S’EXPATRIER MODE D’EMPLOI – Le Canada à l’honneur


Chacun le sait, quand on veut réussir son expatriation le mot d’ordre est sans aucun doute : l’anticipation. À la Cité Universitaire de Paris, le salon S’Expatrier, mode d’emploi a tenté de répondre aux nombreuses questions des candidats à l’exil. Quelle scolarité pour mes enfants ? Mon permis de conduire est-il valable
hors des frontières ? Et ma retraite dans tout ça ?

photo Pixabay

Conférences, séances de questions-réponses animées par des experts, stands où il est possible d’échanger avec des acteurs institutionnels majeurs de l’expatriation… Tout était prévu vendredi 10 mars dernier pour répondre aux questions que se posent nos futurs expats.

Et cette année c’était au tour du Canada d’être l’invité d’honneur du Salon. La qualité de vie que propose le pays, son marché du travail flexible et dynamique, sans oublier évidemment le français qui créée une proximité unique entre le Québec et la France… C’est tout ça qui attire nombre de nos compatriotes à franchir le cap et à se lancer à la conquête du continent nord-américain. À l’image de Jo, 29 ans qui trouve que « le Canada, a une très bonne politique pour les artistes » et lui paraît être un pays « safe et sans doute plus ouvert » que l’hexagone. Elle est venue au Salon pour « rencontrer des gens en direct et leur poser des questions sur (son) cas particulier, car je ne voulais pas m’embêter à poser des questions à Google. » Et c’est vrai qu’avec le nombre d’institutionnels présents, spécialistes de l’expatriation, il était facile d’obtenir les bonnes informations.

Pierre et Alexandra, eux aussi désireux de tenter l’aventure au pays de l’érable n’ont pas hésité à faire plus de « deux heures de route » pour se rendre au Salon. « On a déjà fait beaucoup de recherches personnelles et il y a des questions auxquelles on n’arrive pas à avoir de réponse. » Qu’il s’agisse de la scolarité de leurs enfants une fois sur place, ou bien de la couverture sociale à laquelle ils doivent souscrire, toutes les cartes étaient entre leurs mains et ils ont pu « piocher des informations un peu partout ».

Demandeur et proactif en matière d’immigration, le Canada accueillera en 2017 près de 300.000 nouveaux arrivants bénéficiant d’un statut permanent. Toutefois les démarches sont souvent « très longues » nous déclare Jo. 

« Deux profils se dégagent »

Parmi toutes les personnes faisant le déplacement, Marie, une organisatrice du Salon nous confie qu’il est facile de distinguer « deux catégories de personnes. » Il y a ceux « qui veulent partir à l’étranger pour avoir une expérience professionnelle et améliorer leur anglais et puis il y les autres, ceux qui veulent quitter la France, pour vivre dans un climat plus serein, où le coût de la vie est moins cher. Les retraités souvent, qui ne se voient pas rester ici. »

Philippe, un responsable de l’Assurance retraite livre également la même analyse. « Il y a vraiment deux profils de personnes qui se dégagent aujourd’hui. » Beaucoup de « jeunes actifs viennent se renseigner sur l’impact d’une carrière à l’étranger sur leurs futurs droits à la retraite » et puis il y a également « un public de retraités ». Ces derniers ont plutôt tendance à poser des questions « très pratiques », en se demandant par exemple « s’ils peuvent virer leur retraite sur un compte en France alors qu’ils sont à l’étranger ? »

On l’aura compris, les étudiants n’étaient pas nombreux à avoir fait le déplacement, le Salon ne s’adressant pas particulièrement à eux mais plutôt aux actifs et aux retraités.

L’expatriation des seniors semble d’ailleurs être un véritable phénomène de société en pleine expansion et on recenserait à ce jour plus de 257.000 personnes de plus de 60 ans vivant à l’étranger. Les séniors représentent actuellement 15% du nombre des Français inscrit sur les registres des consulats à l’étranger.

Noémie Choimet (www.lepetitjournal.com) mardi 14 mars 2017. 

 
Expat & Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".

JOB - Devenir au-pair à Londres : mode d’emploi

Vous êtes jeune, avez envie d’élargir vos horizons, de découvrir une autre culture et parler une autre langue ? Que ce soit pour une année sabbatique, un semestre de césure ou pour peaufiner votre…

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine