W PROJECT- Une encyclopédie vidéo de l'entrepreneuriat français à l'étranger

Recenser les aventures entrepreneuriales françaises à travers le monde, réaliser des reportages sur les écosystèmes entrepreneuriaux de chaque pays, mais aussi s'épanouir dans le voyage, telle est la mission du W Project.

L'association à laquelle nous avions déjà consacré plusieurs articles (voir l'article de présentation) grossit. En pleine préparation pour de nouvelles expéditions, Audrey, Tristan, Emmanuel et Cyriac, tous les quatre W travellers, nous ont livré un compte rendu d'étape sur ce projet ambitieux.

Culture entrepreneuriale et passion du voyage

Lancé en 2013 par Thomas Nanterme et Brice de Matharel, le W Project envoie des équipes à travers le monde pour réaliser des reportages et portraits d'entrepreneurs français installées à l'étranger. Vecteur d'une culture entrepreneuriale à la française, le W Project valorise la responsabilité et l'initiative de ses membres : chaque équipe gère son association et trouve ses sponsors pour financer son projet. La responsabilité des membres existe aussi vis-à-vis des sponsors qui engagent leur image. « On sait qu'on est très chanceux lorsqu'on part, donc on veut rendre à W Project ce que W Project nous a apporté » explique Tristan.

Cet esprit entrepreneurial ne quitte d'ailleurs pas les équipes du W project une fois le voyage terminé et le reportage réalisé. Beaucoup de W travellers décident à leur tour de se jeter dans le bain de la création d'entreprise. Tout en préparant son départ, Emmanuel se consacre ainsi à Jubily, startup prometteuse qui permet d'offrir un cadeau parmi une pré-sélection choisie par l'utilisateur. Cyriac et Tristan désirent quant à eux monter leur entreprise en Iran. Pour ces derniers, le tour du monde des entrepreneurs représente une « source d'inspiration pour nos futures carrières ». Ils sont aussi l'occasion de se faire un « formidable carnet d'adresse ».

Le voyage fait aussi partie de l’ADN du projet: « plus on voyage, plus on se rend compte que le monde est grand » nous confie Audrey. Le modèle du W Project alliant travail et dépaysement l'a séduite et elle aimerait continuer sa carrière en « nomade ». « Piquée au voyage » depuis son enfance, elle considère que « tout comme le voyage, l'entrepreneuriat est une drogue ».

Les demandes se multiplient pour réaliser ces tours du monde à la recherche des entrepreneurs français de l'étranger. Le succès d'un format qui atténue la frontière stricte entre travail et voyages attire de plus en plus de jeunes Français, si bien que l'association réfléchit à un programme de sélection de ses membres pour les années à venir. Les compétences techniques, en matière de vidéo notamment, sont un atout pour prétendre devenir un W traveller.

Les étudiants de tous les horizons qui s'engagent dans ce projet reçoivent une formation au sein d'une équipe solidaire et déjà expérimentée. Les nombreux conseils disponibles sur le site W Project sont aussi à leur disposition.

Une ambition : établir un réseau international d’entrepreneurs francophones

Dix W travellers sont sur le départ cette année. Caméra en main, ils vont parcourir le monde pour réaliser des reportages avec des entrepreneurs sur des thèmes aussi variés et novateurs que l'économie numérique, l'économie sociale et solidaire ou l'économie créative (économie liée aux secteurs culturel et artistique, ndlr). Leur objectif est simple : partager l’expérience entrepreneuriale d'un Français de l'étranger ou d'un territoire donné afin de constituer une véritable encyclopédie à destination du grand public. L'espoir du W Project : susciter des vocations, provoquer la créativité.

L'ambition du W project est aussi de s'associer à des partenaires de renommée mondiale comme la French Tech afin de développer une audience nationale et internationale. « Diversifier les angles de vue pour diversifier les canaux de diffusion », voilà la prochaine étape du projet.

Outre les portraits d'entrepreneurs, le W Project réalise aussi des fiches et reportages pays. Synthèses dynamiques, ces reportages donnent une entrevue sur les opportunités économiques d’un pays, ainsi que les us et coutumes qui y sont associés. En restant plus longtemps dans chaque pays, les W travellers ont l'ambition de faire de leurs reportages de véritables « cartes vidéo d'un écosystème entrepreneurial».

Les rencontres et l'expérience acquise pendant leurs voyages leur permettent un constat global : « Les entrepreneurs français établis à l'étranger sont pour la plupart des hommes » remarque Cyriac ; un regard réaliste : « On est loin du cliché de l’entrepreneur fuyard avec son gros cigare, la plupart des entrepreneurs sont de véritables ponts entre la France et les territoires dans lesquels ils sont implantés, ce sont les meilleurs ambassadeurs» insiste Tristan.

« Le constat qui ressort de toutes ces aventures, c'est le désir pour les entrepreneurs établis hors de France d'établir un réseau d'entraide et de solidarité. » s'accordent-ils tous. 

Robin Marteau (www.lepetitjournal.com) jeudi 22 septembre 2016 

 
Expat & Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".

JOB - Devenir au-pair à Londres : mode d’emploi

Vous êtes jeune, avez envie d’élargir vos horizons, de découvrir une autre culture et parler une autre langue ? Que ce soit pour une année sabbatique, un semestre de césure ou pour peaufiner votre…

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise…
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique
Magazine