LOGEMENT – Les villes aux loyers les plus élevés pour les expatriés

EuroCost International publie son enquête annuelle sur les loyers des expatriés dans le monde. Hong Kong est en tête du podium 2017 des villes les plus chères, chamboulant un peu le classement par rapport à l’année dernière. En cause ? Le Brexit faisant chuter la valeur de la livre sterling et le renforcement du yen japonais.

Londres perd sa place

Pour la première fois depuis 4 ans, la capitale britannique n’occupe plus la première place du top 20 des villes les plus chères du monde en ce qui concerne la location d’appartements de 2 à 3 chambres par les expatriés. Londres, coiffée au poteau par Hong-Kong dégringole à la troisième place, tandis que la mégalopole asiatique s’empare de la tête du classement pour la toute première fois.

Tokyo, quant à elle, se glisse en deuxième position du classement entre Hong-Kong et Londres. La capitale japonaise bénéficie du renforcement du yen ainsi que d’une légère hausse des loyers qui n’avait pas été observée depuis longtemps… Le renforcement de la monnaie permet aussi à Osaka de faire son entrée dans le top 20, à la dix-septième position.  

Dans la suite du classement : des « habitués » du top 20

Alors que le début du classement semble avoir été un peu bouleversé cette année, on retrouve par la suite les mêmes villes que l’an passé. Ainsi de la quatrième à la sixième place New-York, Luanda et San Francisco confirment leurs places.

On retrouve également en septième position : Juba au Soudan du Sud, où les loyers restent extrêmement chers, même si l’offre sur le marché locatif pour les expatriés semble s’améliorer un peu. Ou encore Moscou qui, même si elle perd une place par rapport à l’an passé, passant de la huitième à la neuvième place, reste dans la première moitié de ce classement.

En ce qui concerne les Etats-Unis, trois autres villes du pays font leur entrée dans le classement : Washington, Los Angeles et Miami, que l’on retrouve respectivement à la douzième, quatorzième et vingtième place. L’évolution du taux de change (+4.5%) ainsi qu’une hausse locale des loyers pour les expatriés expliquent ces nouvelles entrées.

Notre capitale française quant à elle, semble s’éloigner un peu plus chaque année de ce top 20. En 2017 elle n’apparaît plus qu’à la vingt-septième place perdant deux rangs par rapport à 2016 où elle apparaissait alors en vingt-cinquième position. 

Vous pouvez retrouver l’intégralité du classement ici.

NC (www.lepetitjournal.com) mardi 21 février 2017

Lire aussi : LOGEMENT HAUT DE GAMME – New-York : ville la plus chère du monde ? 

Enseignement Français à l’Étranger - Accord de coopération avec l’Université Paris Sciences et Lettres

L’université Paris Sciences et Lettres (PSL) et l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger (AEFE) ont signé une convention de coopération afin de rapprocher les élèves issus des établissements d’enseignement membres de l’AEFE, des formations post-bac proposées par PSL.

Grâce à ce partenariat, de nombreuses actions d’orientation et d’information vont ainsi permettre aux futurs bacheliers (environ 14.000 chaque année) scolarisés parmi les 495 établissements de l’AEFE répartis dans 137 pays, de mieux connaître ou découvrir les programmes d’excellence offerts par PSL.

Le Cycle Pluridisciplinaire d’Études Supérieures (CPES), les classes préparatoires du Lycée Henri-IV ou encore les licences de Dauphine, sont autant d’opportunités qui s’ouvrent à ces élèves, français et étrangers.

Parmi les actions initiées dans le cadre de cet accord, figurent notamment l’organisation de conférences de personnalités académiques dans les lycées français, la participation de PSL aux différents forums d’orientation organisés au sein du réseau de l’AEFE ou encore le soutien à la production de MOOC sur les études en France.

PSL crée par ailleurs dès 2017 une bourse annuelle pour les élèves de ce réseau, alignée sur les bourses major de l’AEFE (200 par an).

Première initiative de ce type portée par un établissement d’enseignement supérieur avec l’AEFE, cette bourse sera octroyée sur des critères d’excellence et sociaux, et vise à soutenir l’attractivité de l’enseignement supérieur et de la recherche français et plus largement de rayonnement de la francophonie.

RM (www.lepetitjournal.com) mardi 7 janvier 2017

TÉLÉPHONE MOBILE - Êtes-vous addict ?

Depuis 2001, Phil Marso, écrivain et instigateur des Journées Mondiales sans téléphone portable et smartphone, nous pousse à réfléchir sur notre relation au téléphone. Cette année le thème de cette 17ème campagne a pour thème : l’addiction obligatoire.

« En 2017, sommes-nous déjà dans un processus irrémédiable où le Smartphone domine nos vies ? »

À l’heure du tout connecté, où près de 60% des Français ont le réflexe de dégainer leur portable dès le saut du lit, ce rendez-vous annuel est un prétexte au débat, et non pas une sommation à couper son portable pendant 3 jours !

Phil Marso met également à disposition des enseignants qui souhaiteraient partager ce temps de réflexion avec leurs élèves, une liste de questions, disponible ici

Noémie Choimet (www.lepetitjournal.com) jeudi 2 février 2017

PAYS ANGLOPHONES – Là où il fait bon vivre pour les expatriés

InterNations, un des plus importants réseaux d’expatriés à travers le monde, vient de compiler dans un classement son top 5 des pays anglophones où il fait bon vivre. Ceux qui voudraient donc quitter leurs pays d’origine tout en restant dans un environnement anglophone auraient donc le choix entre :

1- Malte

2- la Nouvelle-Zélande

3- l’Australie

4- le Canada

5- Singapour 

Nichée au cœur de la Méditerranée, Malte semble donc être l’eldorado parfait, et tient la tête du classement pour tous les expatriés qui voudraient vivre en pays anglophone. La qualité de la vie, les facilités pour s’y installer, sans parler bien sur du climat très clément, sont autant d’éléments qui justifient cette première place. 90% des expatriés vivant là-bas se disent heureux.

La Nouvelle-Zélande, qui arrive quant à elle en deuxième position derrière Malte, séduit également beaucoup les expatriés qui cherchent un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Et oui, saviez-vous que de tous les pays anglophones, la Nouvelle-Zélande est celui qui a la plus courte semaine de travail à plein temps avec une moyenne de 42.2heures ? Parfait donc pour concilier vie de bureau et vie de famille.

L’Australie, reconnue pour l’hospitalité de sa population, s’avère être pour les familles le meilleur pays où s’installer. Quant au Canada, il séduit notamment pour la qualité de sa couverture sociale. Enfin Singapour attire les ressortissants anglophones pour sa stabilité politique. 

Noémie Choimet (www.lepetitjournal.com) mardi 31 janvier 2017

EXPATRIATION – Racines Sud fête ses 10 ans et s’élargit

Racines Sud fête ses 10 ans et s’élargit. Jusqu’à aujourd’hui l’association fédérait les Languedociens expatriés aux quatre coins de la planète pour créer une communauté économique active à l’international avec plus de 1.000 adhérents.

Désormais avec la fusion des régions, Racines Sud prend une nouvelle dimension : l’Occitanie. L’association s’adresse maintenant à tous les acteurs économiques et expatriés de Midi-Pyrénées.

Ses missions sont articulées autour de trois axes :

-rendre le territoire attractif à l’international

-encourager la mobilité des jeunes

-faciliter les démarches à l’export pour les TPE/PME

RM (www.lepetitjournal.com) vendredi 27 janvier 2017 

TROPHÉES - Plus de 250 candidatures pour notre 5e édition

Ils sont exactement 256 à avoir participé à la cinquième édition des Trophées des Français de l'étranger organisés par lepetitjournal.com. Nous les remercions de leurs candidatures, toutes aussi singulières que passionnantes. Des jeunes à peine sortis de leurs études et qui souhaitent découvrir le monde, ou des retraités à la vie riche en engagements. Des autodidactes et des multi-diplômés. Des hommes ou femmes qui créent des entreprises, des associations ou des artistes, des artisans qui font vivre au delà de nos frontières le savoir-vivre et l'excellence à la française, ou encore des chercheurs partis découvrir de nouveaux horizons. 

Sur tous les continents, tous ont pris le soin de nous décrire leurs parcours, leurs difficultés, leurs espoirs et leurs fiertés.

Vous pouvez retrouver des extraits de l'ensemble des candidatures ici: www.lepetitjournal.com/trophees-candidats

Nous avons la difficile tache de les présélectionner, et si seulement 7 d'entre eux auront un Trophée en mars, ils sont beaucoup plus nombreux à mériter d'être mis en valeur et reconnus. 

Nous allons annoncer les finalistes dans les 7 catégories le 25 janvier prochain. Dix d'entre eux seront éligibles au prix du public. Le vote du public sera ouvert sur internet du 25 janvier au 5 février. 

Dans les 6 autres catégories (Entrepreneur, Art de vivre, Social&humanitaire, Enseignement, Jeune Espoir et Ancien(ne) élève d'un lycée français à l'étranger), un jury composé de personnalités de la mobilité internationale se réunira courant février pour déterminer les lauréats. Les noms des 7 gagnants seront annoncés le 7 mars prochain, lors de la cérémonie qui les mettra à l'honneur au Quai d'Orsay sous le haut patronage de M. Matthias Fekl, secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, au tourisme et aux Français de l'étranger, et parrainée par M. Serge Betsen, ancien capitaine de l'équipe de France de rugby.

Vous trouverez toutes les informations relatives aux Trophées ici : www.lepetitjournal.com/trophees-accueil  

Bonne chance à tous !

MPP (www.lepetitjournal.com) vendredi 20 janvier 2017

 

GRANDES ECOLES D’INGENIEUR – Un pont tendu vers les universités australiennes

En décembre 2016, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense français et Malcolm Turnbull, son homologue australien, signaient un contrat pour la vente de 12 sous-marins Shortfin Barracuda par le constructeur naval français DCNS à l'Australie. Dans ce contexte, quatre grandes écoles françaises ont décidé de constituer le Groupe des Grandes Écoles pour la Marine Australienne (GEMA) dans le but de faciliter les relations entre les membres du GEMA et les universités australiennes d'une part et DCNS  (http://fr.dcnsgroup.com) d'autre part.

Ce « Groupe des Grandes Écoles pour la Marine Australienne » (GEMA) regroupe des écoles d’ingénieures française prestigieuses : L'ENSTA ParisTech, Centrale Nantes, Centrale Supélec et l'École polytechnique. Il a pour objet de valoriser les relations académiques entre les Grandes Écoles françaises et les universités australiennes. Il permettra notamment de mettre en place une partie des formations et des transferts technologiques prévus dans ce programme.

Le GEMA permettra notamment la mise en place de nouveaux programmes de masters et de doctorats, la formation d'enseignants-chercheurs sur des thématiques spécifiques, la mise en place de programmes de recherche conjoints, l'échange de scientifiques de haut niveau, le financement de travaux de recherche et le financement de bourses d'étude pour les étudiants.

L'Université de Flinders (Adélaïde) a été la première université australienne à signer un accord de coopération avec le GEMA, mardi 17 janvier en présence de Madame Susan Close, ministre de l'enseignement supérieur du gouvernement d'Australie Méridionale, dans les locaux de DCNS à Paris.

RM (www.lepetitjournal.com) mercredi 18 janvier 2017

Expat & Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il…
Une internationale

Vermeer génie isolé ? Une exposition tord le cou à la légende

Vermeer, un génie oeuvrant en solitaire dans l'univers silencieux de son atelier? Une exposition au Louvre démonte cette légende, reliant ce maître à tout un réseau de spécialistes de la peinture de genre, si prisée à la fin du 17e siècle dans les Provinces-Unies.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine