RETOUR D'EXPATRIATION - 10 conseils pour le réussir

Si une large part des expatriés reviennent après un séjour à l’étranger allant de deux à six ans, ils sont de plus en plus nombreux à renoncer au retour, surtout passé le cap des dix ans de vie à l’étranger. Le choc culturel inversé associé à de nombreuses difficultés économiques rendent le retour au pays difficile, car les employeurs français ne reconnaissent pas ou peu l’expérience acquise à l’étranger, sans compter que les “expats’” sont souvent perçus comme arrogants (comprenez : gourmands au niveau du salaire et volontaires pour prendre des responsabilités).Voici les conseils d'Anne-Laure Fréant, de retour après un séjour de cinq au Canada et d'un an en Nouvelle-Zélande, pour retravailler rapidement en France.

La plupart des entreprises “franco-francaises” préfèreront souvent des profils plus linéaires qui ont fait leur éducation et leur carrière dans le même périmètre géographique et professionnel.

- Première chose à faire pour retravailler rapidement sans trop souffrir du fossé entre la culture du travail en France et celle en vigueur dans le reste du monde: ne démarchez pas d’entreprises “franco-francaises”. Préférez les compagnies internationales, de préférence anglo-saxonnes. Non seulement vous augmenterez vos chances de repartir un jour en gardant votre emploi (garder la porte ouverte pour éviter de paniquer et de tout plaquer au bout de six mois), mais vous aurez sans doute plus de contact avec l’étranger et la possibilité de parler une ou plusieurs langues au quotidien, sans compter les business trip. Vous retrouverez sans doute d’autres anciens expatriés reconvertis avec qui partager votre vécu. Beaucoup de secteurs peuvent tirer profit de votre expérience à l’étranger (commerce, tourisme, ingénierie, art, finance…), n’hésitez pas à la valoriser et à l’intégrer dans votre CV. Le monde de l’éducation privée ou les écoles étrangères en France offre également de nombreuses possibilités de reconversion pour les polyglottes détenteurs d’un BAC +3.

- Ne vous définissez pas uniquement par votre statut d’ancien expatrié
, et surtout évitez l’attitude nostalgique de la personne qui est revenue et qui regrette. Comme toute expérience, la vie à l’étranger fait partie de votre parcours mais pour l’employeur, elle reste un élément de votre personnalité parmi beaucoup d’autres qu’il ne faut pas mettre de côté. Sur le plan social (auprès des amis et de la famille), surtout si vous êtes la seule personne de votre entourage à être partie, comprenez que les autres ont aussi vécu pendant votre absence. Même si on a l’impression d’avoir vécu des choses dix fois plus intenses à l’étranger, cela reste un sentiment très personnel qu’il est impossible de partager. Conservez vos expériences extraordinaires pour vous, gardez une attitude mesurée.

- N’idéalisez pas votre pays d’expatriation, même avec le recul : N’oubliez pas les coups durs. Ne minimisez pas les moments de solitude que vous avez vécu “là bas”. Il y a forcément eu des moment de doute et de découragement face à la différence culturelle, la langue, l’attitude des gens, les procédures, etc. Quel que soit le pays d’expatriation, ce n’est jamais “chez soi”, même si notre identité s’hybride au fil du temps. Vivre “loin” et dans un contexte culturel différent n’est pas reposant. (...) Gardez en mémoire vos moments d’héroïsme multiculturel pour re-booster votre estime personnelle dans les moments de découragement… en France.

- Abordez la France comme un nouveau pays d’expatriation: Ce n’est pas parce que vous retournez “sur vos pas” géographiquement que vous retournez dans le passé. Votre expérience vous a changé, soit un tout petit peu, soit radicalement. Quoi qu’il en soit, vous ne verrez plus la France avec le même regard. En fait, le retour d’expatriation est une chance inespérée d’aborder votre propre pays avec un regard neuf. (...)

- Assumez vos choix et établissez clairement vos priorités : C’est un cliché, mais “home is where the heart is”. Au bout de plusieurs années d’expatriation, la décision de rentrer en France ou d’entreprendre des démarches d’immigration durable (demande de résidence permanente ou de citoyenneté) s’impose. A ce moment, c’est bien souvent la situation familiale qui pèse le plus lourd dans le choix de rester ou de partir (autrement dit, si le/la conjoint(e) est français(e) ou originaire du pays d’expatriation), et où le couple se projette dans les prochaines années. Quelle que soit votre situation personnelle et familiale, si vous êtes rentré c’est qu’il y avait de bonnes raisons. Si vous n’avez pas eu le choix, c’est encore moins de votre faute.(...)

- Démarrez quelque chose de nouveau : Retourner en France ne veut pas dire retourner dans tout ce qui vous a décidé à partir quelques années plus tôt. Le meilleur moyen de s’en convaincre est de continuer à apporter de la nouveauté dans votre quotidien. Démarrez un nouveau sport, apprenez la musique, le chant, la danse traditionnelle, la pâtisserie, inscrivez-vous au club photo, prenez des cours de menuiserie, de yoga, faites des ateliers de loisir créatif, achetez-vous la moto de vos rêves… Retour ne signifie pas que les perspectives se ferment, au contraire. Où que l’on soit, il nous appartient d’ouvrir nos horizons et de conserver une attitude exploratrice. Après tout, bon nombre d’expatriés sont avant tout des explorateurs, des curieux, des personnes avides de connaissances et de stimulation intellectuelle et culturelle.(...)

- Impliquez-vous au sein de réseaux internationaux : Ne jetez pas aux oubliettes votre intérêt pour l’international. Il existe aujourd’hui des centaines de réseaux internationaux type couchsurfing, wwoofing, airbnb, helpx, Solidarités Jeunesse… qui proposent une mise en relation de particulier à particulier pour des petits travaux à la ferme, des locations de logement, des chantiers internationaux, etc. Pour la plupart, vous pouvez tout gérer en ligne et gratuitement (créer un compte, faire un profil et indiquer ce que vous recherchez/offrez). Vous pouvez devenir hôte et recevoir des voyageurs du monde entier chez vous (un bon moyen de se motiver à connaître et apprécier sa propre région), devenir bénévole sur des chantiers et participer à diverses activités avec une équipe de jeunes, souvent dans une ambiance souvent bon enfant et chaleureuse. Toutes les ONGs (Secours Populaire, Croix Rouge…) recrutent des bénévoles sur le sol français, pour travailler auprès de personnes elles-même immigrées en France (sans papiers, immigrés en situation précaire…).(...)

- Voyagez ! Un expatrié qui revient ne se transforme pas en pantouflard sédentaire pour autant. Apprendre à voyager comme un touriste est aussi important. Certaines destinations qui ne vous ont jamais tenté auparavant peuvent se révéler prometteuses dans un autre contexte (en famille, entre collègues, avec votre club photo?). Cherchez le contraste. Vous avez vécu cinq ans en Amazonie? Pourquoi ne pas visiter New-York en cinq jours, ou Londres, ou Stockholm? Si vous avez été citadin en pays froid pendant des années, essayez la Corse, le sud italien, l’Atlas marocain. Le dépaysement, même provisoire, alimentera votre besoin de nouveauté et vous prouvera que le monde est encore grand et qu’il reste encore beaucoup à explorer. Si le tourisme béat n’est décidément pas votre truc, optez pour une association comme Travel With a Mission qui permet, sans tomber dans le tourisme humanitaire, d’associer un objectif social et solidaire à ses voyages.

- Récompensez-vous ! Revenir d’expatriation, c’est un peu comme arrêter de fumer. Les premiers mois peuvent être difficiles, on se sent “en manque”, on veut parfois mettre des choses en place rapidement pour repartir. Comme toute victoire personnelle, chaque journée passée à des occupations positives tournées vers l’avenir (en France) et non vers le passé (ailleurs) doit être largement récompensée. Profitez de tout ce qui vous a manqué. Mangez de bons produits, buvez du bon vin, achetez vous de beaux habits et revoyez vos meilleurs ami(e)s, vos proches, retournez dans la maison de votre enfance, payez-vous un caprice que vous vous êtes toujours refusé. (...)

- Ne vous isolez pas dans la déprime : Il faut un temps d’ajustement quand on revient qui est souvent proportionnel au temps passé à l’étranger et surtout au degré d’investissement culturel et social “là bas”. Il faut en être conscient et s’y préparer avant de revenir. On risque de se sentir un peu déboussolé, isolé, mis à l’écart, renié dans son identité propre. On peut parfois se dire que c’est le fin du côté “trépidant” de la vie, avoir l’impression de stagner, voire de régresser dans son métier et dans sa vie sociale. Il faut prendre quelques mois pour digérer ce qui s’est passé ces dernières années et se retrouver soi-même. En France, les choses fonctionnent bien mais lentement. Prenez le temps de bien définir vos centres d’intérêts et vos projets avant de vous lancer dans quelque chose, et ne lâchez pas trop vite. Une fois impliqué(e) quelque part, les liens sociaux se construisent vite et sont souvent durables. Si les symptômes persistent au bout de six mois/un an (dépression, isolement, pensées noires, sentiment de déchirement intérieur, manque, angoisses, incapacité de fonctionner au quotidien), CONSULTEZ UN MEDECIN (psychiatre ou psychologue). Il n’y a pas de honte à avoir, votre vécu n’est pas tout rose sous prétexte que vous avez été un expat’, bien au contraire. Vous avez peut-être sous estimé l’énergie dépensée à l’étranger, ou vous sous estimez l’énergie qu’il faut pour reconstruire sa vie en France. Dans les deux cas, en parler à un professionnel va vous soulager d’un poids et accélérer la rémission. Repartir trop vite à l’étranger n’est pas forcément une bonne chose, car au retour de nouveaux problèmes se seront accumulés qu’il faudra de nouveau affronter.

Anne-Laure Fréant (www.lepetitjournal.com) lundi 22 septembre 2014 

Anne-Laure est bloggeuse. Elle a créé et gère le site geo-pickmeup.com entièrement en anglais : c'est une plateforme B2B de partage d’articles, de videos et de documents graphiques consacrés à la promotion de la géographie et du spatial thinking. Le site est partenaire du réseau EUROGEO (European Association of Geographers).

Retrouvez le texte dans son intégralité ici : http://geo-pickmeup.com/10-conseils-de-survie-pour-reussir-son-retour-dexpatriation-en-france/
Tous nos articles sur le retour d'expatriation sont sur notre page Expat/Retour en France

 
Expat & Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".

JOB - Devenir au-pair à Londres : mode d’emploi

Vous êtes jeune, avez envie d’élargir vos horizons, de découvrir une autre culture et parler une autre langue ? Que ce soit pour une année sabbatique, un semestre de césure ou pour peaufiner votre…

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise…
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine