEVEMENTS SOCIAUX DES NON-RESIDENTS - Comment faire pour espérer être remboursés ?

Votés en 2012, les prélèvements sociaux (CSG-CRDS) sur les plus-values et revenus immobiliers pour les contribuables français non résidents ont été reconduits dans la loi de finances 2014. La Commission Européenne a ouvert dans la foulée une procédure d’infraction contre la France sur la conformité au droit européen de ces prélèvements. En cas d'issue favorable, comment espérer un remboursement rétroactif ?
Magazine
Les trophées 2014

TROPHEES 2014 - Revivez la soirée en vidéo avec France Diplomatie et France 24

À l'initiative du petitjournal.com, les "Trophées des Français de l'étranger" ont été remis à leurs sept lauréats jeudi 6 mars au Quai d'Orsay, en présence de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l'étranger. Découvrez les reportages consacrés aux lauréats sur France 24 et la vidéo officielle de la soirée réalisée par le ministère des Affaires étrangères